K.T Gorique (Frères Incendie) : Définition

7 Fév

La vraie vie ce n’est pas les filles en robes roses, les garçons en pantalons bleus.

Tatouages et piercings je veux ressembler à personne
Je fais de moi ce que je veux, ma tête mon corps je façonne

J’crois en la force des éléments
Beaucoup chez moi sont animistes
On traite la nature par le cylindre
La pyramide comme des cubistes
Dès qu’on a nous on graille tout comme des boulimiques
Pour certains c’est la fumette effet aérodynamique
Moi j’essaie de me gérer
Mais j’suis ma plus grande adversaire
Dans ma tête c’est les grands froids et les tropiques j’suis bipolaire
Ce serait trop simple d’évacuer sa peine par les chiottes
Donc je retiens tout à l’intérieur je suis trop vieille pour les couches culottes
Le champ lexical de ma vie est proche de l’holocauste
J’aurais pu être Hitler car je souffre de névrose
Pour l’instant je suis victime torturée par la plume
Dans ma ville y’a du vent de la pluie donc mon rap a le rhume
Malade parc’que ce monde est bourré d’artifices
Je traîne devant les blocs j’apporte ma pierre à l’édifice
Tatouages et piercings je veux ressembler à personne
Je fais de moi ce que je veux ma tête mon corps je façonne
Faut faire des choix ouais comme au poker savoir bluffer
S’passer d’amour serrer les dents et ça sera fait
Nous on est de ceux que personne ne remarque
On rêve de révolution d’une autre place comme Rosa Parks
Souvent je m’embrouille avec moi même on est en désaccord
Pas de boussole qui indique le nord mais le temps qui indique la mort
Moi je suis peux matérialiste mes souvenirs sont mes trésors
Parfois je m’offre une paire de shoes après je m’endors dans le remord
Honnêtement j’n’aime pas le mot capitalisme
Ça ressemble à colonialisme militarisme esclavagisme
Le mot triste est synonyme et reflet de ma iv
Les larmes coulent sans raison réactions compulsives
J’ai des réflexes de psychopathe surtout devant les hommes en costard
Car ils s’accaparent la part de biff de mes semblables
C’est abusif que des scandales un partage inéquitable
Rébarbatif d’avoir que d’la soupe à sa table
C’est pas la joie j’ai pas d’ciel comme si j’vivais dans les Sims
On contrôle mes faits et gestes et j’fais des choses qui m’abrutissent
Alors dès que j’peux j’m’évade écriture musique
Sinon j’vais trop loin dans ma tête comme des fouilles archéologiques
J’ai trop de questions sans réponses et j’fais des excès
Y’a pas d’formule pour vivre bien sinon y’aurait un tableau Excel
J’utilise les instrus comme des talismans
J’y crois encore même si la chance n’a plus rien à voir la d’dans
Y’a plus que moi et le chemin que j’dois encore parcourir
J’suis né pour faire entendre ma voix, éblouir comme un saphir
Un jour je s’rai celle que je veux
Peut-être que j’saurai plus écrire
Si ça arrive je choisirai d’mourir
Parc’que pour moi le rap c’est ça
L’écriture avant le blaze
Le cœur avant les liasses
Un âme qui dicte des phrases
Si tu m’écoutes en ce moment tu joues le rôle du psycholoque
Prépare toi j’vais tout dévoiler et j’en suis qu’au prologue

%d blogueurs aiment cette page :