Les nationalistes ne blaguent pas avec nous

27 Déc

La France est un pays qui conserve, malgré ce que Zemmour et d’autres réactionnaires en disent, certaines traditions. L’une d’entre elles est celle de la girouette politique qui fait s’aligner la posture de contestation en fonction du sens du vent : collabo en 40 et résistant en 44.

Rockin Squat ne déroge pas à cette coutume : sur le Facebook de Kourtrajme (le message a été vite effacé), il appelle désormais à suivre Alain Soral dont la propagande sur internet fonctionne à plein régime.

squat kourtrajme

Aujourd’hui, il est de mode (et commode) d’étiqueter toute forme de colère avec les discours du binôme de businessmen Soral/Dieudonné. Mode avalisée par les médias et la classe politique, Manuel Valls en tête, parce qu’elle sert leurs intérêts : une révolte stérile qui se déroule principalement sur le net et se concrétise en violences sur les minorités est préférable à une révolte sociale basée sur des revendications économiques.

Cette reconnaissance en tant que chefs de file de la révolte par les classes dominantes va de pair avec la montée des agressions racistes. Outre les agressions de femmes voilées qui sont monnaie courante, on note une recrudescence des agressions à caractère raciste. Récemment, un jeune d’origine cap-verdienne s’est fait agresser par un militant des jeunesses nationalistes.

Rockin Squat et son nouveau mentor Alain Soral auront beau jeu de nous expliquer que si un jeune noir se fait cogner par un skinhead, c’est la faute au « sionisme », les faits sont têtus et contrairement aux chimères Illuminatis certaines collusions sont facilement démontrables.

Avertissement

Les informations récoltées et publiées dans cet article ne viennent pas d’un programme de surveillance « sioniste » ultra secret, mais de Facebook. Nous reconnaissons bien volontiers que Zuckerberg l’inventeur de Facebook est juif mais nous faisons remarquer à nos futurs détracteurs que Soral, Squat et Dieudonné utilisent Facebook pour faire du réseau et la promotion de leur activité.

Prenons un exemple, celui de Logan Djian, simple exemple appuyé par des preuves en images.

Ce type va avoir toute votre sympathie : sa vie est quasi aussi marrante que les spectacles de Dieudonné ! Même brutalité de propos, pas de second degré dans les punchlines (ou dans le punch tout court), de l’acidité : un concentré de férocité qui met en avant les thématiques raciales et la loi du plus fort.

Sa vie ressemble un peu à des passages du spectacle « Sandrine », les plus attentifs aux signes cachés auront remarqué le tatouage sans équivoque (on laisse le soin à Rockin Squat d’expliquer que les nazis étaient gentils ou à Soral que c’est un un coup monté sioniste).

Logan_sandrine

Une existence ponctuée par des moments de franche rigolade comme dans « Foxtrot ». Squat, Soral et leurs fans auront une explication convaincante mais sans preuve, à la Zemmour : tout dans la force de vente. Pourtant, Logan est un gars de la droite radicale qui assume son racisme rebaptisé par Dieudonné « expression politiquement incorrecte ».

Logan_Feuges

Le côté espiègle de Logan avec un « j’ai trahi ma race » en tatouage peut-être considéré comme un hommage à la maman de Dieudonné.

Logan_mollet

On rigole sur le web entre personnes de bonne compagnie !

Sauf que dans la réalité la violence et le racisme sont moins marrants. Logan, dont le surnom sur Facebook est « Duce »  en référence à Mussolini, est un proche de la tribune Boulogne (il a été au KOP et proche de la « Milice Paris »). Il est militant nationaliste, a été membre des Jeunesses Nationalistes et du GUD et est proche d’Alexandre Gabriac. On le voit en sa compagnie lors d’une manifestation et lors d’un déplacement de ce mouvement en soutien à CasaPound à Naples.

Logan_gabriac

Logan_gabriac_Napoli

Rappelons que CasaPound affirme être le fascisme troisième millénaire et que son palmarès d’agressions racistes est considérable dont certaines ont été mortelles. Soral est leur ami, des liens existent entre CasaPound et «Egalité et Réconciliation ». Tout ce petit monde partage le même point de vue.

On sait que, dans la doctrine officielle des Jeunesses Nationalistes, le combat contre l’Islam et les musulmans par tous les moyens est en bonne place. La France est chrétienne, « rendez nous Jésus » comme dit Dieudonné.

Et le GUD lyonnais est l’auteur de l’agression d’un couple « pour trahison de race ». Bref, au delà des mots il y a passage à l’acte régulier. Pas contre la LDJ ou les « sionistes » qui sont l’ennemi commun proclamé de Dieudonné et des nationalistes, mais contre tout le reste. Une bonne vieille ratonnade, aussi française que la girouette.

Les sketchs mis en pratiques (cassage de gueule de noirs et d’arabes, islamophobie, agressions de femmes, pulsions meurtrières), ça mérite bien un petit cliché !

Logan_dieudonné

Comme nous l’avons déjà dit auparavant, faire la quenelle n’engage à rien et nous arrivons aux mêmes conclusions que le site Al Kanz : ce n’est qu’un geste vulgaire, doublé d’un outil marketing.

Cependant, qu’un type comme Logan puisse apprécier Dieudonné devrait donner à réfléchir au sens politique que ce dernier donne à son engagement artistique. Car Logan n’est pas un simple fan, il est un soutien actif de Dieudonné : on le voit solidaire de l’artiste à l’audience du 28 novembre dernier lors du procès pour la chanson « shoah – nanas », il est filmé et apparaît sur cette vidéo.

Si vous n’avez pas le temps de jouer à « où est Charlie ? », le voici :  il a les cheveux un peu plus longs que d’habitude et est moins affuté, il vient d’être papa (sans trahir sa race) et d’ouvrir un bistrot (petit patron lui aussi, quelle coïncidence !)

Logan_procès1

Logan_procès2

Puisque Soral et Dieudonné nous bassinent avec la « réconciliation  nationale », il serait opportun que leurs fans aillent voir si on peut installer une tirelire de collecte pour la construction d’une mosquée dans le bar de Logan. On invite les plus dubitatifs à y aller en couple avec une personne « non blanche » afin de constater par eux-même si la trahison de race est une vanne rigolote quand elle est racontée à coups de poings.

Logan est militant, son soutien à Dieudonné, enfant de la trahison de la race blanche, concept cher aux nationalistes, relève de la stratégique politique.

Dans l’inconscient collectif de beaucoup de personnes, Dieudonné ne peut pas servir la cause du racisme parce qu’il est métis. Les déclarations de Dieudonné, qui rendent coupable de tous les maux de la terre les « sionistes », ont un immense intérêt pour les nationalistes et skinheads : elles les disculpent de leurs responsabilités. Lorsqu’un raciste cogne une femme voilée, c’est toujours une conséquence du sionisme. Le jeune cap-verdien agressé à Chelles devient un dommage collatéral du sionisme par des skinheads et expliqué de manière exaltée par Soral. C’est désormais relayé par Rockin Squat. Les agressions deviennent acceptables au final par des personnes qui pourraient en être la cible.

Logan Djian, Alexandre Gabriac, Serge « Batskin » Ayoub, Alain Soral, soutiennent Dieudonné car ils peuvent commettre leurs forfaits en toute impunité en raison de l’attachement sentimental aveugle qu’un nombre considérable d’habitants des quartiers conservent à son égard.

Si une femme voilée se fait agresser par des skinheads, c’est la faute des « sionistes ».

Si des policiers dérapent de manière islamophobe ou raciste, c’est la preuve qu’ils en ont marre du toupet de la communauté juive, comme l’affirme Soral.

La diversion fonctionne, alors que la vérité nue est sous nos yeux : le racisme monte et s’exprime de manière violente dans les rues. La plupart regarde ailleurs en cherchant des explications alambiquées pour ne pas réagir.

Le point commun de Dieudonné, Soral et de Rockin Squat est qu’ils font partie du monde du spectacle et qu’ils en vivent : ils vendent du rêve et du divertissement. Pour une majorité de personnes, il est préférable de se raccrocher à la croyance que le malheur vient d’un petit groupe de personnes désignées comme « sionistes », pour des raisons opportunistes et racistes. On évite de remettre en cause les injustices sociales et on espère créer une unité illusoire sur des contresens.

Ce discours sert à assurer une position hégémonique au bloc culturel et économique dominant mais les faits sont têtus et démontrent toujours que les paroles des dominants sont démentis par leurs actes.

Ils ne blaguent pas avec nous.

Publicités

25 Réponses to “Les nationalistes ne blaguent pas avec nous”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La Feuille de Chou | Les nationalistes ne blaguent pas avec nous | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou.La Feuille de Chou - 27 décembre 2013

    […] https://quartierslibres.wordpress.com/2013/12/27/les-nationalistes-ne-blaguent-pas-avec-nous/ […]

  2. Rendre infâme les autres pour masquer sa médiocrité | quartierslibres - 22 janvier 2014

    […] morale s’écroule en raison de lobbys francs-maçons. Alain Soral, source d’inspiration de Rockin Squat (maitre étalon du rap qui parle d’élites satanistes et mentor de SKS Crew), compare […]

  3. Aujourd’hui la Grèce, demain en France | quartierslibres - 28 janvier 2014

    […] pas les nationalistes. Ils ne veulent que le maintient de leur niveau de vie en sacrifiant tout ce qui ne colle pas avec […]

  4. Aujourd’hui la Grèce, demain en France | nidieuxnimaitrenpoitou - 2 février 2014

    […] pas les nationalistes. Ils ne veulent que le maintient de leur niveau de vie en sacrifiant tout ce qui ne colle pas avec […]

  5. Nous accusons réception | quartierslibres - 6 février 2014

    […] trois : dans la mouvance de Soral gravitent des skinheads, des terroristes comme Michel Lajoye, des mercenaires de la […]

  6. Rockin’Squat ! On reste sérieux dans nos affaires. | quartierslibres - 18 mars 2014

    […] Fin décembre 2013, Rockin’Squat relaie une vidéo d’Alain Soral en expliquant que ce dernier dit des « vérités ». […]

  7. Mathias Cardet, nous accusons réception ! | Dissidence-Watch - 27 juin 2014

    […] trois : dans la mouvance de Soral gravitent des skinheads, des terroristes comme Michel Lajoye, des mercenaires de la […]

  8. Comment trahir sans se renier | quartierslibres - 7 juillet 2014

    […] des groupes antifascistes. De l’autre côté, celui des agresseurs, on trouve toujours des militants de groupes de droite radicale, ceux-là même qui sont aujourd’hui les amis de Kim et […]

  9. Mathias Cardet, violence verbale | quartierslibres - 26 septembre 2014

    […] lui-même sur la guerre du Viet Nam dans « son » second livre. Défendre les intérêts des nationalistes français quand on est noir, c’est se retrouver dans une position délicate. C’est trahir les siens au […]

  10. Être antisystème, c’est quoi? | quartierslibres - 5 novembre 2014

    […] après une courte peine. On ne peut pas être antisystème quand on roule aux côtés des racistes en leur servant de […]

  11. Un monde de mythos | quartierslibres - 22 décembre 2014

    […] y rajoutent leur touche singulière, leur petit marqueur : la haine des Juifs, des Musulmans et du non blanc et leur paranoïa sur l’infiltration de l’état par des gauchistes. Si on les écoute, la […]

  12. Posture de rebelle et contorsions intellectuelles | quartierslibres - 26 décembre 2014

    […] doit être blanche tout en parlant d’unité entre « rebelles ». La réalité c’est que les nationalistes ne blaguent pas avec la pureté raciale de leur beau pays, et ceux des nôtres ou assimilés qui ont décidé de se […]

  13. L’Agence Info Libre : les « freedoms fighters » des medias | quartierslibres - 15 avril 2015

    […] en passant par tous les groupuscules d’extrême droite. Le reportage au congrès européen du GUD mené par Logan Djian montre à quel point l’Agence Info Libre est perçue comme un partenaire par cette mouvance qui ne […]

  14. Le racisme systémique est une plaie historique | quartierslibres - 22 mai 2015

    […] côtés des dominants. Et durant des années ils ont tenté de nous faire croire qu’il y avait un combat commun à mener avec les pires racistes. Un de leurs objectifs pour fédérer des gens autour d’eux est de faire croire qu’Israël […]

  15. Les résidus de la pensée « dissidente  sont une moisissure idéologique | «quartierslibres - 11 juin 2015

    […] ses mensonges en expliquant être « un Palestinien dans son propre pays ». Une mascarade qui met le nationalisme français et son passé colonial au même niveau que les luttes de libération nationale des peuples […]

  16. Les traditionnels supplétifs de l’Etat | quartierslibres - 27 juillet 2015

    […] entre Soral et ces extrémistes de droite italiens. La réalité est sous nos yeux : Soral et beaucoup de droitards français travaillent avec des militants italiens qui sont racistes, liés au crime organisé et au […]

  17. Séance du dimanche. 2 août 1980, attentat de la la gare de Bologne | quartierslibres - 9 août 2015

    […] Le 2 août 1980, il y a 35 ans, une bombe explosait dans la salle d’attente des seconde classe de la gare de Bologne. Une bombe de vingt-trois kilos placée au milieu d’une salle bondée de gens qui, tout simplement, partaient en vacances, le 2 août pour le mois d’août, le mois d’août, en Italie comme ailleurs, les gens prennent le train et partent en vacances. Et puis Bologne, c’est un nœud ferroviaire important. Ça permet d’aller vers le nord, vers les plages de l’Adriatique ou de Toscane, vers le sud. Il y a forcément du monde. Alors mettre vingt-trois kilos d’explosifs à 10 h 25 du matin, c’est sûr que ça produit son effet. Deux-cents grammes bien placés, déjà, ça fait des dégâts, ça peut blesser du monde et ça crée à coup sûr une belle panique. Vingt-trois kilos, ça fait un massacre. 85 morts, plus de 200 blessés, de grands, des petits, de enfants, des vieux. De tout, quoi. Des gens qui voyagent en train en seconde classe pour partir en vacances. Un des pires attentats commis en Europe de puis 1945. La gare fut presque totalement détruite par l’explosion. La salle d’attente fut atomisée avec les personnes qui se trouvaient à l’intérieur. Un train situé au-dessus et déjà plein de voyageurs fur également renversé et en partie détruit. Presque immédiatement, Francesco Cossiga et son gouvernement évoquèrent la thèse d’une explosion accidentelle de chaudière. Une explication pratique, simple et massive, qui avait l’avantage immense de couper court à toutes les questions : si c’est la faute à pas de chance, pas de coupables, pas de réseaux de soutien, pas d’enquête. Le problème, c’est qu’il apparut très vite que ce n’était pas une chaudière, que c’était bien des explosifs et qu’il y avait bien des responsables. Dès le 26 août, la responsabilités des milieux néo-fascistes était établie, et il semble toujours clair que de sont des membres des Noyaux Armés Révolutionnaires (N.A.R.) qui ont posé la bombe. Valerio Fioravanti, une ancienne star de série télé, et Francesca Mambro, sa compagne, tous deux membres actifs des NAR ont été arrêtés et condamnés en tant qu’auteurs matériels du massacre. Mais l’enquête révéla qu’on n’avait trouvé que l’infime partie émergée d’une organisation qui menait jusqu’au cœur de l’État italien, ce qui explique l’empressement de certains à enterrer l’affaire. Outre les militants des NAR, plusieurs militants de Terza Posizione, un groupe clairement fasciste, Roberto Fiore et Gabriele Adinolfi en particulier, furent impliqués, mais, informés à temps, ils purent fuir à l’étranger. Surtout, l’enquête remonta jusqu’à deux hauts officiers des services secrets militaires italiens, le SISMI, et jusqu’à Licio Gelli, le fameux grand-maître de la loge P2 (Propaganda Due), mettant au grand jour la trame de la « stratégie de la tension »: le terrorisme noir était au moins téléguidé par une tendance importante des services et des réseaux d’intérêts dont l’objectif était de déstabiliser l’État pour le forcer à abandonner tout cadre démocratique et à prendre des mesures autoritaires sur la société, le tout pour favoriser les affaires. Une stratégie qui avait marché en Argentine quelques années auparavant, quand l’Association Anticommuniste Argentine (triple A), un groupe paramilitaire composé de fascistes, de barbouzes et de flics parrainé par un ministre lui-même en relation directe avec Licio Gelli, José López Rega, avaient frappé aveuglément la société. Le degré de violence atteint en 1975-1976 avait fourni les arguments à l’armée des arguments acceptés par une bonne partie des classes moyennes pour prendre le pouvoir et s’attaquer à la « subversion », c’est-à-dire tout pas uniquement les groupes armés révolutionnaires, mais tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une organisation de lutte sociale, syndicat, association de gauche, etc. L’attentat de la gare de Bologne n’était pas le premier du genre, depuis ceux de la Piazza Fontana à Milan et celui de Brescia, plusieurs bombes fascistes avaient tué. Mais son effet aura été contre-productif pour ses commanditaires : la découverte d’un vaste complot néo-fasciste au sein de l’État capable d’un tel assassinat de masse un jour de départ en vacances retourna l’opinion. Les Brigades Rouges, Prima Linea, les NAPC avait donné lieu à de très nombreuses arrestations. Dans ce cas précis, on put apercevoir les parties les plus visibles de la trame: Gelli, des néo-fascistes, quelques officiers des services, mais on ignore toujours qui étaient les vrais commanditaires. Du coup l’hypothèse du retour à un régime militaire, comme en Argentine ou en Grèce au même moment fut abandonnée, les affaires pouvant de toute façon être menées dans un cadre démocratique formel. La plupart des responsables condamnés ont fini par être acquittés. Fiore et Adinolfi ont pu rentrer de leur exil doré, l’un pour fonder Forza Nuova, l’autre pour parrainer Casa Pound, le mouvement faf qui fait baver d’envie Soral et l’ensemble de la galaxie extrême-droitière française. […]

  18. Frédéric Delavier, coach de la pensée raciste protéinée | quartierslibres - 17 août 2015

    […] sur le reste du monde en revenant au racisme biologique mérite une place d’honneur chez les nationalistes français. Pour Delavier, les corps sont façonnés par une adaptation au climat et tous les climats ne se […]

  19. Ligue des tocards | Quartiers libres - 15 septembre 2015

    […] quant à la trajectoire de celui qui l’a rendu populaire et dévoile le racisme dans lequel baigne Dieudonné. Comme laver plus blanc […]

  20. Le fond et la forme : chez Soral, les deux sont vaseux | Quartiers libres - 23 octobre 2015

    […] bonne blague, sauf pour les nationaux socialistes qui ont de l’expérience en la matière. Eux, ne blaguent pas avec nous. Tout ce numéro de bateleur est mis au point par Soral pour nous inviter à voter pour […]

  21. Clash Dieudonné / Soral : le téléphone pleure | Quartiers libres - 23 décembre 2015

    […] décorées de l’ordre du mérite de l’ananas ont cru pouvoir se réconcilier avec les lyncheurs d’extrême droite et ont fournis quelques troupes de choc pour les mauvais combats. Les nationalistes français, […]

  22. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] Pour le FN et la droite en générale (PS inclus), la dénonciation d’un politiquement correct et la lutte pour la liberté d’expression n’ont pour seul but que de libérer la parole raciste et légitimer les passages à l’acte. […]

  23. Après la quenelle, la carotte. | Quartiers libres - 23 septembre 2016

    […] rabatteur du PS dans les années 90, puis à partir des années 2000 comme tirailleur idéologique de l’extrême droite antisémite. Nul besoin de faire des procès d’intention sur la sincérité de ses engagements successifs […]

  24. Après la quenelle, la carotte. – ★ infoLibertaire.net - 23 septembre 2016

    […] années 90, puis à partir des années 2000 comme tirailleur idéologique de l’extrême droite antisémite. Nul besoin de faire des procès d’intention sur la sincérité de ses […]

  25. Egalité et approximations | Quartiers libres - 25 novembre 2016

    […] lui aussi a bossé avec Dieudonné. Au passage, on peut remarquer que ça en fait un sacré nombre de vrai racistes assumés ayant côtoyé de près Dieudonné. Le délire de ce Daniel Conversano c’est de vouloir […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :