Calais 2014 : « I came from the hell to another hell »

29 Août

Venus d’un enfer pour un autre enfer…

Une expérience : aller sur le terrain pour comprendre, voir, et pouvoir y croire.
Rencontrer ceux qui le veulent ou peuvent sur cette toute petite période, 3 jours, et en faire un état des lieux partiel, une photographie.

Calais_29-08-2014

A 32 kilomètres de l’Angleterre, entre 1500 et 2000 personnes survivent à Calais. Des jeunes hommes,majoritairement, des femmes et des enfants. Originaires des zones de conflits pour la plupart: Soudan, Érythrée, Palestine, Syrie, Éthiopie, Afghanistan, Pakistan, Arménie.

Arrivés dans une des villes les plus pauvres de France, et la seule ayant une mesure gouvernementale contre les squats. C’est aussi le port le plus proche de l’Angleterre, d’où partent des bateaux chargés de camions tous les jours.
Ici, aucune solution de logement concret n’existe sauf pour une toute petite minorité, bien que tous les migrants soient demandeurs d’asile, ou presque.

« Tomorrow, England »

L’objectif de ces personnes, les 200 femmes comme tous les autres, est de passer illégalement en Angleterre, sans autre solution finalement : ayant bien compris qu’ils ne seraient pas pris en charge en France, et surtout qu’ils ne sont pas les bienvenus, ils attendent leur jour de chance, dormant dans les « jungles » (cabanes construites dans les forets, souvent détruites par la police au petit matin), ou dans des squats précaires et temporaires.
Jusqu’à pouvoir passer, dans un camion, le plus simple étant de payer un passeur, mais pour cela il faut de l’argent, et aucun moyen de s’en procurer ici.

Ainsi, la vie se bricole, pour les migrants et les volontaires qui se démènent pour une vie un peu plus digne : entre distribution journalière de nourriture, le soir, récupération de vêtements, soins, kilomètres à pieds, construction des camps, tout cela dans un contexte de traque, de chasse à l’homme ou ils ont tous le rôle de fugitifs.

3 Réponses vers “Calais 2014 : « I came from the hell to another hell »”

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :