La séance du dimanche : Pelé et Garrincha, dieux du Brésil

8 Juin

Coupe du monde, Brésil, crise économique, tensions et explosions sociales…

Ce documentaire, dont le ton est guindé, montre comment le football est le révélateur des tensions économiques et sociales.

Pelé et Garrincha

A travers l’itinéraire de Pelé et Garrincha on voit les contradictions qui traversent un pays qui passe de la tentative de réformes sociales à la junte militaire.
L’évolution chronologique de ce documentaire peut-être mis en parallèle avec la fiction « La cité de Dieu » qui raconte l’évolution d’un quartier populaire brésilien dans ce contexte.
Pelé et Garrincha deux enfants pauvres, deux trajectoires différentes.

Pour l’un l’opportunisme et la trahison des siens permet une élévation sociale, pour l’autre la dégringolade aux côtés du peuple qu’il représente. L’ordre moral et la répression pour tordre le coup à des revendications sociales. La communication et le paraitre face à la réalité brute et sincère.

Le football comme outil de contrôle et de cohésion sociale et comme moyen d’expression populaire.

On note au passage qu’en matière de pratiques de stade, bon nombres de choses ont été inventées en Amérique Latine et non en Europe. Pour preuve, le premier groupe de supporters organisé est celui de l’Hadjuk Split fondé en 1950 et qui prend pour nom « Torcida » en hommage aux groupes de supporters brésiliens.

2 Réponses to “La séance du dimanche : Pelé et Garrincha, dieux du Brésil”

Trackbacks/Pingbacks

  1. On ne peut pas se couper du monde | quartierslibres - 12 juin 2014

    […] l’opportunité de voir jusqu’à quelle point la société brésilienne peut faire illusion quant à sa cohésion. Le parcours de la Seleção va conditionner le bon déroulement de l’événement. Si le Brésil […]

  2. La quête de sens | quartierslibres - 17 mars 2015

    […] que réclamaient ses sponsors et les institutions. Avant lui, on se rappelle aussi de Garrincha, le dribbleur qui enchantait les classes populaires dont il était issu et auxquelles il est […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :