Militantismes de quartiers: les quartiers ne sont pas des déserts politiques

9 Avr

Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques.

Nous qui militons dans les quartiers populaires sommes impliqués dans des dynamiques sociales, culturelles ou sportives. Nous sommes incontournables sur le terrain. Nos actions nous amènent à l’engagement politique et à organiser nos luttes afin d’avoir une influence sur la vie politique locale. En raison de l’urgence des situations auxquelles nous sommes confrontés il est difficile de nous organiser, trouver le recul et de fédérer largement autour des thématiques des luttes des quartiers populaires. Celles et ceux d’entre nous qui s’engagent dans des structures politiques traditionnelles ont un champ d’action réduit pour faire remonter au premier plan nos revendications et éveillent bien souvent la suspicion. Nos quartiers sont le territoire sur lequel se concentrent toutes les injustices sociales et économiques. Ils sont aussi le laboratoire des politiques sécuritaires, et l’exutoire de bons nombres de politiciens. La table ronde a pour but de faire un bilan des différentes démarches et expériences militantes en place actuellement et dégager des pistes de travail afin d’étendre la portée de nos combats de manière claire et positive à l’ensemble du champ politique.

Intervenants :

Saïd Bouamama (CSP59/Front Uni des Quartiers Populaires) / Christelle Husson (FSQP)  / Choukri El Barnoussi (Maison Ouverte/Emergence) / Almamy Kanoute (Emergence) / Danièle Obono (Front de Gauche)

Une Réponse vers “Militantismes de quartiers: les quartiers ne sont pas des déserts politiques”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Hoods of Cards | Quartiers libres - 2 décembre 2015

    […] des luttes se payent durement. De fait, on prend moins de coups à rouler pour la droite ou le PS qu’à construire une représentation autonome pour les habitants des quartiers […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :