Exploitation et « promotion sociale »

2 Juil

travailleursComme nous ne connaissions pas d’autre métier que le travail de la terre, qui s’était révélé un mauvais placement, nous avons reçu en partage les tâches subalternes, les basses besognes.

C’est encore comme ça aujourd’hui : nous formons une sous-culture subalterne, une aire de dépression à l’intérieur du système monstrueux qui nous a créés.
Les quatre autres phases du cycle de l’économie capitaliste sont : le rétablissement, l’expansion, l’inflation et la récession.

Avons-nous connu un «rétablissement» ou une phase d’expansion?

Nous subissons en victimes les courants inflationnistes de l’économie globale : qui souffre le plus quand le prix des denrées de première nécessité monte ?

Quand l’économie-mère plonge dans l’inflation et la récession, nous connaissons une sous-dépression. Quand elle passe à la dépression, nous sommes réduits au désespoir le plus total.

Il n’y a entre l’expérience de mon père et la nôtre qu’une différence de degré.

Nous arrivons parfois à trouver quand même un travail, ils ne pouvaient pas ; nous pouvons aller dîner chez maman quand les choses deviennent vraiment serrées ; eux, non.

Il y a maintenant la sécurité sociale et un emploi de femme de ménage pour maman. En ce temps-là, la sécurité sociale n’existait pas.

george_jacksonLa dépression est un phénomène économique.

C’est une phase du cycle économique capitaliste, un de ses aspects nécessaires. Les colonies du capitalisme, marchés secondaires, formeront toujours des aires de dépression : la demande de travail décroît régulièrement, et du fait du progrès de l’automation, devient de plus en plus spécialisée ; ainsi le colonisé, qui n’a pas de spécialisation, en est réduit à des rôles qui lui ferment tout espoir de promotion.

Apprendre les nouvelles techniques (si nous en avions le droit) ne servirait à rien. Cela ne peut aider les masses, parce qu’il y a un plafond pour la demande de main-d’œuvre.

Ce plafond baisse à chaque progrès des techniques de production ; apprendre les nouvelles techniques ne ferait que nous mettre en compétition avec les travailleurs en place, une compétition où nous ne pouvons, ni ne voulons gagner. Il n’y a pour nous aucun vide à remplir dans le monde du travail.

Et de toute façon, nous ne voulons pas favoriser le capitalisme aux dépens du peuple.
Le capitalisme est l’ennemi, il doit être détruit.
Il n’y a pas d’autre solution.
Le système n’est pas compatible avec l’élaboration d’une société moderne industrielle et urbaine.
Les hommes naissent dans la servitude ; le contrat entre gouvernement et gouvernés perpétue cette servitude.

George Jackson, Les Frères de Soledad

5 Réponses vers “Exploitation et « promotion sociale »”

Trackbacks/Pingbacks

  1. ROHFF et Booba : retour au même schéma VS éternel recommencement | quartierslibres - 25 avril 2014

    […] remplace l’organisation ou le mouvement politique. C’est dans un contexte de récession économique et suite à la répression  du gouvernement américain sur le Black Panther Party et les Young […]

  2. Albert Woodfox parle | quartierslibres - 4 septembre 2014

    […] où vous commencez n’a peu d’importance, seul compte l’endroit où vous finissez. Et Georges Jackson m’a appris que si vous n’êtes pas prêt à mourir pour ce en quoi vous croyez, c’est que […]

  3. La séance du dimanche : Le capitalisme | Quartiers libres - 6 décembre 2015

    […] de compétition impitoyable entre individus et classes sociales avec le racisme systémique comme charpente sociale. A ce jeu de massacre ce sont les élites du groupe majoritaire de chaque secteur géographique qui […]

  4. It’s not over | Quartiers libres - 15 février 2016

    […] des reformes à porter, ainsi que sur les conditions de l’encadrement ou de l’abolition du capitalisme qui structure les inégalités. Aujourd’hui, ce qui se proclame être la gauche française est quasi indifférente à […]

  5. Made in America : Community Organizing | Quartiers libres - 14 mai 2016

    […] la pensée maoïste était l’enquête sociale, mais c’est moins swag en 2016 de se réclamer de Mao ou de l’anarchisme que des USA en mode […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :