Islamophobie: Comment les élites françaises fabriquent « le problème musulman »

30 Oct

Abdellali-Hajjat-Marwan-Mohammed-islamophobie1

Contrairement à la légende colportée dans les grands médias, le terme « islamophobie » n’a pas été inventé par les mollahs iraniens : il est apparu en France au début du XXe siècle, en pleine période coloniale, à une époque où s’exprimaient déjà de violents discours antimusulmans… Alors que l’hostilité à l’encontre des musulmans se traduit presque quotidiennement par des discours stigmatisants, des pratiques discriminatoires ou des agressions physiques, Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed font ici oeuvre salutaire : ils expliquent comment l’islam a peu à peu été construit comme un « problème » et comment l’islamophobie est devenue l’arme favorite d’un racisme qui ne dit pas son nom.
Ce livre présente ainsi au grand public, pour la première fois, un bilan critique des recherches menées, en France et à l’étranger, sur ce phénomène. Faisant le point sur les débats autour du concept d’islamophobie, il offre une description rigoureuse des discours et actes islamophobes, en les inscrivant dans l’histoire longue du racisme colonial et dans leur articulation avec l’antisémitisme. En insistant sur l’importance des stratégies des acteurs, les auteurs décortiquent le processus d’altérisation des « musulmans » qui, expliquant la réalité sociale par le facteur religieux, se diffuse dans les médias et ailleurs. Ils analysent enfin la réception du discours islamophobe par les musulmans et les formes de contestation de l’islamophobie par l’action collective et la mobilisation du droit antidiscrimination.

Le site du séminaire Islamophobie:
http://islamophobie.hypotheses.org/

Publicités

9 Réponses to “Islamophobie: Comment les élites françaises fabriquent « le problème musulman »”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La Feuille de Chou | Manuel Valls est un homme dangereux (Quartiers libres) | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou.La Feuille de Chou - 31 décembre 2013

    […] et de créer un consensus autour de la haine d’autrui que de combattre le racisme. L’islam, en tant qu’ennemi intérieur et danger pour la fameuse laïcité républicaine… Aujourd’hui, il désigne Dieudonné comme […]

  2. La Feuille de Chou | Le CRIF et l’extrême-droite (Quartiers libres) | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou.La Feuille de Chou - 14 janvier 2014

    […] la lutte palestinienne en France. Cette ligne politique est commode pour les droites radicales et toutes les élites françaises car elle permet d’évacuer totalement du débat les dimensions économiques et sociales, tant […]

  3. La main sur le berceau | quartierslibres - 1 février 2014

    […] partie des élites a crée le problème « musulman » : il y avait des rumeurs sur l’incompatibilité de l’Islam et des hôpitaux, aujourd’hui […]

  4. Emission Radio : Islamophobie (1er volet) | quartierslibres - 8 avril 2014

    […] https://quartierslibres.wordpress.com/2013/10/30/islamophobie-comment-les-elites-francaises-fabriquen… […]

  5. Emission radio: l’Islamophobie en France (2ème volet) | quartierslibres - 5 mai 2014

    […] https://quartierslibres.wordpress.com/2013/10/30/islamophobie-comment-les-elites-francaises-fabriquen… […]

  6. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] cale deviendra la « croisière s’amuse », la colonisation « le tour du monde en 80 jours » et l’islamophobie et le racisme ordinaire seront assimilés à la résistance palestinienne. Histoire de faire en […]

  7. Nuit debout pas sans nous | Quartiers libres - 25 avril 2016

    […] de Zyed et Bouna sont acquittés, les violences policières sont exacerbées dans nos quartiers et l’islamophobie débridée dans la société. Mohamed a continué sa carrière depuis dix ans et a touché son bâton de maréchal en 2015. Il a […]

  8. Un monde (de) malade – ★ infoLibertaire.net - 28 juillet 2016

    […] Lorsque que ce sont ses soldats, comme en Normandie ou le 13 novembre, la revendication de Daech arrive dans la foulée. Grâce au gouvernement français, un fou pu ainsi devenir un soldat du califat. Face à la tuerie de Nice, Gouvernement et Daech concordent dans leur récit : on peut devenir un djihadiste en un claquement de doigt. Cela permettra le déploiement de politique sécuritaire envers chacun d’entre nous, qu’il soit musulman ou non, rigoriste ou simple pratiquant, puisqu’avec ce précèdent inventé par l’état français et confirmé par Daech, un Tak-tak assassin de masse peut être un « non musulman ». L’on peut donc être totalement barré comme le tueur de Nice et être pris au sérieux par la société française quand on vous colle une étiquette takfiriste. Il y a 15 ans Al Qaïda recrutait des intellectuels capables de piloter des avions pour attaquer les USA, aujourd’hui pour attaquer la France Daech se contente de prêter son label à un paumé avec le permis poids lourds. On a les ennemis qu’on mérite. Même un journal qui traite habituellement les données avec un peu plus de recul comme Mediapart se joint au consensus général en expliquant que le profil du tueur de Nice est un profil classique du terroriste de Daech. La pression est forte. Comme disait Coluche, « il y a plus de racistes que d’étrangers en France, autant se fâcher avec les moins nombreux ». Car en France, l’islam est souvent représenté comme une dinguerie, et pour le faire on n’hésite pas promouvoir des imams en carton comme Chalgoumi qui viennent confirmer par leur attitude caricaturale que décidément l’islam c’est juste bon pour les paumés ou les abrutis. Le racisme ça se fabrique, les élites de France misent sur l’islamophobie pour détourner la colère s…. […]

  9. Un monde (de) malade | Quartiers libres - 30 juillet 2016

    […] Lorsque que ce sont ses soldats, comme en Normandie ou le 13 novembre, la revendication de Daech arrive dans la foulée. Grâce au gouvernement français, un fou pu ainsi devenir un soldat du califat. Face à la tuerie de Nice, Gouvernement et Daech concordent dans leur récit : on peut devenir un djihadiste en un claquement de doigt. Cela permettra le déploiement de politique sécuritaire envers chacun d’entre nous, qu’il soit musulman ou non, rigoriste ou simple pratiquant, puisqu’avec ce précèdent inventé par l’état français et confirmé par Daech, un Tak-tak assassin de masse peut être un « non musulman ». L’on peut donc être totalement barré comme le tueur de Nice et être pris au sérieux par la société française quand on vous colle une étiquette takfiriste. Il y a 15 ans Al Qaïda recrutait des intellectuels capables de piloter des avions pour attaquer les USA, aujourd’hui pour attaquer la France Daech se contente de prêter son label à un paumé avec le permis poids lourds. On a les ennemis qu’on mérite. Même un journal qui traite habituellement les données avec un peu plus de recul comme Mediapart se joint au consensus général en expliquant que le profil du tueur de Nice est un profil classique du terroriste de Daech. La pression est forte. Comme disait Coluche, « il y a plus de racistes que d’étrangers en France, autant se fâcher avec les moins nombreux ». Car en France, l’islam est souvent représenté comme une dinguerie, et pour le faire on n’hésite pas promouvoir des imams en carton comme Chalgoumi qui viennent confirmer par leur attitude caricaturale que décidément l’islam c’est juste bon pour les paumés ou les abrutis. Le racisme ça se fabrique, les élites de France misent sur l’islamophobie pour détourner la colère sociale. […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :