Comment trahir sans se renier

7 Juil

A nous qui avons été au bout des trente et quelques minutes de la vidéo mise en ligne par E&R et qui avons connue l’histoire dont Kim et Mhedy ont été des acteurs parmi d’autres, nous vient forcément à l’esprit que la bêtise est toujours plus embarrassante que la trahison.

Kim_ER1

La conclusion de la vidéo nous montre que nos deux acteurs des bagarres de bandes des années 80-90 restent fidèles à eux-mêmes. Conclure leur interview en invitant les gens à réfléchir par eux-mêmes et à ne plus suivre des personnes à l’égo surdimensionné tout en faisant la promotion d’Alain Soral, c’est juste aussi énorme que faire la promotion d’une production qui respecte l’environnement en vantant les mérites d’Areva et Mc Donald’s. Ce comique serait la marque de fabrique de Kim, d’après ses nouveaux amis.

 

 

Ce paradoxe comique étant relevé, on ne peut que conseiller à Dieudonné de l’inclure dans son prochain spectacle et de régler directement les droits d’auteur à ses deux nouveaux amis (ce qu’il ne fait pas toujours).

Nos deux protagonistes nous expliquent également au cours de cette vidéo que ce que dit Alain Soral est juste. On ne sait pas quoi précisément, mais admettons que ce soit vrai. Certes, le produit vendu a une belle étiquette et répond à une demande, mais comment agit-il concrètement ? A aucun moment Alain Soral ne dit ce qu’il faut faire, à part voter FN et acheter ses babioles. Les deux compères, assis devant la caméra et gentiment dirigés par l’intervieweur, ne donnent pas de solutions aux problèmes du quotidien (violences policières, racisme institutionnel, répartition inéquitable des richesses, etc.). Ils expriment un grand espoir : celui d’un monde où nous serions tous frères, réconciliés malgré nos désaccords. Un petit de monde de rêve pour de grands enfants.

On a donc un témoignage enfantin de deux figures historiques de la lutte « antifa » des années 80, qui expliquent que le problème c’est le pouvoir en place (Hollande et Valls) et qu’Alain Soral a raison !!!

Là encore, le paradoxe s’invite. Alain Soral nous explique à longueur de vidéos que les antifas sont des crétins depuis toujours, manipulés par des forces occultes. Si Alain Soral a raison, quel crédit apporter à Kim et Mhedy ? Avec la grille de lecture d’Alain Soral, que vaut donc le témoignage de deux repentis qui prêtent allégeance à l’ennemi d’hier avec une sincérité et une conviction qui fait envie ?

Paradoxe toujours. Sans renier leur passé de lutte contre les skinheads, les deux vétérans de la rue font l’apologie de la pensée qui animait et anime encore leur vieil ennemi et sans doute futur meilleur copain Serge Ayoub : nationalisme français, délires racialistes (le passage sur les Khazars pour se dédouaner d’attaquer les « sémites » est juste hallucinant), complot mondial de la Banque et des oligarques, bénédiction des valeurs de la famille et de la France chrétienne, etc.

Tout cela peut paraître surprenant, tant l’adhésion est sans retenue et enthousiaste. Un virage à 180° sans avoir l’air de se renier.

L’explication est simple : dans les années 80, l’idéologie dominante dans la rue était d’extrême gauche. Pour légitimer une action violente en passant pour un bon petit gars, il valait mieux être un soldat de la cause antiraciste et égalitaire. Aujourd’hui, dans un monde dominé par les mots de Zemmour, Finkielkraut et Soral, si on veut être un bon soldat de la violence politique, il faut défendre le drapeau tricolore, parler mal des homosexuel.le.s et/ou d’un groupe social déterminé par une religion ou une couleur de peau.

Nos deux « street fighting men » suivent ainsi le sens du vent politique, pour se retrouver du côté du manche en sauvant les apparences.

En l’occurrence, la transition n’est pas trop difficile : la jeunesse passe mais les illusions demeurent, en particulier celle d’être des militants politiques. Kim et Mhedy, la dernière fois qu’on vous a vu dans une lutte politique autrement qu’avec vos poings, c’était quand ?

La communication mise en œuvre par E&R est efficace, parce qu’elle s’engouffre dans une faille. Le reflux des idées de gauche pousse certain.e.s à mettre en valeur et revendiquer comme un héritage des phénomènes sociaux liés au contexte et non l’engagement politique en tant que tel. C’est ainsi que certains anciens chasseurs qui, de leur propre aveu dans cette vidéo, n’ont jamais voulu être militants mais simplement en découdre avec d’autres bandes, se retrouvent aujourd’hui propulsés comme apôtres de la réconciliation avec tout et n’importe qui. Le contexte change et les personnes non militantes évoluent avec lui.

L’argument est tout trouvé : on nous a poussés à la guerre. Qui est donc ce « on » ? Celui que les ennemis d’hier dénonçaient comme l’architecte du malheur sur terre : les juifs, qu’ils soient sémites ou khazars, sionistes ou pas. Le « on » qui met d’accord Serge Ayoub, Soral et Dieudonné.

ER_COLO

Nos chasseurs ne sont pas réconciliés avec les racistes, ils se sont convertis doucement à l’idéologie dominante polarisée par les slogans du FN. Ils ont trouvé qu’il était commode d’imaginer un ennemi tout puissant à blâmer pour tous les problèmes rencontrés ici-bas. D’une part, parce que cela dispense de militer ; d’autre part, parce que cela permet de se rattacher au groupe dominant qui tape sur les minorités. On redevient le bon petit gars qui connaît les vraies valeurs (enfin, les valeurs dominantes quoi).

L’orientation « réconciliation avec les gens qui nous détestent autant que ceux qu’on déteste avec eux » peut paraître un bon calcul à court terme. On reçoit de la sympathie de la part de gens qui étaient méprisants. On devient une exception notable et louable. Pour le constater, il suffit de lire les commentaires des fans d’Alain Soral sur le forum d’E&R, qui suintent le mépris des classes populaires et de l’immigration mais qui encensent Mhedy et Kim, enfants de l’immigration et des classes populaires ayant su reconnaître qu’Alain Soral avait raison.
e&r_kim1
e&r_kim2
e&r_kim3
Ainsi donc, nos deux anciens dépouilleurs de baskets et de blousons sont devenus des modèles de probité grâce à leur ralliement. Ce faisant, ils tournent le dos aux générations actuelles qui sont confrontées à une situation sociale bien pire que celle des années 80.

Cette trahison objective (eux, semblent persuadés d’être dans le vrai) a pour but de rallier le camp qui domine actuellement. Cependant, autant sur des valeurs de gauche égalité économique et sociale, ça parait jouable ; autant sur les notions de mérite lié à l’appartenance raciale et culturelle développé par Alain Soral et la dissidence, ça semble être un pari risqué quand on s’appelle Kim et Mhedy.

Est-il vraiment possible de rallier tout le monde au drapeau tricolore et aux valeurs de la France Chrétienne ? Les maîtres tolèrent le personnel de maison, mais tout le monde ne pourra pas être domestique. Que faire des récalcitrants ?

Pendant que nos deux anciens combattants font des vidéos pour prôner la réconciliation et le ralliement, des gens se révoltent actuellement et font le pari inverse. Parmi celles et ceux qui se mobilisent de manière consciente contre les agressions à caractère raciste, on trouve souvent des groupes antifascistes. De l’autre côté, celui des agresseurs, on trouve toujours des militants de groupes de droite radicale, ceux-là même qui sont aujourd’hui les amis de Kim et Mhedy.

Les deux nouveaux colporteurs de la pensée soralienne récusent toute filiation entre eux et les nouveaux antifas. Ils ont raison. La nouvelle génération n’est pas comme eux. Les personnes qui s’engagent aujourd’hui le font contre la tendance générale et en affirmant un contenu politique (soutien à la Palestine, lutte contre l’islamophobie et le racisme, soutien aux sans-papiers, etc.). On est loin de la simple bagarre entre jeunes cherchant un prétexte et voulant savoir qui a la meilleure technique, ce qu’exposent clairement Kim et Mhedy dans leur vidéo.

Un exemple, le soutien à la Palestine est une constante et une dominante du mouvement antifa. Le fait de contrer Dieudonné, Soral et le « Parti Anti Sioniste » sur le terrain, ce n’est pas « soutenir » l’État d’Israël, c’est empêcher des gens qui nuisent à la cause du peuple palestinien de pourrir de vraies actions militantes. Alain Soral et ses amis n’ont rien contre les sionistes. Ils font même des affaires avec eux, pendant que les antifas, avec d’autres, protègent la campagne BDS des attaques de la LDJ. Alain Soral propose la même option politique que la LDJ : soutenir le FN. Là encore, voilà un drôle de paradoxe. Cela aurait-il échappé à nos deux spécialistes de l’art de la guerre ?

En pratique, dès que la pensée soralienne tente de se matérialiser politiquement, elle se prend les pieds dans le réel. Ce n’est pas pour rien qu’Alain Soral a refusé de transformer E&R en parti politique : pour vendre du rêve, il vaut mieux rester dans le baratin.

La vidéo de nos deux « chasseurs » repose sur des punchlines. Le point culminant en est la défense de la petite enfance face à des lobbys pédophiles tout puissants, avec en toile de fond l’immense problème que poserait l’adoption pour des homosexuel.le.s ou des parents isolés. Une fois la punchline balancée, on voudrait savoir comment faire concrètement et quelles sont les actions menées par nos joyeux bagarreurs des années 80, par exemple, contre le tourisme sexuel dans des pays comme la Thaïlande ?

Sur le terrain de la morale, le discours sur le noyau papa/maman et la vertu du socle familial est toujours surprenant dans la bouche de gens qui soutiennent Alain Soral. Doit-on leur rappeler qu’Alain Soral, qui revendique avoir couché avec plusieurs centaines de femmes en les méprisant et avoir eu des rapports sexuels avec un chien (misères du désir, page 56), a adopté une petite fille. Loin de nous l’idée de faire le procès de l’adoption de la fille d’Alain Soral, Nous pensons que tout homme ou femme qui souhaite adopter, fusse-t-il Alain Soral, est en droit de le faire dès lors qu’il peut offrir à l’enfant la sécurité d’un foyer. Mais qu’en est-il pour nos deux défenseurs de la morale du moment ? Avec la grille de lecture qu’ils proposent, comment peuvent-ils justifier qu’un homme ouvertement sexiste, obsédé sexuel et zoophile adopte un enfant ? La morale prêchée serait donc adaptable. D’autres errements de jeunesse à réconcilier avec la pensée dominante, sans doute. Peu importe les contradictions du gourou, ils sont d’accord : « Alain Soral a raison ».
kim_ER2
Comme rien ne dure pour nos deux chasseurs, ils se réservent une porte de sortie : cette alliance avec Alain Soral pourrait prendre terme. On ne sait pas de quoi demain sera fait et, en y réfléchissant bien, on peut toujours se faire avoir. Bel instant de lucidité ou instinct de chasseur de la part de nos champions de la rue.

On offre donc un conseil à nos deux anciens combattants : afin de ne pas se faire berner, il faut juste voir comment les choses fonctionnent concrètement. On vous propose une réconciliation avec tout le monde par le biais de simples discussions et d’échanges. Après tout, c’est un peu ce qui vous a été vendu par Soral pour faire cette interview. Proposez à vos nouveaux amis une discussion et un échange entre les migrants de Calais et les nationalistes français de Sauvons Calais, par exemple, juste pour voir si ça marche. Pour rester sur la question du mouvement antifa, peut-être pourriez-vous expliquer aux parents de Clément Méric comment discuter avec Serge Ayoub et Dieudonné, ou bien les inviter à chanter en chœur la mémoire de leur enfant lors d’un concert de vos nouveaux alliés.

Le fait de trouver un ennemi commun imaginaire comme le « khazar oligarque » ou un bouc émissaire à portée de lynchage comme les Rroms suffit-il à créer une unité ? Si oui, sur quelles bases ? Celles d’une égalité ou d’une soumission aux critères de jugement du dominant ?

Le discours de nos amis et d’Alain Soral passe bien, parce qu’il parle de fraternité dans un monde de compétition. Cependant, il faut garder à l’esprit deux choses :
1) les paroles n’engagent que celles et ceux qui y croient.
2) On n’est jamais si bien trahi que par les siens, frères inclus.

Il y a 20 ans, on pouvait taper sur son prochain en exprimant l’espoir d’un monde meilleur parce qu’égalitaire ; aujourd’hui, on recherche une victime consensuelle sur laquelle déchaîner ses frustrations et au détriment de laquelle tenter de conserver son confort.

Kim et Mhedy nous font en 31 minutes la démonstration qu’il est possible de trahir sans se renier. Quand la seule boussole politique c’est le virilisme, la trahison des idéaux de fraternité et d’égalité pour lesquels on exerce la violence qui est en nous n’est qu’une question de temps.
Pour Kim et Mhedy, ce temps semble venu.

Publicités

6 Réponses to “Comment trahir sans se renier”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Palestine : internet comme outil d’étude de l’indignation moderne | Le Poing - 19 juillet 2014

    […] disciples du zoophile Alain Soral, donneurs de leçon en matière de bonnes mœurs, en profitent dès lors pour activer la machine à […]

  2. Main tendue ou crachat au visage? | quartierslibres - 7 août 2014

    […] sait enfin à quoi servait vraiment la vidéo de Kim et Mhedy publiée sur E&R début juillet. Elle était destinée à servir la soupe à Serge […]

  3. Comment trahir sans se renier | URSS 2.0 - 11 octobre 2014

    […] Comment trahir sans se renier. […]

  4. La « dissidence soralienne », c’est la BAC de la pensée. | quartierslibres - 7 novembre 2014

    […] outrances. Certains d’entre nous sont fascinés par cette manière de faire et espèrent en le rejoignant être du côté du manche. Il n’est pas rare d’entendre des gens au quartier dire […]

  5. Pour l’amour de l’oseille, par haine des juifs et des homosexuels | quartierslibres - 12 mai 2015

    […] avec « Soral a raison ». Alain, on te laisse avec tous tes idiots. On a une pensée pour tous ceux qui se sont abîmés ces dernières années en s’affichant avec toi et qui en sont revenus modestement. Reconnaitre […]

  6. La Horde – Les 9 et 10 mai, on a sorti les poubelles… de l’Histoire - 15 mai 2015

    […] « Israël assassin, américains complices » ? Mais il est vrai qu’après avoir assisté à la réconciliation de Kim, ex chasseur de skin et de Serge Ayoub, on peut s’attendre à tout… D’autant que Gitakos nous avait déjà habitué à ses […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :