« Juste une supposition » (1) : Alain Soral, l’homme qui voulait être Eric Zemmour

1 Nov

Le livre d’entretiens entre Eric Naulleau et Alain Soral est déjà en prévente sur le site Égalité et Réconciliation, on y apprend qu’il peut faire date ou faire chavirer le système, à les lire ils vont rejoindre la Bible, Le Coran et pourquoi pas Le Capital. On nous raconte que Soral « porte des coups » à Eric Naulleau sans que ce dernier ne puisse répliquer quoi que ce soit.
Soral prend (enfin) la place d’Eric Zemmour dans le sketch à répétition qui a rendu Naulleau célèbre à la télévision.

combat de blancs

Ce livre n’est pas sorti, mais nous pouvons supposer plusieurs choses quant à son contenu et son objectif. Fond et forme sont liés, on devrait voir dans cette tentative de retour dans le grand bizness mainstream de Soral, un changement tactique.

Première considération : si Naulleau fait parler Soral, ce n’est pas pour des raisons de grandeur d’âme. On assiste à une opération éditoriale visant une rencontre « au sommet » entre un infréquentable et une star de la télévision. La participation du chroniqueur télé est sans doute bien rétribuée, et le tirage certainement conséquent.

Le boulot de Naulleau n’est pas trop dur, parce que faire son numéro de duettiste avec Soral ne le change pas tellement de celui qu’il effectue avec Zemmour. Ces deux derniers sont en contact régulier et d’accord sur 90% des choses.

Zemmour fait son beurre en attaquant les immigrés et les quartiers par le biais de l’islam. Soral tente de les soumettre au nationalisme en vendant de manière hargneuse ses salades sur les juifs qui contrôleraient le pays et le reste du monde.

Ils vendent la même camelote idéologique avec la même virulence mais à des publics différents.

Seconde considération : c’est une tentative de sortie de l’underground pour Soral. Il est donc probable que ce livre soit plutôt mou concernant ce qui a fait la réputation Internet de la tête de gondole d’Égalité et Réconciliation.

Alain Soral désire retrouver la grande vie et donc les paillettes des médias mainstream. Fort de sa popularité sur le net, il tente de redevenir un produit présentable aux heures de grande écoute. Il a fait ses preuves de bateleur dans ses vidéos et tente de voir s’il peut retrouver un strapontin de trublion du paysage audiovisuel comme à l’époque de C’est mon choix qui a lancé sa carrière de penseur dissident.
Les provocations sur les juifs ne font plus recette dans les grands médias en France, il est donc probable que ce livre ne soit pas un concentré de ses vidéos qui dénigrent constamment selon ses termes « la communauté organisée », ou la « Banque ».

Il est probable qu’il revienne aux fondamentaux qui ont fait sa gloire à ses débuts quand il jouait les grande gueules de talk-show : cibler les femmes et les homosexuel.le.s.

Les femmes, tout d’abord, sujet qui permet de refaire du Zemmour-Naulleau, ce qui reste vendeur. Les homosexuels ensuite, car étant donné le contexte c’est l’occasion d’être outrancier pour vendre sa haine aux nombreux ennemis du mariage pour tous. Dans ses vidéos, Soral compare l’homosexualité à la pédophilie : il est probable que la provocation de ce livre repose en partie sur ces thèmes.

On rappelle au passage que les Éditions Blanche, spécialisées dans la littérature érotique avaient été visées par une action de l’association Act Up.

Il est fort possible que Soral s’attaque aux musulmans de manière franche ou insidieuse. Autant les attaques sur les juifs sont improductives politiquement et donc financièrement, autant l’islamophobie est porteuse dans une grosse part de l’opinion publique dont les oreilles sont habituées aux insultes de Zemmour.
Les dernières vidéos de Soral font l’apologie du Front National, il est probable que le livre soit du même tonneau. Il est impossible de soutenir le Front National sans verser dans la haine ou le mépris des musulmans, ce livre peut donc être un indicateur de changement de cap.
Cela semble se matérialiser puisque l’un des piliers du groupe Riposte Laïque s’exprime contre l’immigration et l’islam dans une vidéo officielle d’égalité et réconciliation.

Soral n’a jamais caché que son objectif premier est de réussir financièrement. Il a réussi à construire avec l’aide de mécènes d’extrême droite (Philippe Péninque et Frédéric Chatillon) une PME de propagande au service du Front National.

chatillon_soral

La situation actuelle donne tort à ses « analyses » sur le moyen orient, sans doute parce que les musulmans n’ont rien compris à ce que Soral explique de leur religion, mais aussi parce que Soral bosse pour des gens qui sont payés par le régime syrien. Cela lui cause du tort et rend probable un changement de ton à l’égard des musulmans qui critiquent sa ligne politique (il ne faut pas mordre la main tendue par le gentil monsieur qui explique comment il faut penser).

Il est probable que le livre fasse des ventes honorables mais ne réussisse pas à faire revenir Soral dans un milieu qui l’a chassé pour mauvaise conduite. Sa seule option pour faire plus d’argent est de faire ses affaires dans le sillage du Front National, et donc de changer de ton pour essayer de devenir le Zemmour du Front National, en un mot : le bouffon de Marine Le Pen.
Pour faire marrer ses vrais amis, ses « égaux », rien de tel que de balancer du lourd et du gras sur les Arabes, les immigrés, les homosexuel.le.s et les femmes.

Clowns blancs, combat de blancs.

4 Réponses vers “« Juste une supposition » (1) : Alain Soral, l’homme qui voulait être Eric Zemmour”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mais non, Robert Ménard n’est pas facho | quartierslibres - 25 mars 2014

    […] Martel qui avaient occupé la Mosquée de Poitiers. C’est pour ça qu’il console le pauvre Zemmour à qui on fait bien des misères, ou qu’il a toujours soutenu Dieudonné, autre victime innocente […]

  2. Mais non, Robert Ménard n’est pas facho | les AZA - 26 mars 2014

    […] Martel qui avaient occupé la Mosquée de Poitiers. C’est pour ça qu’il console le pauvre Zemmour à qui on fait bien des misères, ou qu’il a toujours soutenu Dieudonné, autre victime innocente […]

  3. La « dissidence soralienne », c’est la BAC de la pensée. | quartierslibres - 7 novembre 2014

    […] c’est la BAC de la pensée. Il appartient au même corps de métier. Ils entretiennent des relations cordiales. Soral est lui aussi un libéral économique. Son public est celui des quartiers, alors il a […]

  4. La Horde – La « dissidence soralienne », c’est la BAC de la pensée - 9 novembre 2014

    […] c’est la BAC de la pensée. Il appartient au même corps de métier. Ils entretiennent des relations cordiales. Soral est lui aussi un libéral économique. Son public est celui des quartiers, alors il a […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :