La bande ethnique existe

5 Juin

Le terme « bande ethnique » apparait dans le vocabulaire du Front National au tournant des années 90 avec l’apparition du mouvement Zulu et l’arrivée dans l’adolescence de toute une génération de gamins noirs. Ces mômes sont nés en France ou y ont grandit.

momes

Aux yeux des militants des droites radicales, d’une frange de journalistes et de la population ce qualificatif trouve un sens : on passe du blouson noir au Noir comme signe ostensible de délinquance.
Si la génération « Beur » a compté dans ces rangs des « loubards », le terme ethnique n’était pas utilisé pour les distinguer des autres jeunes. Le côté « ethnique » est apparu quand les droites radicales ont porté leur regard de l’histoire de l’Afrique sur la génération Hip Hop.
Le grand organisateur de la pensée de l’Histoire Africaine de l’extrême droite est Bernard Lugan, le fond de sa pensée se résume à réduire le continent Africain à une terre de conflits d’origine exclusivement tribale.
Une fois le racisme enrobé dans un jargon universitaire, il devient présentable et assimilable.

C’est ainsi que le service de police des Renseignements Généraux et certains journalistes reprennent ce terme qui permet de réduire les problèmes sociaux à la couleur de peau.
La bande ethnique, c’est le terme technique pour désigner une bande de noirs et plus précisément originaires d’Afrique Subsaharienne si on en croit RG et journalistes.

C’est aussi la punch-line dont se servent les polémistes et politiciens de droite radicale pour désigner tout ce qui est jeune, turbulent et « non-blanc » (ou de culture du terroir).
On obtient la formule : jeunesse + immigration = délinquance.

L’occasion aussi de brandir le spectre d’une potentielle guerre ethnique imminente menée par les tribus cannibales de banlieues.

Exemple ce tweet de Bruno Gollnisch à propos des évènements du PSG :

gollnisch-bandeethnique

Les images d’échauffourées et les arrestations démentent formellement le critère ethnique de ces évènements. La seule frange de supporters du PSG qui revendique une pureté ethnique et identitaire se trouve dans la tribune Boulogne, connue pour sa violence et ses liens avec l’extrême-droite.

Comble du paradoxe, ces jeunes gens ont été dédouanés de tout acte délictueux par la présidente du FN qui d’ordinaire ne mâche pas ses mots sur les questions sécuritaires.

«rien à voir avec les ultras, avec le PSG, et d’ailleurs, pas une seule personne qui a été arrêtée ne faisait partie de ces fameux ultras, sur lesquels, évidemment, tout le monde est tombé immédiatement».

En gros, il y a les bandes ethniques avec tout le monde dedans et les bandes non ethniques avec uniquement des blancs nationalistes dedans.

Pas mal comme renversement de situation, non ?

Quelques jours plus tard, une scène d’émeute comparable à celle de la fête du PSG a lieu dans le centre-ville parisien, mais avec plus de violences et une organisation et une détermination bien supérieure. La fin de cortège de la manifestation dite « pour tous » du 26 mai a été le théâtre de nombreux incidents provoqués par des manifestants: des jeunes proches ou appartenant à des groupes politiques d’extrême droite.

manif26mai

Ces manifestants sont tous « blancs », d’une origine sociale homogène, et résident dans les mêmes quartiers. Ils revendiquent haut et fort l’unité ethnique, religieuse, culturelle voire raciale de la France. Ils agressent sciemment policiers et journalistes, ils agissent en bande organisée.

Ils sont au sens propre du terme « une bande ethnique ».

Les RG et la presse ne les désignent pas ainsi, parce que dans l’inconscient collectif le tribalisme c’est nous.

Publicités

5 Réponses to “La bande ethnique existe”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tribus gauloises et continent Africain | quartierslibres - 13 février 2014

    […] la même manière que les bandes de mômes des quartiers populaires n’ont rien d’ethniques, les guerres qui déchirent le continent africain n’ont pas de motifs tribaux. Derrière le […]

  2. Effrayant : une nouvelle bande ethnique va ravager la France dans les 10 prochaines années ! | quartierslibres - 20 octobre 2014

    […] des familles qui sont dans le « bizness » depuis des générations. C’est clairement une bande ethnique puisqu’elle est composée à 97% de blancs et majoritairement d’hommes. Le groupe est très […]

  3. Dis-moi quel jeune tu es et je te dirai quel danger tu représentes | quartierslibres - 11 février 2015

    […] France n’aime pas ses jeunes, mais elle apprécie encore moins ceux qui ne correspondent pas au moule de la personne idéale : […]

  4. Pour Zyed et Bouna : une condamnation à nous battre | quartierslibres - 19 mai 2015

    […] ans plus tard c’est au tour des classes dominantes d’occuper la rue, sous des bannières et des mots d’ordres bien ordonnés qui sentent bon […]

  5. A qui profite la racialisation des questions sociales ? | Quartiers libres - 12 novembre 2015

    […] C’est là tout le paradoxe de notre situation. Les dernières manifestations de masse défendant des valeurs « ethniques, culturelles et religieuses » ont été les manifestations dites « pour tous » : des centaines de milliers de personnes dans les rues au nom d’une France fille aînée de l’Eglise pour défendre des valeurs éternelles dont les habitants des quartiers populaires sont fatalement exclus. Quelles classes sociales y étaient représentées ? Pas les nôtres. […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :