Archive | janvier, 2012

Casa Pound, retour au réel.

8 Jan

Le collectif « Quartiers Libres » a organisé une conférence débat le 4 juin dernier. Lors de cet évènement, nous avions expliqué que derrière les nouvelles techniques de communication et les slogans et axes de militantismes novateurs se cachait le bon vieux fascisme toujours prêt à cogner les pauvres. Nous avons aussi décrit la situation politique italienne qui sert de terreau au développement de cette organisation. Un des intervenants, militant antifasciste venu d’Italie, avait émis l’hypothèse que le délitement du Berlusconisme propulserait selon toute probabilité Casa Pound vers un cycle de violence. Après de multiples agressions à caractère politique sur l’ensemble du territoire italien, le pire est inévitablement arrivé.

Le 13 décembre 2011, Gianluca Casseri militant de Casa Pound Italie ouvre le feu sur des vendeurs ambulants travaillant au marché de Piazza Dalmazia de Florence. Bilan : deux morts, trois blessés dont un qui a perdu l’usage de ses jambes. Ces vendeurs sont sénégalais, et ont été les seules cibles sélectionnées par le tueur. Consécutivement à son agression, acculé par la police Casseri se donne la mort en utilisant la dernière munition de son pistolet.

Suite à cette tragédie, Casa Pound Italie qui ne peut nier ses liens avec Casseri tente de minimiser son implication en son sein et de mettre l’acte criminel raciste sur le compte de la folie.

Premier constat : malgré les tentatives désespérées pour cacher l’appartenance de Casseri à Casapound les faits se révèlent têtus et prouvent bel et bien qu’il était un militant de Casa Pound dans la section de Pistoia. Tant les militants antifacistes que les journalistes en ont fait la démonstration.

Il n’y a guère que la classe politique dans son ensemble à vouloir minimiser son rôle dans une formation politique entrée dans le système électoral et dont certains dirigeants occupent des charges. Il est toujours dur de charger un « collègue ».

Casa Pound Italie a atteint les limites de sa stratégie. Pour sauver l’organisation et la place qu’elle a gagnée au sein de la droite électorale, ses dirigeants en sont arrivés à se renier totalement. Andrea Antonini, Vice Président du mouvement et conseiller municipal de Rome sous les couleurs du parti d’extrême droite « la Destra », déclare au journal télévisé TGCOM24 du 13 décembre 2011 que Casa Pound n’est pas une organisation d’extrême droite. C’est un peu paradoxal pour ceux qui se revendiquent comme les fascistes du troisième millénaire. Lire la suite

Publicités