Mélissa, 8 ans, morte dans l’incendie de son bidonville

18 Fév

Nous relayons, avec leur aimable autorisation, un reportage du Collectif OEIL.

C’est l’occasion de rappeler que contrairement aux déclaration de Valls, les Rroms ne représentent pas un danger pour la France. Contrairement à ce que disent les politiques et faiseurs d’opinions les Rroms ne sont pas des ennemis qui pillent nos richesses. Pour se le rappeler, il suffit d’ouvrir les yeux. Nous ne sommes pas bien lotis économiquement dans nos quartiers, alors que dire des Rroms qui viennent faire la tournée des encombrants ou même des ordures ménagères en bas de nos bâtiments?

Contrairement à ce qu’on essaye de nous faire croire, la misère n’est pas un mode de vie choisi et elle ne se combat pas avec l’exclusion et la haine de l’autre.

Ceux qui tentent de nous faire oublier nos problèmes en nous proposant plus misérables que nous comme défouloir sont des vautours qui se repaissent de la misère d’autrui.

Libre à nous de ne pas manger à leurs côtés.

Mélissa, 8 ans, morte dans l’incendie de son bidonville

Mercredi 12 Février 2014, une petite fille est décédée, morte dans un incendie du bidonville dans lequel elle habitait. Elle s’appelait Mélissa , elle avait 8 ans, vivait avec sa famille, était scolarisée à l’école Marie Curie à Bobigny.

OEIL_Bobigny

Si des hommes, des femmes et des enfants sont contraints de s’entasser dans des abris précaires, sur les rares espaces disponibles, sans accès à l’eau, sans évacuation des déchets, sans sécurité incendie, c’est qu’ils ne peuvent accéder à un logement décent, c’est qu’ils ont été chassés dix fois, vingt fois des lieux qu’ils occupaient précédemment, c’est que les évacuations répétées les condamnent à toujours davantage d’entassement et de précarité.

Ce n’est pas la première fois qu’un enfant meurt tragiquement. Il y a quelques années à peine, un petit garçon qui s’appelait Diego et qui avait le même âge est décédé dans un autre incendie. Pour les mêmes raisons. La France est la 6e puissance du monde. Nous avons les moyens d’en finir avec le mal logement, de détruire l’habitat indigne, d’éradiquer les bidonvilles. Nous avons les moyens de construire des logements sociaux pour tous ceux qui en ont besoin. Il est temps de le faire avant que d’autres enfants n’en souffrent. Le Collectif de soutien aux familles roumaines et bulgares de Bobigny, ainsi que d’autres associations, ont appelé à une marche blanche, le dimanche 16 février à 11h, en hommage à Mélissa, et pour soutenir sa famille, ses proches, ses camarades d’école dans l’épreuve qu’ils traversent et exiger une autre politique. La marche blanche a traversée la ville jusqu’à l’école Marie Curie où Mélissa était scolarisée.

Le Collectif OEIL y était.

Reportage: Collectif Oeil / Texte: NnoMan / Photos: NnoMan

%d blogueurs aiment cette page :