Sur la terre comme au ciel

21 Mar

Pour voir si un raisonnement tient la route, il faut parfois le pousser jusqu’au bout.

Prenons un exemple, celui de la « théorie du genre ». Il convient de rappeler que ce terme ne veut rien dire en soi. Il existe des études du genre en sociologie qui sont très diverses et non homogènes. Le genre existe en orthographe pour déterminer si un mot est féminin ou masculin. En dehors de ça, le terme est flou. Quoi qu’il en soit, le phénomène que dénonce les « ennemis du genre » est que cette  «  théorie du genre » va à l’encontre de la nature.

Pour eux, on naît Homme ou Femme, et on ne le devient pas. La Nature fait des hommes et des femmes, c’est immuable et dans l’ordre des choses. On ne peut pas lutter contre la nature, elle reprend toujours ses droits. Dans la nature, d’après ces personnes, chaque être ou espèce a un rôle et une fonction. Rien ne peut s’opposer à l’ordre naturel.
Si vraiment c’était une conviction enracinée au plus profond de ces personnes, ils ne se mettraient pas dans un tel état.
Si on naît vraiment homme ou femme : impossible de lutter contre ce fait naturel avec des livres ou des cours.

La Foi et les convictions ont leurs limites pour les combattants du « genre »

Pour eux, on peut pervertir une programmation naturelle. En gros, ils renient leur postulat de principe. Les choses qui ne leur plaisent pas sont décrites comme la perversion de l’ordre naturel.

L’homosexualité, la représentation de l’homme et de la femme dans la société seraient donc des constructions sociales qui l’emporteraient sur la nature.
Pas besoin de capter que derrière ce grand écart de la pensée, il y a une belle hypocrisie.

Que l’on soit croyant ou non, on peut s’accorder sur le fait qu’on ne choisit pas son sexe ou son orientation sexuelle à la naissance, pas plus qu’on choisit sa couleur de peau, son milieu social et la culture de ses parents, on ne choisit pas non plus un éventuel handicap. En revanche, on peut agir sur soi pour progresser et évoluer, apprendre qui l’on est.

On peut apprendre le courage, apprendre à donner et recevoir, on peut travailler, construire. Nos actions nous font évoluer et nous transforment. Être parent par exemple, ça s’apprend tous les jours et ce n’est pas facile.

Rien d’inné, et on ne joue pas avec les mêmes cartes

Parti.e.s de plus loin sur la grille de départ, certain.e.s d’entre nous réalisent des parcours prodigieux à force de détermination et générosité. Bien évidemment, cela influe sur la manière dont les autres nous perçoivent en retour et change la manière dont on se perçoit soi même.

C’est ce qui effraie les détracteurs de « la théorie du genre ».
Pour eux, l’ordre naturel est destiné à expliquer pourquoi la France a colonisé des populations pour leur bien, pourquoi les musulmans sont une menace, pourquoi la femme est inférieure à l’homme. Ils sont les défenseurs d’un ordre culturel injuste qu’ils essayent de justifier par une manière de croire en Dieu qui n’est pas libératrice.
Ils ne veulent pas assumer les responsabilités de leurs actes à travers l’Histoire. Leur objectif est de nous aliéner à leur vision du monde qui nous établit en juges de ce que sont nos semblables. Ils sont les héritiers des inquisiteurs et non des Pieux.

Nous n’avons pas à juger les gens pour ce qu’ils sont, pour leur couleur de peau, leur orientation sexuelle, leur sexe, leur origine sociale. En revanche nous pouvons regarder le comportement de nos semblables et la portée de leurs actions.

Avoir la Foi ou des convictions implique qu’on ne transige pas. On ne transige pas avec les injustices, elles sont le fait des humains.

Ainsi, la seule chose dont nous avons à répondre ici-bas ou devant l’Éternel, ce sont nos actes.
Parce que nous les concrétisons par des choix et des actes, nous en sommes responsables.

Salam-Alikoum

Publicités

15 Réponses to “Sur la terre comme au ciel”

Trackbacks/Pingbacks

  1. PMA et sionisme : chimères et réalités | quartierslibres - 3 avril 2014

    […] des choses et des gens, et d’autres qui se mettent en scène dans le rôle de procureurs, d’inquisiteurs, depuis la tribune que leur offre […]

  2. Pour Alain Soral, un bon Musulman est un Musulman qui mange du porc! | quartierslibres - 7 avril 2014

    […] d’écouter les déclarations des structures musulmanes qui sont partis en guerre contre la soi-disant Théorie du Genre « enseignée » à l’école. Préférer combattre un ennemi imaginaire plutôt que le porc […]

  3. Pour Alain Soral, un bon Musulman est un Musulman qui mange du porc! | Dissidence-Watch - 27 juin 2014

    […] d’écouter les déclarations des structures musulmanes qui sont partis en guerre contre la soi-disant Théorie du Genre « enseignée » à l’école. Préférer combattre un ennemi imaginaire plutôt que le porc dans […]

  4. Avis de tempête sur la dissidence  | quartierslibres - 12 novembre 2014

    […] fondamentales qui nous oppose a cet univers, nous n’avons cessé de mettre aussi en avant les divergences de forme  que nous avons avec ce milieu. Nous avons longuement expliqué et démontré que les rois de la […]

  5. Soral à nu : gauche du tapin, droite des violeurs | quartierslibres - 20 novembre 2014

    […] celles et ceux qui nous trouvent sévères à ton égard, on tient à rappeler que la croisade moralisatrice contre les élites pédophiles et […]

  6. Quand Soral raisonne, ça sonne creux | quartierslibres - 12 décembre 2014

    […] sur des bases claires : véritablement antisionistes et refusant de juger qui que ce soit sur son orientation sexuelle. Partir de la réalité quotidienne et lutter pour une égalité sociale et économique permet de […]

  7. Tout problème a sa solution, l’après « Charlie  dans les quartiers | «quartierslibres - 13 janvier 2015

    […] Se proclamer musulman.e ne suffit pas à faire de soi une personne juste et bonne. Ce sont nos actes qui comptent, le chemin que nous suivons et traçons. […]

  8. La quête de sens | quartierslibres - 17 mars 2015

    […] les autres ce que l’on veut pour soi. C’est de comprendre que si on veut récolter du bien, c’est du bien qu’il faut semer. Il existe des champions sportifs tout comme il existe des champions du quotidien. Une médaille, […]

  9. Nous voulons « la fin de leur monde » | quartierslibres - 4 mai 2015

    […] « Ce qu’il nous manque en ce moment c’est la conviction qu’il est possible et néces…On ne transige pas avec les injustices, elles sont le fait des humains. […]

  10. Cas d’école : ça commence encore plus tôt l’inégalité | quartierslibres - 7 septembre 2015

    […] droite catholique, nos sorties d’école s’enflammaient sur la théorie du genre et la protection morale de nos enfants ainsi que sur l’inquiétante baisse du niveau scolaire. Il fallait protéger […]

  11. Priez pour nous, pauvres chômeurs | Quartiers libres - 2 octobre 2015

    […] D’autres parlent de caisses de solidarité : « comme au temps du FLN ». Ils évoquent tout un tas de pratiques militantes qu’ils n’ont pas toujours eu la possibilité de transmettre et que la société capitaliste a tourné en ridicule. Souvent, leur parole rencontre le vide ou un sourire crispé. C’est parce que, pour beaucoup de gens, le fait de se retrouver au chômage « tombe du ciel » et ils n’ont alors pas d’autre option que de s’en remettre au ciel pour retrouver du travail, c’est à dire un salaire pour faire vivre leur famille. La prière individuelle ne résout rien, personne ne retrouve du travail parce qu’il fréquente assidûment le temple, l’église, la mosquée ou la synagogue. L’histoire récente nous enseigne par contre que, quand elle est collective, la prière est traitée comme un « problème social » par les formations politiques de gouvernement. Cela nous indique une direction. Ce que nos élites craignent c’est le collectif : l’action collective. Pour le chômage et le logement, comme le rappellent les ancien.ne.s, c’est le rapport de force à travers des luttes collectives qui paye. Aide-toi, et le ciel t’aidera. […]

  12. A qui profite la racialisation des questions sociales ? | Quartiers libres - 12 novembre 2015

    […] sa couleur, son genre, sa religion ou son orientation sexuelle, pas besoin d’une manif : la vie quotidienne suffit, parfois de façon brutale. Quitte à se mobiliser, autant le faire pour une cause qui dépasse ce […]

  13. Hoods of Cards | Quartiers libres - 2 décembre 2015

    […] cela, c’est se donner les moyens de construire une autre alternative que la soumission sous les oripeaux de la morale religieuse dévoyée ou l’individualisme à un système qui ne fonctionne que pour le grand bénéfice de 1% de la […]

  14. Farida Belghoul : Game Over. | Quartiers libres - 29 mars 2016

    […] fois joué parfaitement son rôle d’aide à la préservation du système en se basant sur les « valeurs morales ». Pour preuve, le Procureur explique à la fin de son intervention que les explications de Tata […]

  15. Farida Belghoul : Game Over. | infoLibertaire.net - 29 mars 2016

    […] d’aide à la préservation du système en se basant sur les « valeurs morales ». Pour preuve, le Procureur explique à la fin de son intervention que les […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :