Parc Asterix

20 Mai

L’actualité sur le PSG est l’occasion de revenir sur la publication d’un ouvrage sur le hooliganisme, signé de la main d’une personne se présentant comme un habitué des tribunes.

Il s’agit d’un certain Mathias Cardet: il se présente comme noir, patriote et hooligan. Il prétend avoir 38 ans et dédicace son livre, Hooliblack,  aux identitaires (courant politique d’extrême droite) aux patriotes (autre courant de droite radicale) et à ceux qui se sont tapés contre eux dans les années 80. Confusion des genres.

cardet_hooliblack

De prime abord, on est étonné de découvrir qu’il existe un Cass Pennant dans le virage Boulogne. On s’attend à un récit de l’intérieur sur les déplacements à Caen, à Saint-Étienne et de tout ce qui a marqué la tribune connotée nationaliste et identitaire du PSG. Un truc de hooligan bien tendu.

Sur les 250 pages de l’ouvrage, les récits concernant le football (inclues les anecdotes sur les figurines Panini) tiennent sur 25 pages. Les récits de hooliganisme au stade tiennent sur moins de deux feuilles. Deux épisodes de bagarre dans laquelle le narrateur se prend des raclées par les supporters de Boulogne à qui il dédie son bouquin.

Aucun déplacement. Sa majorité de souvenirs de stade sont les matchs qu’il a vus, assis à côté de son papa. Émouvant, mais loin de ce que le titre promet.

Rien sur le stade, la vie du virage, les déplacements, les rivalités entre groupes ultras. Le peu qui est écrit équivaut à ce qu’on trouve dans la presse à propos des ultras. L’auteur est inconnu au Parc tant à Boulogne que dans le virage Auteuil. Pas de football, pas de tribunes, rien d’authentique concernant le hooliganisme dans ce livre.

Le sujet, alléchant, sert d’accroche pour vendre les thèses d’un autre. La personne qui se cache sous le pseudonyme de Mathias Cardet sert d’alibi ethnique à certaines thèses d’extrême droite.

Le livre n’est qu’une compilation d’anecdotes personnelles, réelles ou inventées, dont le narrateur use pour donner du crédit aux analyses d’Alain Soral (polémiste d’extreme droite). Ce dernier est aujourd’hui éditeur de son nouvel ouvrage.

Le récit de fiction Hooliblack se caractérise par un mépris des femmes caractéristique de la ligne politique de Soral. Autre spécificité, on devrait devenir amis avec les gens qui veulent nous achever parce que le PS a récupéré nos luttes.
Pour étayer son idée, il procède par accumulation d’accusations sans preuves sur les antifas des années 80 et les Zoulous afin de revaloriser les années 80 du FN et des skinheads assassins.

En témoigne cet extrait, facilement trouvable sur le net :

« Eh oui, mon ami,il y a bel et bien eu une guerre contre les Skins. Mais ce n’est pas  nous qui l’avons gagnée. C’est la bite de nos darons »

Premier constat, Cardet n’a pas de mère : il naît du sexe de son père. Notion étonnante de biologie, mais qui en dit long sur le mépris des femmes que Soral propage depuis des années. C’est aussi très éclairant sur la manière dont les faits sont analysés.

Ensuite, il n’y aurait plus aucun skin en France parce que l’immigration a tout submergé. Ce sont les explications fournies par les déclarations du vétéran skinhead Serge Ayoub dans une vidéo justifiant sa disparation des rues au début des années 90. Soral,qui n’ose plus aujourd’hui se présenter comme sociologue, reprend texto cette ligne qui sauve la « virilité blanche » des skinheads. Cardet plagie  ses idoles patriotes ou écrit sous leur dictée.

Si les analyses colportées par Cardet sont justes, comment explique-t-il l‘augmentation des actes et des agressions à caractère raciste à l’encontre des musulmans, des noirs depuis une petite dizaine d’années?

Les analyses démographiques martelées par l’extrême droite sont des fantasmes.

Les musulmans, les noirs et tout ce qui n’est pas « de souche européenne  » sont de plus en plus fréquemment la cible de violences racistes. C’est une réalité.

Les actions des groupuscules durs d’extrême recommencent à sévir parce qu’une grande majorité des habitants des quartiers populaires cantonnés dans leurs ghettos urbains ignorent tout de cette menace et ne voient pas les coups venir.

Contrairement à ce que Ayoub et Soral tentent de faire oublier, les racistes ont été éjectés des rues par la force.

Celui qui se cache sous le pseudonyme de Cardet est soumis à ceux qui l’ont bolossé et tente de nous faire collaborer avec notre pire ennemi, celui qui a cherché à nous éliminer physiquement, en le faisant passer pour un allié honorable.

Publicités

14 Réponses to “Parc Asterix”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Rendre infâme les autres pour masquer sa médiocrité | quartierslibres - 22 janvier 2014

    […] par la bouche de Mathias Cardet, on assiste à une tentative de réhabilitation de Roger Holleindre, ancien des troupes coloniales. […]

  2. Ascenseur pour Marine Le Pen | quartierslibres - 5 février 2014

    […] oser le formuler clairement, arrêter avec les ellipses et les vidéos « face cachée » à la Mathias Cardet (le copain de Roger Holleindre) où l’on égrène sans fin des noms de juifs pour habiller chacun […]

  3. Nous accusons réception | quartierslibres - 6 février 2014

    […] visage masqué, celui qui se fait passer pour un expert du hip hop et des tribunes de foot annonce la création d’un label de rap : « bras d’honneur » (quenelle étant une […]

  4. Dans la France de Soral, on n’est au mieux que du personnel de maison | quartierslibres - 31 mars 2014

    […] domination qui se fait en direct : Mathias Cardet tente de faire croire qu’il est une figure des tribunes parisiennes. Il est coutumier des menaces et insultes à l’encontre de gens qui contredisent ses inventions. […]

  5. Mathias Cardet, nous accusons réception ! | Dissidence-Watch - 27 juin 2014

    […] visage masqué, celui qui se fait passer pour un expert du hip hop et des tribunes de foot annonce la création d’un label de rap : « bras d’honneur » (quenelle étant une marque […]

  6. Les idiots utiles du sionisme, les vrais | quartierslibres - 29 juillet 2014

    […] chantage dans la trouble affaire Tron. Aux yeux du commun des mortels, Mathias Cardet est aussi « hooliblack », affilié à un groupe de supporters. Malgré ses dénégations sur l’instrumentalisation du […]

  7. Mathias Cardet, violence verbale | quartierslibres - 26 septembre 2014

    […] ce qui arrive à Mathias Cardet. Dans son premier livre Hooliblack, il conte toute une série d’histoires : il aurait participé de près ou de loin à des […]

  8. On ne fait pas du Game, on fait de la politique | quartierslibres - 8 octobre 2014

    […] bouquin de Mathias Cardet ? Comme « Hooliblack »? Soit un ramassis de mensonges et de saloperies sur sa famille et l’histoire de […]

  9. Soral à nu : gauche du tapin, droite des violeurs | quartierslibres - 20 novembre 2014

    […] à tes cotés. Quid de tes autres créatures ? Combien de temps Cardet, dont tu as fabriqué la street credibility pour quelques dizaines de milliers d’euros, va-t-il te seconder encore ? Quand on voit les […]

  10. Posture de rebelle et contorsions intellectuelles | quartierslibres - 26 décembre 2014

    […] l’industrie du disque. C’était l’an dernier quand il expliquait qu’après avoir été une légende des tribunes, il tenait dans sa pogne les cadors du rap […]

  11. L’effroyable imposteur du rap | quartierslibres - 6 février 2015

    […] c’est que ses bobards à répétition comme son lien avec les Black Dragons, son passé de hooligan, ses histoires de grand manitou de la scène hip-hop ou ses postures de militant politique aux […]

  12. Ligue des tocards | Quartiers libres - 15 septembre 2015

    […] quatrième pitre de cette soirée de tocards, c’est le hooligan invisible et producteur de rap virtuel Mathias Cardet, Thomas Nlend pour les intimes. Ex-soldat de Soral, le […]

  13. Le crime paie ? | Quartiers libres - 22 septembre 2015

    […] sur le fait que son ami Soral devait lui lâcher un peu la grappe. Si ce n’est pas le cas, Hooliblack antisystème ultra violent risque de se métamorphoser en « Huggy les bons tuyaux » qui va baver au comicot. Le plan, […]

  14. Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente | Quartiers libres - 11 décembre 2016

    […] Cardet, confirmant au passage tout ce que nous avons déjà écrit sur le personnage. Sur sa vie mytho dans les stades jusqu’à son rôle d’escroc de la dissidence. Seule petite nouveauté, Soral annonce une info […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :