Séance du dimanche: L’heure des brasiers (La hora de los hornos). 2ème partie

16 Mar

Capture d’écran 2014-03-09 à 11.16.04

L’heure des brasiers (La hora de los hornos en espagnol) de Fernando Solanas et Octavio Gettino est un classique du cinéma militant anticolonialiste. Le film fut tourné clandestinement en Argentine dans la seconde moitié des années 1960, alors que le pays se trouvait sous la botte d’une dictature militaire qui conjuguait soumission totale aux intérêts économiques étrangers et vision ultra réactionnaire de la société (ce régime ridicule et assassin avait pris le nom de Révolution Argentine). Il constitue la manifestation la plus connue du collectif de cinéma militant fondé par Fernando Solanas et Gerardo Vallejo, le « grupo cine liberación », l’un des groupes les plus actifs de cette époque dans la formation de ce qu’ils appelaient un « Tiers cinéma » (tercer cine), en référence transparente au Tiers Monde, et opposé au cinéma du « premier monde » impérialiste (nord-américain et européen) comme l’expose très clairement leur manifeste.

La hora de los hornos est conçu d’abord comme un document de formation. Diffusé clandestinement, il était pensé pour être projeté devant un public militant. De fait des plages de pause apparaissent explicitement à l’écran pour entrecouper la projection par des débats sur les sujets abordés et sur le moyens concrets à mettre en œuvre pour s’organiser et combattre.

Sur le plan politique, conformément aux idées des membres du groupe Cine Liberación, le film expose une position clairement marquée par le péronisme de gauche, révolutionnaire, tiers-mondiste et marqué par un nationalisme paradoxal. Très proche des mouvements de libération de ces années-là, il dénonce le néo-colonialisme, qu’il entend démasquer derrière les influences étrangères et impérialistes dans tous les secteurs de la société argentine, y compris la culture, ce qui donne lieu d’ailleurs à des passages caricaturaux, assez drôles mais peut-être un peu appuyés, qui visaient à convaincre les masses populaires de s’impliquer dans la lutte.

Le film circula très largement en Argentine, mais pas seulement : dans toute l’Amérique Latine, et bien au-delà.

Le documentaire, qui dure près de quatre heures, était diffusé en trois parties. Après la Première partie la semaine dernière. Deuxième partie  aujourd’hui : « Acte pour la Libération ».  Troisième partie à suivre. Les sous-titres sont en option dans la vidéo (en bas à droite de la fenêtre).

2 Réponses vers “Séance du dimanche: L’heure des brasiers (La hora de los hornos). 2ème partie”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Séance du dimanche. L’heure des brasiers 3-Violence et libération | quartierslibres - 6 avril 2014

    […] Gettino proposé par Quartiers Libres le 9 mars ("Néocolonialisme et violence")et le 16 mars. Cette dernière partie traite de la relation entre la violence politique et la libération des […]

  2. Séance du dimanche. L’heure des brasiers 3-Violence et libération | quartierslibres - 6 avril 2014

    […] Gettino proposé par Quartiers Libres le 9 mars ("Néocolonialisme et violence")et le 16 mars ("acte pour la libération").Cette dernière partie traite de la relation entre la […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :