La France c’est pas mon pays, je viens de Seine Saint Denis!

22 Oct

skalpel-les-fables-de-la-melancolie

Nous avions beaucoup de points communs, nous pouvions nous identifier réciproquement les uns aux autres. Dans mon collège il y avait plus de quarante nationalités et je considérais cela comme une richesse incroyable. Nous étions des enfants de rescapés, les survivants d’une catastrophe dont l’adaptation cinématographique aurait pu s’appeler Misère et Oppression. Tous débarqués en majorité du tiers-monde. Des fils et filles de miraculés venus pour mourir en travaillant dur, plutôt que de faim. Les sans-travail et réfugiés du tiers-monde avaient fait un choix entre la peste de l’exploitation salariale et le choléra de la disette ou de la persécution. Les presque déjà morts prétendaient encore à un peu de sursis, à une remise de peine pour extirper des années à une condamnation à du travail forcé à perpétuité. Cependant le prix à payer était cher, et Madame La France, cette grosse crevarde, se chargeait de te rappeler que la dette n’était pas réglée. Le paradoxe insoutenable du ventre gonflé quand on mourait de faim pointait sa tête à l’horizon de temps en temps, comme pour rappeler aux masses de travailleurs qu’il ne fallait pas oublier ce à quoi ils avaient échappé. Et cela fonctionnait très bien dans certains cas. Le sentiment de culpabilité était exacerbé à son plus haut point. Dans la tête de beaucoup cela résonnait comme un appel à l’inaction et à la soumission. Une sorte de reniement, ou tout simplement de l’ignorance qui se traduisait par des remarques qui en disaient long sur cet état de servitude non conscientisé.

Skalpel, Les fables de la mélancolie, p. 31, éditions Bboykonsian, août 2012.

Publicités

Une Réponse to “La France c’est pas mon pays, je viens de Seine Saint Denis!”

Trackbacks/Pingbacks

  1. On ne peut pas se couper du monde | quartierslibres - 12 juin 2014

    […] du doigt l’indélicatesse de ceux qui soutiennent aussi les équipes africaines, comme si c’était une trahison envers la France. On s’offusquera de voir certains chanter « 1,2,3 viva l’Algérie ». On dira que […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :