La séance du dimanche : La situation en Grèce, vers une guerre civile?

13 Oct

La situation économique est difficile dans tout le pourtour méditerranéen. En Tunisie, Syrie, Égypte, Turquie, Grèce les peuples se soulèvent.
Les médias font une distinction entre ces événements en raison de spécificités « culturelles ». Pour les pays où la religion musulmane est majoritaire, il s’agirait avant tout d’un besoin de démocratie. Pour la Grèce qui fait partie de l’union européenne, impossible de cacher les effets de la crise économique.

La crise économique accentue les inégalités sociales et par conséquent les tensions entre classes au sein de la société grecque. C’est dans ce contexte que le parti politique « Aube Dorée » ostensiblement néo-nazi (théories racialistes, défense des intérêts des groupes privés grecs, attaques physiques des opposants en collusion avec les forces de police) est entré au parlement.
aube_dorée
Cette institutionnalisation n’a pas adouci la ligne de cette formation politique mais a permis de rendre légitimes les agressions physiques d’immigrés et de militants de gauche et d’extrême gauche.
L’opinion publique s’est rendu compte de la montée en puissance de ce parti lorsque que la cible des coups mortels n’a pas été un immigré mais un militant antifasciste, Pavlos Fyssas.

En France, des organisations politiques comme « égalité et réconciliation » d’Alain Soral ou des personnalités comme Kemi Seba prennent régulièrement la défense d’Aube Dorée et souhaitent l’avènement d’un tel modèle en France.

Ces militants martèlent en permanence sans jamais fournir aucun élément de preuve que les antifascistes sont des « sionistes » et des ennemis des classes populaires et de l’immigration. A contrario, ils présentent l’extrême droite comme fréquentable ou nécessaire pour le bien-être de l’ensemble de la société.
Le révélateur des véritables positions politiques qu’est la crise économique fait tomber les masques. Il apparait clairement que les fascistes présentés comme des « rebelles » contre le système travaillent pour les intérêts des puissants du pays et agressent les immigrés et les militants qui luttent pour l’égalité économique et sociale.
Les antifascistes de toutes tendances, eux luttent aux côtés des immigrés et répondent par tous les moyens nécessaires aux agressions.

Le reportage ci-dessous, malgré ses défauts (présentation caricaturale des militants, prise de position libérale, etc) montre les limites de la « réconciliation nationale » que l’extrême droite essaye de nous vendre et met jour sa manière de gérer (à coup de triques) classes populaires et immigration.

Le reportage est aussi disponible ICI.

3 Réponses to “La séance du dimanche : La situation en Grèce, vers une guerre civile?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Aujourd’hui la Grèce, demain en France | quartierslibres - 28 janvier 2014

    […] en Grèce, des ravages de la drogue, des attaques contre les immigrés et des réponses des militants antifascistes à toutes les agressions fascistes et racistes. Puisque les droites radicales prétendent […]

  2. Aujourd’hui la Grèce, demain en France | nidieuxnimaitrenpoitou - 2 février 2014

    […] en Grèce, des ravages de la drogue, des attaques contre les immigrés et des réponses des militants antifascistes à toutes les agressions fascistes et racistes. Puisque les droites radicales prétendent […]

  3. Tenir les murs | quartierslibres - 9 septembre 2014

    […] Grèce on sait l’importance de se mobiliser contre "aube […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :