Derrière la Morale: l’argent et le pouvoir

10 Fév

Après Farida Belghoul, c’est au tour d’Eric Zemmour d’alimenter la polémique sur une maltraitance sexuelle infligée aux enfants par le biais de professeurs obéissants aveuglément au ministère de l’Education nationale. Un programme de lutte contre les discriminations sexuelles ou pour aider des adolescents en souffrance se transforme en complot « socialiste » contre la famille. Cette rumeur suffit à mettre bon nombre de personnes qui auraient pris le billet offert par Youssoupha dans la poche de Zemmour.

Etrangement, quand Zemmour parle des quartiers, il ment ; mais quand il parle des homosexuels et de l’école il devient crédible.

zemmour boutin achoui genzen

En regardant les faits, on s’aperçoit que le programme qu’Eric Zemmour dénonce n’est pas tel qu’il le raconte et surtout qu’il a été mis en place par l’UMP. Au-delà du factuel, il y a toujours en arrière fond cette panique morale et son exploitation par nos ennemis.

Comment en est-on arrivé là ? Il y a bien sûr le fait que le PS au pouvoir s’empresse systématiquement de faire des cadeaux à ceux qui ont voté contre lui pour ne pas les contrarier. La ligne « terra nova » s’est imposée : on a tourné le dos aux préoccupations concrètes des classes populaires.
Au sein de la gauche radicale, c’est le marasme et l’incapacité à renouer avec les classes populaires sur des actions ou des mots d’ordres audibles.

Pour les quartiers populaires, deux alternatives apparaissent alors séduisantes : soit l’acceptation de la ligne PS pour limiter la casse ; soit la posture de pseudo-révolte aux côtés des droites.

Le ralliement au PS a déjà montré qu’il était davantage porteur de frustrations et d’instrumentalisations en tous genres que de progrès réels.
L’unité des droites, quant à elle, se fait sur la désignation de coupables, qu’il faut chasser au nom d’un ordre naturel dont le groupe majoritaire est le garant. Certain.e.s d’entre nous peuvent penser qu’adopter de positionnent permettra de gratter quelques miettes lorsque la droite reviendra au pouvoir sous l’une de ses formes. Cette option a cependant régulièrement montré à qu’elle était dangereuse et contre-productive.

Dans les deux cas, on assiste à une capitulation face au libéralisme économique. Le PS a déjà clairement annoncé la couleur. Zemmour et les « antisystèmes » autoproclamés (comme le FN et ses sbires), quant à eux, ne proposent aucune remise en cause du système économique et social. Au contraire, ils promettent la validation et l’accentuation des inégalités.

Du PS au FN, il n’y a de discussion que sur la forme sociale que doit prendre le capitalisme.
D’un côté, on a le PS et certaines figures de droite qui clament que n’importe qui peut réussir dans le libéralisme et que le succès n’est pas une affaire de couleur, d’orientation sexuelle, de genre ou de classe sociale. Ce qui est faux.
De l’autre, ceux qui revendiquent la nécessité d’une appartenance des dirigeants à une même culture, avec une conception du monde qui justifie leur place de dominant en raison de l’essence même de ce qu’ils sont.
En gros, dans ces affaires de « mariages et manif pour tous » et autres, on nous demande juste de choisir à quel degré de libéralisme nous préférons être cuits.

Si le libéralisme proposé par le PS semble aujourd’hui délirant pour bon nombre d’entre nous, c’est vite oublier que le libéralisme de l’UMP nous a fait tout aussi mal et que celui du FN est brutal, sans pitié et sans aucune protection sociale ni moyen de défense (suppression des syndicats, chasse à l’étranger, présomption d’innocence pour la police, etc.).

les parrains

Le désespoir et le sentiment d’impuissance qui nous tiennent aujourd’hui sont tels qu’on ne lutte plus pour des objectifs qui peuvent changer notre vie et l’améliorer. On se retrouve empêtrés dans des débats moraux sur la PMA et l’euthanasie. Peu de gens qui débattent de tout cela sont concernés directement.
Chacun.e s’érige en juge et donne son avis sur ce qu’il y a avant et après la vie, mais autour de ce qu’il advient de nous ici-bas, c’est la résignation et le silence.

On nous demande de prendre part à des réquisitoires contre la parentalité homosexuelle, on explique que l’école publique et gratuite est un lieu de débauche satanique. Et ça marche, alors que les problèmes concrets sont tout autres.
On nous demande de nous positionner dans un débat entre deux factions de la société dont les intérêts économiques divergent des nôtres.
Pourquoi ne parle-t-on pas plutôt des familles monoparentales ? Combien de femmes seules tentent d’élever au mieux leurs enfants ?
Les couples avec enfants qu’on nous vend comme piliers de la société explosent sous la pression économique. La femme reste la prolétaire du prolétaire, comme le disait Thomas Sankara :

« Un homme, si opprimé soit-il, trouve un être à opprimer : sa femme ! »

Quand la situation devient insupportable (emplois en intérim, horaires délirants, gamins qui grandissent seuls, etc.), le couple explose. Ce sont les mères qui constituent alors la dernière digue dans nos quartiers. C’est le lot de trop nombreuses familles. Voilà le quotidien et ses problèmes concrets.

Dans ces circonstances, le discours qui fait l’éloge du papa et de la maman avec des enfants sages fait recette : c’est le rêve. C’est la victoire de Margaret Thatcher  : « il n’y a pas de société mais des individus et des familles. »
Tant pis pour celles et ceux dont le foyer a volé en éclat. Pour eux, plus de sécurité sociale, plus de solidarité. Il ne reste plus que la prière. Chacun pour soi.

L’instruction à l’ancienne ne permet pas de régler les problèmes sociaux. La cours de récréation est le reflet de son époque. Les manuels scolaires ne font pas la réussite sociale. Forts de nos inquiétudes, on est tenté d’aller vers les voix qui expliquent que l’on va combattre le diable. Seulement voilà, celles et ceux qui crient au loup n’ont pas de réponse, excepté désigner un ennemi fantasmatique. La prière seule ne remplit pas l’assiette et ne paye pas le loyer. Pour citer de nouveau Sankara :

« Ni le coran, ni la bible, ni les autres n’ont jamais pu réconcilier le riche et le pauvre ! »

Tout cela n’est qu’un leurre, parce qu’une partie des dominants refuse toute évolution du système économique qu’elle a contribué à mettre en place. La société libérale est l’aboutissement du capitalisme et se concrétise par un individualisme absolu. Une partie des possédants refuse cet état de fait car elle veut conserver l’héritage et la mainmise sur des privilèges qu’elle considère comme naturels et irrévocables. C’est aussi le symbole de l’Europe qui ne veut pas perdre sa première place mondiale et qui se voit lentement mais sûrement décramponnée par d’autres puissances.

farida belghoul action royaliste
Pour mener son combat, cette partie des possédants a besoin de fantassins. C’est ainsi que se font enrôler certains croyants, pour œuvrer au rétablissement d’un ordre soi-disant naturel.

Lorsque Soral et Zemmour demandent s’il est normal que Pierre Bergé ait du pouvoir et s’en serve pour lutter en faveur des droits des homosexuels, ils tentent de nous détourner des vraies questions : est-il normal que l’on puisse détenir un pouvoir supérieur à celui des autres et sur quoi se fonde ce pouvoir ?
Ils font de ce riche une personne « de gauche » parce qu’il affiche son homosexualité tout en étant un homme d’influence dans les cercles PS (tout en pesant moins que le MEDEF). Pour eux, le pouvoir devrait toujours être habillé comme au temps des rois. En faisant référence à cet « âge d’or », ils occultent le fait qu’à cette époque, l’homosexualité existait déjà.

Ces questions sur la nature du pouvoir, de ses détenteurs et de son exercice opèrent un clivage, chez les croyants comme chez les athées.

Il n’y a pas plus de « LGBT » aujourd’hui qu’avant. Le pouvoir n’est pas dorénavant aux mains des homosexuel.le.s. Ce fantasme est utilisé parce que certains dominants veulent garder leur pré carré en période de crise et masquer les restructurations économiques qui vont dans leur sens.
L’homosexualité existe depuis toujours et n’a jamais été un élément déterminant pour construire les rapports de classes. Pour certains qui évoquent le monde grec comme référence culturelle, cela devrait être une évidence. L’idée selon laquelle la religion, le chacun chez soi et la famille traditionnelle protégeraient des souffrances morales et des violences sexuelles est absurde. L’Église catholique est régulièrement condamnée pour des faits de pédophilie. A population égale, il n’y a pas plus de violences sexuelles dans les quartiers urbains multiculturels que dans les zones rurales enclavées. En France, plus de 70% des viols sont commis par des proches de la victime et 25 % par des membres de la famille.
Quant à l’école, pour celles et ceux d’entre nous qui ont déjà mis les pieds dans un collège de quartier : les filles qui tombent enceintes, les humiliations et les conduites à risque sont monnaies courantes et ne sont pas le fruit de l’enseignement ou de militants LGBT introduits dans le plus grand secret dans les classes. L’Éducation Nationale est à la ramasse, mais n’est pas une institution qui organise des orgies.
En revanche, il est tentant de vouloir y croire pour se cacher certaines choses.

La société est violente, il est hélas logique que les mômes subissent et reproduisent cette violence. Comment fait-on alors pour trouver des solutions adaptées ?
Ceux qui nous vendent aujourd’hui la Tradition comme remède aux problèmes économiques agissent avec duplicité.
D’une part, ils détournent sciemment l’attention des vrais problèmes et proposent de laisser les injustices perdurer en les occultant. D’autre part, ils agitent le spectre de la maltraitance sexuelle des enfants, résultant d’une supposée perversion morale des institutions (par les homosexuel.le.s notamment), sans proposer de solution viable pour l’ensemble de la société. De surcroît, ils s’emploient à culpabiliser celles et ceux qui tentent de faire comprendre que ce ne sont pas là les vrais problèmes et qui agissent concrètement sur le terrain.

combahee river collective

Que l’on soit croyant ou non, il y a deux choses impardonnables.

La première est de se mettre en posture de supériorité et de juger ses semblables pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font. De la même manière que l’on dénonce l’islamophobie, le racisme, le sexisme et les oppressions sociales comme des attaques à l’encontre de ce que sont les gens, on ne peut laisser passer les discriminations à l’encontre des homosexuel.le.s.
A cet endroit, il faut se rappeler que les luttes des minorités contre les discriminations et l’injustice ont toujours servi l’intérêt général.

La seconde est de dénoncer des choses aberrantes et outrancières, de manière totalement hypocrite, pour se mettre dans le sillage des puissants qui commettent et perpétuent l’injustice, et ce dans le seul but de se valoriser et de profiter précisément du système. Le confort et la flatterie des mensonges de Zemmour font sentir à certaines personnes ce que signifie être du côté des puissants et de la « morale ».

Si Zemmour et la Manif pour Tous et autres opportunistes se souciaient vraiment des enfants, ils ne s’en serviraient pas pour leurs stratégies politiques et ils n’insulteraient pas celles et ceux qui tentent au quotidien de leur donner des repères et de les élever dans le merdier actuel.
Parce que pendant ce temps-là, de leur côté, ça va plutôt bien. La bouffe est bonne et la maison bien tenue : les leçons de morale ne servent qu’à conforter leur position de dominant en nous faisant passer pour des arriéré.e.s ou des dépravé.e.s .
De l’autre côté, trop d’entre nous tolèrent aujourd’hui que l’on crache sur les gens, du moment qu’ils ne sont pas la cible du mollard.
Face aux injustices, il faut se battre. En tolérer une, c’est reproduire un schéma de domination et renforcer le « système ».

28 Réponses to “Derrière la Morale: l’argent et le pouvoir”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Audre Lorde est née il y a 80 ans | quartierslibres - 18 février 2014

    […] ces temps d’attaques contre la minorité dans la minorité, il est juste de rappeler ce qu’Audre Lorde nous expliquait : "The Master’s Tools […]

  2. Les Droites radicales françaises rêvent d’un islam à leur solde | quartierslibres - 25 février 2014

    […] beaucoup des nôtres dans la panique. Leur objectif est de les enrôler comme tirailleurs dans un combat qui n’a aucun intérêt pour eux. Parce qu’au terme de ce combat, ils seront les suivant de la liste. Lutter contre […]

  3. Sur la terre comme au ciel | quartierslibres - 21 mars 2014

    […] ordre culturel injuste qu’ils essayent de justifier par une manière de croire en Dieu qui n’est pas libératrice. Ils ne veulent pas assumer les responsabilités de leurs actes à travers l’Histoire. Leur […]

  4. Pour Alain Soral, un bon Musulman est un Musulman qui mange du porc! | quartierslibres - 7 avril 2014

    […] celles et ceux qui continuent à nous vendre Soral, Dieudonné et Le Pen comme salut politique : leur réconciliation a un goût et odeur de […]

  5. Fabe (feat. Haroun) – On m’a dit | quartierslibres - 12 mai 2014

    […] A propos de l’école et des problèmes de société: […]

  6. Le dentiste, Jésus et les Soucoupes volantes | quartierslibres - 26 mai 2014

    […] On bâtit une théorie, on invente une histoire et on assemble les pièces du puzzle après : pas de recoupement d’informations, pas de sources sérieuses, pas de preuves réelles. Le récit se suffit à lui-même. Le meilleur des enrobages pour ces récits est le côté scandaleux et outrancier voire insultant qu’utilisent ces conteurs de l’ère numérique. La rumeur règne. Les bordées d’injures et les détails scabreux sont nombreux et ont pour cibles leurs ennemis imaginaires auxquels ils assimilent leurs détracteurs. […]

  7. LDJ et Soral: l’union sacrée | quartierslibres - 5 juin 2014

    […] »: le programme du FN serait favorable aux immigrés, aux pauvres , aux Musulmans et autres groupes minoritaires. Le réveil sera pénible et […]

  8. La séance du dimanche : Pelé et Garrincha, dieux du Brésil | quartierslibres - 8 juin 2014

    […] sociale, pour l’autre la dégringolade aux côtés du peuple qu’il représente. L’ordre moral et la répression pour tordre le coup à des revendications sociales. La communication et le paraitre face à la […]

  9. Pour Alain Soral, un bon Musulman est un Musulman qui mange du porc! | Dissidence-Watch - 27 juin 2014

    […] celles et ceux qui continuent à nous vendre Soral, Dieudonné et Le Pen comme salut politique : leur réconciliation a un goût et odeur de […]

  10. Comment trahir sans se renier | quartierslibres - 7 juillet 2014

    […] peut offrir à l’enfant la sécurité d’un foyer. Mais qu’en est-il pour nos deux défenseurs de la morale du moment ? Avec la grille de lecture qu’ils proposent, comment peuvent-ils justifier qu’un homme […]

  11. La « dissidence soralienne », c’est la BAC de la pensée. | quartierslibres - 7 novembre 2014

    […] sexuelles, aux musulmans et aux noirs alors que les patrons et la classe dominante à laquelle ils appartiennent n’ont jamais amassé autant de puissance fait penser à celle de la légitime défense […]

  12. Face au miroir : Soral et le silence des médias | quartierslibres - 19 novembre 2014

    […] La mise à nu du parrain de la « dissidence » ouvrira sans doute les yeux à beaucoup de personnes sur la nature réelle de ce mouvement, des figures qui le composent et de leurs motivations profondes. […]

  13. Soral à nu : gauche du tapin, droite des violeurs | quartierslibres - 20 novembre 2014

    […] de vente n°1 à toi et collaborateurs. Et clairement, il n’’y a pas un échantillon de morale dans ton magasin ni  dans ceux de tes collègues. Tu n’as orchestré qu’une opération […]

  14. Réconciliation Nationale: Plumer les pigeons dissidents | quartierslibres - 19 décembre 2014

    […] de les observer depuis 10 ans. Soral et Dieudo sont assez prévisibles finalement, car leur moteur c’est l’argent et le pouvoir. Qu’attendre d’un fils de notaire, bo-bo déjanté comme Soral sinon la prévarication et le […]

  15. Tout problème a sa solution, l’après « Charlie  dans les quartiers | «quartierslibres - 13 janvier 2015

    […] et mener ensemble des combats pour la justice et la dignité. Mais on peut aussi voir des hypocrites utiliser les symboles de fraternité de l’islam pour se construire une image d’eux-mêmes […]

  16. Ça s’appelle un milliardaire | quartierslibres - 7 avril 2015

    […] pour les dissidents, eux qui considèrent la mode comme un univers de dégénérés opposés aux valeurs viriles de la France éternelle. À sa tête on trouve pourtant un bon catholique : pour la dissidence, la confrontation au réel, […]

  17. L’Agence Info Libre : les « freedoms fighters » des medias | quartierslibres - 15 avril 2015

    […] Accoler l’adjectif « libre » à un media c’est souvent se payer de mots. C’est comme pour « l’école libre », qui n’est en fait qu’une école confessionnelle privée. On peut être pour ou contre mais c’est une école confessionnelle gérée par des intérêts privés. La nommer école libre c’est se moquer des gens. C’est leur vendre une idée et le rêve qui va avec pour légitimer le concept d’une école religieuse et payante. […]

  18. Nous voulons « la fin de leur monde » | quartierslibres - 4 mai 2015

    […] facile pour une gamine de se construire dans le quartier, entre un contrôle moral de plus en plus lourd et les bourrages de crâne de la société du […]

  19. Pour l’amour de l’oseille, par haine des juifs et des homosexuels | quartierslibres - 12 mai 2015

    […] sur tes pattes tu mets toujours à l’index des juifs coupables de tous les maux économiques et des homosexuels œuvrant sournoisement à l’effondrement de la société. Le coup des valeurs morales […]

  20. Pour Zyed et Bouna : une condamnation à nous battre | quartierslibres - 19 mai 2015

    […] d’occuper la rue, sous des bannières et des mots d’ordres bien ordonnés qui sentent bon les dames patronnesses, les curés, et le Versaillais bon […]

  21. Les résidus de la pensée « dissidente  sont une moisissure idéologique | «quartierslibres - 11 juin 2015

    […] Durant des années, de nombreuses voix se sont élevées pour affirmer qu’au-delà des idioties politiques que trompetait « la dissidence », on ne pouvait y trouver aucune vertu. Le château de cartes numérique s’est écroulé. Les faits sont là : dans ce milieu, il n’y a ni fraternité, ni honneur, ni droiture. […]

  22. Cas d’école : ça commence encore plus tôt l’inégalité | quartierslibres - 7 septembre 2015

    […] permet de dénigrer l’école publique pour mieux mettre en valeur l’école privé et religieuse qu’ils défendent et qui les fait vivre. Nos pères et mères la morale le savent bien, le Diable se niche toujours dans les détails. […]

  23. Priez pour nous, pauvres chômeurs | Quartiers libres - 2 octobre 2015

    […] Les classes dirigeantes et leurs formateurs d’opinion nous martèlent la vieille ritournelle : « Chacun pour soi, et Dieu pour tous. » De Soral au PS en passant par le FN, tout ce petit monde bourgeois nous fait la promotion de l’entrepreneuriat individuel et de l’élection divine individuelle qui toutes deux viendraient récompenser « celui qui en veut » ou « celui qui est méritant ». Cela leur permet de condamner tous les autres à la misère et de les rendre responsables de leur situation. Comme s’il suffisait « d’en vouloir » et d’être soumis à Dieu pour réussir dans un système capitaliste. […]

  24. Une révolte qui échoue, c’est 20 ans de répression | Quartiers libres - 27 octobre 2015

    […] de la religion s’est installée au cœur même du monde des croyants, avec une escalade de positions rigoristes et moralistes, le plus souvent portées par des hypocrites et des bonimenteurs – positions dont certaines […]

  25. Hoods of Cards | Quartiers libres - 2 décembre 2015

    […] les USA. Combien de « frères » se sont lancés de manière impitoyable dans les affaires ? L’ordre et la morale de façade vont, semble-t-il, toujours de pair avec un certain sens des affaires. Chacun pour soi et Dieu pour […]

  26. Les hordes de migrants, reflet de la civilisation européenne | Quartiers libres - 18 janvier 2016

    […] de tous les stigmatiser. Cela va permettre de faire une belle diversion, en faisant croire que les viols ne surviennent que dans les caves de cités HLM et que la polygamie rend […]

  27. Farida Belghoul : Game Over. | Quartiers libres - 29 mars 2016

    […] le milieu des combattants de la vertu est composé de personnes peu fréquentables. On croirait un épisode de la vie de Soral se faisant truander par son poto Cardet. La mère de […]

  28. Farida Belghoul : Game Over. | infoLibertaire.net - 29 mars 2016

    […] le milieu des combattants de la vertu est composé de personnes peu fréquentables. On croirait un épisode de la vie de Soral se faisant truander par son poto Cardet. La […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :