Le fer-à-cheval et les ânes médiatiques. Petites réflexions sur la « violence » et « les extrêmes »

12 Juin

extrémisme

Depuis le 6 juin et la mort de Clément Méric, la machine à braire s’est remise en route dans les médias. Il ne se passe pas une journée sans que dans les journaux, à la télé ou à la radio on ne dénonce les extrêmes-qui-se-rejoignent et la violence qui caractérise l’extrême gauche et l’extrême droite, renvoyées dos-à-dos. Au besoin, on convoque un sociologue à gage –comme Jean-Yves Camus dans le Figaro du 6 juin– pour apporter sa caution scientifique et expliquer que ce drame n’est pas du tout politique, qu’il est juste la conséquence malheureuse d’une culture de la violence atavique, qui fait partie du folklore commun aux nazillons et aux antifas, là aussi placés sur le même plan. Un «malheureux  fait divers » (Libération du 9 juin) en somme, pour reprendre les termes d’Alexandre Gabriac, tête de gondole de la boutique concurrente des JNR, les Jeunesses Nationalistes, qui s’y connait en matière de tabassage.

Pas un jour où ces bonnes âmes ne réclament non seulement la dissolution des JNR et de Troisième Voie, mais également celle des groupes « violents » de l’autre bord, pour faire bonne mesure. On n’en sort pas : c’est toujours « 15 mn pour les Juifs, 15 mn pour Hitler ». Et quand il y a un mort, c’est la faute à l’ « extrémisme ». Clément n’est pas mort sous les coups d’un nervi fascistoide, il a été victime d’une calamité naturelle (ou culturelle), l’« extrémisme ».

Outre qu’il est lamentable de devoir rappeler en France en 2013 que l’antifascisme n’est pas un extrémisme –il fut un temps où c’était même un reflexe normal et généralement partagé–, deux petites remarques s’imposent sur cette manière mécanique et imbécile de présenter « la violence ». On ne peut en aucun cas mettre sur le même plan les attaques de l’extrême-droite et la réaction –même radicale– contre ces attaques. Les agressions racistes, les profanations de tombes, les mesures d’intimidations physiques ou verbales contre les populations immigrées, les tabassages d’homosexuels menées par le genre d’individus qui ont tué Clément sont une attaque contre la société en général. Mettre sur le même plan les actions menées contre leurs auteurs est une manière de banaliser leurs pratiques et de les présenter eux aussi, comme de potentielles victimes d’un mal dépolitisé : l’« extrémisme » et la « violence ».

Cette explication, qui relève dans le meilleur des cas de la paresse intellectuelle et, dans le pire, d’un pétainisme diffus, est la même que celle qu’on a vue à l’œuvre dans l’explication de la violence d’Etat dans certains pays d’Amérique Latine. En Argentine, la « théorie des deux démons » a tenu lieu par exemple d’explication de la dernière dictature : c’est la violence des groupes de gauche qui aurait entraîné –là encore mécaniquement– le coup d’Etat militaire et la répression sanglante qui l’a suivi (30 000 disparus quand même). Le mécanisme est le même que pour le fer-à-cheval des opineurs professionnels français : on met les victimes sur le même plan que les massacreurs, puisqu’ils seraient égaux dans leurs pratiques violentes.

Alors rappelons-le : l’agression est toujours du même côté, et heureusement qu’il reste des gens pour ne pas tolérer sans broncher qu’on se promène dans les rues avec des vêtements siglés « White Power » ou « Blood and Honour », comme c’était le cas des skins croisés par Clément et ses camarades la semaine dernière, ou qu’on accepte la présence du discours et des pratiques de l’extrême droite dans l’espace public. La complaisance de la droite, très visible lors des manifs des derniers mois a largement banalisé cette présence, ce qui appelle une réaction politique. Elle peut légitimement être radicale.

11 Réponses vers “Le fer-à-cheval et les ânes médiatiques. Petites réflexions sur la « violence » et « les extrêmes »”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Convergence des luttes : antifascisme et antisionisme | quartierslibres - 3 mars 2014

    […] cette formule magique permet à une partie des politiques et du monde intellectuel et médiatique français de stigmatiser à peu de frais les musulmans, les quartiers populaires, les mouvements de gauches, […]

  2. La Feuille de Chou | Convergence des luttes : antifascisme et antisionisme (Quartiers libres) | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou. - 3 mars 2014

    […] cette formule magique permet à une partie des politiques et du monde intellectuel et médiatique français de stigmatiser à peu de frais les musulmans, les quartiers populaires, les mouvements de gauches, […]

  3. Séance du dimanche. L’heure des brasiers 3-Violence et libération | quartierslibres - 6 avril 2014

    […] Troisième et dernière partie de L’heure des brasiers. Ce dernier volet du documentaire de Solanas et Octavio Gettino proposé par Quartiers Libres le 9 mars ("Néocolonialisme et violence")et le 16 mars. Cette dernière partie traite de la relation entre la violence politique et la libération des peuples du Tiers-Monde. Elle doit nous rappeler que la violence, c’est aussi le moteur de l’histoire, et que toute violence ne se vaut pas. […]

  4. Séance du dimanche. L’heure des brasiers 3-Violence et libération | quartierslibres - 6 avril 2014

    […] Troisième et dernière partie de L’heure des brasiers. Ce dernier volet du documentaire de Solanas et Octavio Gettino proposé par Quartiers Libres le 9 mars ("Néocolonialisme et violence")et le 16 mars ("acte pour la libération").Cette dernière partie traite de la relation entre la violence politique et la libération des peuples du Tiers-Monde. Elle doit nous rappeler que la violence, c’est aussi le moteur de l’histoire, et que toute violence ne se vaut pas. […]

  5. La Roquette de l’âne médiatique | quartierslibres - 19 juillet 2014

    […] d’analyse classique de la profession, distillée dans les écoles-étables de journalisme : le fer-à-cheval, les extrêmes qui se rejoignent et qui « débordent » ensemble. Les fascistes attaquant la manifestation sont désormais […]

  6. Communiqué du « Comité pour Clément » sur la mise en liberté de M. Morillo | quartierslibres - 3 septembre 2014

    […] de 3e Voie qui ont agressé Clément sont accablantes. Loin de la présentation qu’en font certains médias qui renvoient deux versions dos à dos, l’enquête a permis de préciser les zones d’ombres des […]

  7. La « violence , c’est les autres. Les hurlements de la hyène politico- médiatique. | «quartierslibres - 12 novembre 2014

    […] à poil ras, les opinologues de service ont émis des braiements unanimes : il était tombé victime de la « violence », qualité naturelle des « extrêmes&nbsp…, et comme il était lui-même militant politique, cela laissait sous-entendre qu’il était […]

  8. L’âne médiatique et le tonfa | quartierslibres - 16 juin 2015

    […] pour l’âne médiatique, elle vient toujours du mouvement social : de la banlieue , des militants, des manifestants, des lycéens, bref de tout ce qui empêche de braire en rond à l’ombre […]

  9. Les limites de l’antisystème viennent d’être atteintes | quartierslibres - 4 août 2015

    […] sa disquette. Elle a été aidée en cela par les partis de gouvernement qui n’ont eu de cesse de lutter contre les extrêmes. Pour museler toute contestation à gauche, toute forme de critique était assimilée à […]

  10. Le tour du périph’ | Quartiers libres - 15 octobre 2015

    […] réalité. Si ce discours porte autant, c’est aussi parce que les partis de gouvernement et les médias dominants renvoient « les extrêmes » dos à dos. Par cette manœuvre, ils souhaitent justement la mise en place symbolique ou réelle de cette […]

  11. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | Quartiers libres - 4 mars 2016

    […] France, Caro et ses amis néoconservateurs nous expliquent que les extrêmes se rejoignent et que les islamo-gauchistes-écolos forment un magma antirépublicain. En Syrie, le PKK, […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :