LDJ : la stratégie du pire

15 Juil

Les affrontements qui ont suivi la manifestation en soutien au peuple palestinien ce dimanche 13 juillet 2014 à Paris sont le fruit de la stratégie du pire mise en place par la LDJ et ceux qui la soutiennent. Sur les réseaux sociaux, les militants de la LDJ ont appelé à un rassemblement en soutien à Israël devant la Synagogue rue de la Roquette. Ce lieu se trouve à proximité du passage de la manifestation de soutien au peuple palestinien qui se tient le jour même. À travers ces réseaux, la provocation et l’appel à une confrontation armée avec les manifestants est évident.

LDJ_Provocation_Synagogue
Le choix d’un lieu de culte comme lieu de rassemblement et de défi est une nouveauté. La LDJ a sciemment utilisé une synagogue comme base opérationnelle, au mépris de la sécurité de ce lieu de culte et a fortiori des personnes qui pourraient s’y trouver.
Cet appel à rassemblement n’a pas été dénoncé par les autorités juives, ni interdit par la préfecture, sachant qu’un affrontement était inévitable. On peut se demander quelle serait la réaction si lors d’une manifestation sioniste, une mosquée située à proximité du passage du cortège servait de rassemblement pour des soutiens de la cause palestinienne ?

LDJ_miracle
Les différents messages diffusés sur les réseaux sociaux prouvent que la LDJ voulait faire de ce rassemblement une opération médiatique justifiant l’amalgame entre antisémitisme et soutien à la Palestine, entre Juifs et politique du gouvernement israélien. La LDJ, tout comme le CRIF prétend parler au nom d’une communauté entière qu’elle ne représente pas et qu’elle insulte en laissant croire qu’elle serait son unique voix.

LDJ_recrutement

On lit aussi à travers ces déclaration que la LDJ ne fait que « défendre » à « mains nues » un lieu de culte sauvagement agressé. Plusieurs captures d’écrans et vidéos publiées des sites d’informations indépendants et des militant.e.s prouvent exactement le contraire.
La LDJ est interdite aux USA et en Israël en raison de son extrémisme et de son racisme ouvert et assumé. Cette organisation, est coutumière de provocations et d’attaques (comme celle à Saint Michel mercredi dernier contre un rassemblement en soutien à Gaza). Elle est passée à une étape tactique supérieure en plaçant une synagogue et les croyants s’y trouvant en situation de possible dommages collatéraux.

LDJ_soutien_Police

La machine médiatique s’est emballée sans mentionner les provocations de la LDJ aux abords de Bastille et surtout l’appel au rassemblement devant cette Synagogue, comme si les manifestants avaient prémédité une attaque contre une synagogue. Il faut remarquer que jamais lors des précédentes manifestations de soutien à la Palestine il n’y a eu d’attaque de synagogue. Tout comme dimanche 13 juillet 2014: les échauffourées concernent les groupes de droites radicales pro-israéliens et aucunement le lieu de culte ou les personnes qui s’y trouvaient. Les différentes vidéos attestent cet état de fait.
Il faut noter l’absence de réaction les jours précédents des autorités juives et leur soutien affiché à une organisation raciste. La solidarité de mouvements plus modérés comme l’UEJF et la protection de la police envers la LDJ and co questionne quant à la volonté de criminaliser le mouvement de soutien à la Palestine par les autorités françaises.

UEJF1
Cette stratégie du pire révèle que l’extrême droite sioniste est arrivée à un point de rupture. Le chantage à l’antisémitisme ne fonctionne plus, l’utilisation consciente de Soral et consorts depuis des années comme diables de confort par les autorités françaises et les sionistes ont contribué à entretenir la confusion dans les termes et dans les luttes.

L’utilisation d’un lieu de culte comme bouclier, en espérant son attaque – qui n’a pas eu lieu – , par l’extrême droite sioniste que les modérés ont trop tardé à condamner montrent que la politique israélienne n’est qu’une fuite en avant.

Tout est mis en place pour culturaliser le conflit, pour empêcher de penser une réponse politique au colonialisme et à l’oppression en général. Cette option est inverse à ce qui est mis en œuvre du côté Palestinien avec la montée en puissance du Boycott (campagne BDS) et l’affirmation constante de revendications politiques.

La LDJ, frange la plus radicale de l’extrême droite sioniste, ne s’est pas trompée quant à l’identité de son réel ennemi politique : la gauche pro-palestinienne et les quartiers. Si ces courants sont des soutiens indéfectibles du soutien de la cause Palestinienne, c’est parce que sont posées à l’échelle internationale et de manière claire les questions de justice sociale et économique.
Ce n’est pas un hasard si lors de la manifestation, ce sont des militant.e.s antifascistes qui ont répondu aux provocations de la LDJ. Une vidéo montre que le groupe des assaillants se revendique clairement de l’antifascisme. Les accusations « d’insultes à caractère antisémite » proférées par antifascistes relèvent de la calomnie pure (comme pour le reste de la manifestation du reste, il semble que les insultes soient inventées purement et simplement par les personnes souhaitant les entendre, comme le montre cette vidéo).
Cela prouve deux autres choses:  premièrement, les attitudes de victimes pleurnichardes de Soral et Dieudonné quant aux agissements de la LDJ relèvent de l’imposture voire d’une politique de buzz qu’ils partagent avec la LDJ pour se faire mousser conjointement sur le net.
Deuxièmement, même si la LDJ bénéficie (comme tous les groupes d’extrême droite) d’un traitement de faveur de la part des forces de l’ordre, les antifascistes ont prouvé par le fait qu’elle est loin d’être le groupe « tout puissant » dont Soral et Dieudonné ont dressé le portrait durant des années. Là où il y a une volonté, il y a un chemin.

LDJ_merci_Police

La diversion soralienne touche à sa fin, la percée du FN fait converger les groupes identitaires comme la LDJ ou E&R. Plus le temps passe, plus les points communs apparaissent : soutien au FN, mépris des Musulman.e.s, défense de l’ordre établi et notamment de la Police et de son rôle.
Les apprentis sorciers sionistes ont voulu et contribué avec leurs alliés objectifs à créer des monstres en transformant le politique en culturel. Ils sont allés au bout de leur logique et risquent désormais de voir leur manipulation se retourner contre eux: ce n’est pas en criminalisant les personnes qui luttent pour la justice et la dignité ici comme en Palestine qu’ils feront disparaître les injustices et les motifs de révoltes. Ils pourront crier à l’antisémitisme ou à toute autre chose infamante, leurs tentatives n’aboutiront qu’à l’effet inverse.

Publicités

6 Réponses to “LDJ : la stratégie du pire”

Trackbacks/Pingbacks

  1. LDJ : Attaque antisémite de la synagogue FAIL | FailFaf - 15 juillet 2014

    […] avant de poster, nous sommes tombé sur cet article intéressant de Quartiers Libres qui nous ont […]

  2. La Feuille de Chou | LDJ : la stratégie du pire (Quartiers libres) | Presse quotidienne radicale au capital illimité d'indignation. Ce qui n'est pas dans le Journal est dans la Feuille de Chou. - 15 juillet 2014

    […] La suite : https://quartierslibres.wordpress.com/2014/07/15/ldj-la-strategie-du-pire/ […]

  3. En finir avec le sionisme pour reparler Palestine | Demagocratie - 16 juillet 2014

    […] Pétition négationniste Rapprochements des extrêmes CRIF et extrême droite LDJ et stratégie du pire Triste chiffrage 3 jeunes tués Brûlé vif L’Histoire se répète Appel à la paix […]

  4. Palestine : internet comme outil d’étude de l’indignation moderne | Le Poing - 19 juillet 2014

    […] contribuer à leur émigration en Israël. À cela s’ajoute que Soral et la LDJ se rangent tous deux derrières le FN et soutiennent donc, main dans la main, un parti dont le sort des Palestiniens est le dernier des […]

  5. Ordre public trouble | quartierslibres - 20 juillet 2014

    […] physiquement quiconque critiquerait publiquement l’action de l’armée israëlienne. Cette stratégie du pire s’avère payante : les plus hauts personnages de l’État – Manuel matamoros Valls, François […]

  6. Guignolades et guerres civiles | quartierslibres - 1 septembre 2015

    […] largement leur influence en France. Ainsi, il n’y a aura pas de reportage télévisé sur la Ligue de Défense Juive, groupuscule sioniste composé de gosses de riches. Les militants qui s’engagent au quotidien en […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :