2, 1 : étudie le terrain

28 Juin

Argenteuil est le décor idéal des mises en scène politiques ces dernières années. On se souvient de l’intervention de Sarkozy ministre de l’intérieur venu jouer la provocation sécuritaire, mais aussi celle de Jean-Marie Le Pen tentant une séduction électorale au même endroit lors de sa campagne de 2007.

Le lieu était propice à la mise en scène politique, il est désormais le théâtre d’agressions à caractère raciste et islamophobe.

Ville la plus peuplée du Val d’Oise, elle est bordée par des communes des Yvelines (Sartrouville), des Hauts-de-Seine (Colombes et Gennevilliers) et de Seine-Saint-Denis (Épinay-sur-Seine).

Ces villes, tout comme Argenteuil, sont connues pour avoir une partie résidentielle et des quartiers populaires denses bien que récemment découpés par  l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine  dans le cadre d’un programme mêlant haussmannisation des quartiers et opérations immobilières sous couvert de « mixité sociale » et de réhabilitation de logements sociaux.

Les autres villes limitrophes d’Argenteuil appartenant au Val d’Oise, situées plus au nord, sont majoritairement pavillonnaires et moins densément peuplées. La Zone Urbaine Sensible, le quartier d’un côté et les pavillons de l’autre, sont la matérialisation spatiale des tensions sociales qui traversent la société française. Cette délimitation apparaît d’autant plus brutalement qu’Argenteuil est en bordure extérieure de la moyenne couronne, à l’extérieur de l’A86.

argenteuil_nord_ouest

à la frontière entre la grande banlieue parisienne composée de moyennes agglomérations et de petites villes. On note à ce titre qu’au fur et à mesure que la densité urbaine diminue, le vote FN et UMP augmente. La fracture sociale se concrétise à travers le vote, comme le montre ce document, tiré de ce site.

densité_voteFN

Jusqu’à présent, les agressions à caractère raciste avaient plutôt lieu dans les transports, sorte de terrain neutre, quand ce n’était pas en zone péri urbaine, là où le vote UMP et FN est très important et où le simple passage d’une personne peut être assimilé à une provocation.

Dorénavant, des agressions surviennent en centre ville et dans des quartiers résidentiels de ville de banlieue,  tel « les coteaux » à Argenteuil.

Un cap est franchi, la zone de passage à l’acte s’est déplacée. Il est désormais possible de subir une attaque presque n’importe où en ville.

Seule oasis pour échapper à la violence raciste : le quartier.

De par sa position géographique, sa structure urbaine et la composition de la population, Argenteuil est un poste d’observation des tensions sociales ainsi que du déplacement de la ligne de front.

On peut par ailleurs observer que la violence symbolique des politiciens à destination des populations des quartiers depuis la dalle d’Argenteuil a précédé les agressions physiques en y conférant une dimension de conquête territoriale.

%d blogueurs aiment cette page :