If you don’t know now you know

30 Mai

Les vrais savent depuis longtemps que le milieu du Hip Hop en France comme aux USA n’est pas un milieu culturel plus pur ou authentique que les autres. D’un petit mouvement venu des ghettos du Bronx, il est devenu un phénomène planétaire.

Même le plus paumé des fans sait que le rap est un mode d’expression artistique parfois engagé et militant tout autant qu’une part importante de l’industrie du disque.

Ainsi au sein du mouvement Hip Hop se côtoient et à l’occasion s’affrontent militantisme issu des ghettos et matérialisme outrancier.
L’engagement en faveur des classes populaires et des minorités est en compétition avec l’individualisme capitaliste. Ce mouvement, parce qu’issu et parlant du monde vu des classes populaires, révèle les contradictions et les ambiguïtés qui les traversent.

Alors que le classique sur l’Histoire du mouvement Hip Hop, de sa naissance à maintenant, Can’t Stop, Won’t Stop de Jeff Chang traduit en français, vient d’être réédité

cantstopwontstop

certaines personnes mal intentionnées tentent de se faire passer pour des érudits et cherchent une nouvelle niche économique en résumant l’histoire du Hip Hop à une vaste opération commerciale destinée à abrutir les masses.
Le ressort du mécanisme de leur critique inepte fonctionne sur la rancoeur que l’on peut avoir dans nos quartiers pour les artistes qui ont trahi ou les maisons de disques et radios qui se comportent comme à la foire aux bestiaux.

Ce postulat, enrobé de tournures de phrases compliquées et de mots à rallonge, ne dissimule que mal le profond mépris qui s’y exprime pour un mouvement culturel qui doit l’essentiel de ses développements aux ghettos noirs et latino-américains.

Le mouvement Hip Hop, c’est avant tout l’incarnation de la colère, de la richesse culturelle, l’’innovation, c’est une forme de résistance des dominés.

Qu’une musique et un mouvement culturel portés par les populations du bas de l’échelle sociale et « raciale » puissent séduire, fasciner les jeunes blancs américains et ensuite conquérir le reste du monde ne peut que rendre fous furieux les suprématistes blancs de part et d’autre de l’Atlantique.

Contrairement à ceux qui ne représentent pas cette culture, le public n’a pas attendu 2013 et les effroyables imposteurs de la critique pour découvrir qu’une partie des rappeurs se vautraient dans la mythomanie, le matérialisme, le bling bling et le capitalisme.

9 Réponses to “If you don’t know now you know”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Biggie & Tupac ! « Stay Tuned* - 29 décembre 2013

    […] comprend pourquoi le rap est un courant artistique populaire qui permet à des artistes talentueux de raconter ce qu’ils voient autour d’eux. On découvre […]

  2. Nous accusons réception | quartierslibres - 6 février 2014

    […] visage masqué, celui qui se fait passer pour un expert du hip hop et des tribunes de foot annonce la création d’un label de rap : « bras d’honneur » […]

  3. La rue nous apprend | quartierslibres - 20 février 2014

    […] Lorsque le peuple se révolte il libère une énergie créatrice qui s’affranchit des codes et des dogmes académiques. En Egypte, depuis la révolution de 2011, les rues sont le témoin d’une rencontre, celle de l’art et de la société. Ces moments sont rares dans l’histoire, lorsque le signe quitte les musées, les livres et les panneaux publicitaires pour descendre dans la rue. Le dessin suit alors le mouvement de la société, comme ce fut le cas pour les brigades de muralistes au Chili ou bien les mouvements de graffeurs qui ont accompagné l’explosion du hip hop des années 70-80. […]

  4. Nina Simone et son héritage | quartierslibres - 21 avril 2014

    […] Jazz et de la Soul. Elle appelait ces genres musicaux "la musique classique noire". Son héritage est vivant, ses interprétations et sa voix servent aujourd’hui à nourrir de "nouveaux […]

  5. ROHFF et Booba : retour au même schéma VS éternel recommencement | quartierslibres - 25 avril 2014

    […] le rap est la bande son de la jeunesse des quartiers depuis plusieurs décennies, les scènes d’action classiques sont les embrouilles entre jeunes d’un même quartier, […]

  6. Mathias Cardet, nous accusons réception ! | Dissidence-Watch - 27 juin 2014

    […] visage masqué, celui qui se fait passer pour un expert du hip hop et des tribunes de foot annonce la création d’un label de rap : « bras d’honneur » […]

  7. Mathias Cardet, violence verbale | quartierslibres - 26 septembre 2014

    […] de donner corps aux théories fumeuses d’Alain Soral, déjà distillées dans Hooliblack et L’effroyable imposture du rap, apparaît dès lors impossible. On a pu constater cet été l’échec de cette […]

  8. On ne fait pas du Game, on fait de la politique | quartierslibres - 8 octobre 2014

    […] comme « L’effroyable imposture du rap » truffé d’erreurs factuelles et d’interprétations historiques hallucinantes […]

  9. Les médias n’aiment pas le reflet que nos mômes renvoient de leur monde | quartierslibres - 2 mars 2015

    […] du système. Ce n’est pas intelligent mais c’est tout, ils sont aussi crédible en gangster que les boss, durs et dombis du showbizz. Ce clip qui relève de la fiction devient par la magie des polémistes la […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :