On a les maîtres à penser que l’on mérite

16 Sep

Aller voir Kémi Séba faire un monologue sur scène après avoir poireauté plus d’une heure dans le théâtre de la Main d’Or relève du bolossage intellectuel, c’est se tourner vers une personne dont on espère qu’elle est puissante parce qu’elle parle mal et avec véhémence. Quand on se targue d’être une personne engagée et militante, c’est un peu embarrassant. C’est même un aveu de faiblesse involontaire.

Subir les élucubrations d’un type qui a fini comme intervenant dans l’équivalent de « C’est mon choix » au Sénégal après avoir fait toutes les conversions religieuses et politiques possibles – et dont le début de carrière a reposé sur une imitation du doublage en français de Denzel Washington dans « Malcolm X » de Spike Lee – c’est être prêt à avaler n’importe quelle fadaise du moment qu’on fait partie de la cour d’un prétendu leader.

"Observe leur arrogance et devine leur soif de pouvoir Moi j'entends leur ignorance même quand ils étalent leur savoir"

« Observe leur arrogance et devine leur soif de pouvoir
Moi j’entends leur ignorance même quand ils étalent leur savoir »

Certains nuanceront en disant que Kémi Séba est un clown à sa manière, tout comme Dieudonné. Le problème est qu’il est difficile de faire sérieusement de la politique avec des clowns, à plus forte raison quand ceux-ci sont aussi et surtout là pour faire des affaires.

Le sens des affaires et de la communication de ces comiques est sans doute leur qualité première. Ils savent bien faire parler d’eux, soutenus en cela par un gouvernement qui nous les met en scène à grand renfort de répression (plutôt molle dans les faits mais très fortement médiatisée). L’arrestation de Kemi Seba dimanche 14 septembre 2014 à Paris montre clairement qu’un pouvoir faible n’a d’autre option que de se désigner des adversaires de piètre niveau. Cela fait du spectacle et occulte les vrais problèmes.

C’est sans doute aussi pour cela que des gens se déplacent pour les voir. Apparaitre auprès d’eux, c’est l’occasion de se faire remarquer, bien plus sûrement qu’en militant tous les jours pour changer réellement les rapports de domination là où on vit et là où on travaille.

Ceux qui s’affichent avec Séba, Dieudonné et Soral, qui chacun à leur mesure nous vendent des alliances avec les tenants de l’impérialisme et du racisme français, semblent oublier un peu vite que, lorsque « les frères patriotes blancs » arriveront au pouvoir, les noirs et les arabes seront les premiers à trinquer.

Les clowns du militantisme, eux, ne semblent jamais rater une occasion de faire appel à la générosité de leur public. Ainsi, au plus fort de la mobilisation pour Gaza, plutôt que de manifester en défiant Manuel Valls dans la rue, les amateurs de clowneries étaient invités à payer pour assister à une conférence.

Nos comiques s’enrichissent ainsi tranquillement, en prétendant porter un projet politique alternatif. En réalité, changer le monde implique de proposer de réelles options politiques et économiques (bien au-delà de la quenelle ou des diatribes, qui n’ont aucune résonance dans la vie économique et sociale des populations). Bâtir une économie alternative, ce n’est pas garder 650 000 euros en fraiche sous son matelas, faire bosser des gens au black et frauder fiscalement. La carotte n’est pas une alternative politique : c’est précisément l’un des fondements du système économique dans lequel nous vivons.

"J'ai mal à la colonne tellement Seba Ils font des monologues et appellent ça des débats"

« J’ai mal à la colonne tellement Seba
Ils font des monologues et appellent ça des débats »

Lorsque cette joyeuse clique tente d’imiter le Black Panther Party, en en caricaturant les logos et les attitudes, elle oublie que le BPP proposait un plan et des méthodes pour changer les rapports sociaux. Le programme en 10 points du BPP, développait une logique de confrontation réelle avec le pouvoir, s’appuyant sur des pratiques révolutionnaires.

arabian panther

A toutes les « panthers » autoproclamées (new, arabian et on ne sait quoi d’autre) : arrêtez donc de salir l’histoire du BPP avec vos palabres sur les juifs au nez crochu qui contrôlent le monde en secret ; stoppez vos délires d’oligarchie et de mondialisme qui vous conduisent à nouer des alliances avec les tenants du racisme et de l’impérialisme français. Si vous voulez lutter contre les dominations sociales et raciales, plutôt que de croire aux balivernes de quelques comiques troupiers, appliquez donc directement le programme des Panthers.

S’inscrire dans une véritable logique militante, comme le faisait le BPP, c’est se confronter aux tenants du pouvoir sur tous les terrains, ce qui revient à être un révolutionnaire marxiste. Les Panthers, Fanon, Malcolm X, Cabral, Sankara, Lumumba, Nyobe, Cesaire et la quasi-totalité des leaders dont la « dissidence » en carton du Net se charge aujourd’hui de vendre les t-shirts étaient des révolutionnaires marxistes.

"T'auras toujours des envieux qui pour se démarquer Se positionneront contre en espérant se faire remarquer"

« T’auras toujours des envieux qui pour se démarquer
Se positionneront contre en espérant se faire remarquer »

De nos jours, c’est être inconséquent et incohérent politiquement que de porter des t-shirts à la gloire de Sankara tout en posant aux côtés de Kémi Séba, Dieudonné ou Soral. C’est être incohérent et inconséquent politiquement que de venir, le même jour, écouter Kémi Séba à la Main d’Or et chanter à la fête de l’humanité.
Que l’on s’appelle Medine et que l’on vende des disques ou que l’on soit un illustre inconnu, ces fautes politiques ont des conséquences dont il faudra un jour payer le prix. En 2017, quand les « frères patriotes blancs » seront aux portes du pouvoir, nous saurons nous souvenirs de ceux qui ont contribué à les y mener, par bêtise, par ignorance, par jalousie, par opportunisme ou simplement par racisme.

Publicités

6 Réponses to “On a les maîtres à penser que l’on mérite”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La Horde – Kémi, la grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf - 17 septembre 2014

    […] du spectacle pour une vieille histoire d’agression datant de 2009…  Le site antifasciste Quartiers libres s’est attardé sur son cas, et nous livre l’analyse suivante […]

  2. Mathias Cardet, violence verbale | quartierslibres - 26 septembre 2014

    […] délicate. C’est trahir les siens au profit de militants racistes, pour un peu d’oseille et une petite renommée. Mais cela oblige aussi à s’exposer, parce que le rôle que réservent les nationalistes aux […]

  3. On ne fait pas du Game, on fait de la politique | quartierslibres - 8 octobre 2014

    […] réponse à notre texte tient dans ces quelques punchlines et rimes que Médine offre en lecture à ses […]

  4. Être antisystème, c’est quoi? | quartierslibres - 5 novembre 2014

    […] ne peut pas être antisystème parce qu’on est condamné pour des paroles injurieuses ou une agression en réunion. On ne peut pas être antisystème et remercier les agents de l’Administration Pénitentiaire […]

  5. Frédéric Delavier, coach de la pensée raciste protéinée | quartierslibres - 17 août 2015

    […] Gonflée aux protéines et dessinée au pinceau, la pensée dissidente est encore et toujours une escroquerie qui cherche à dédouaner les racistes et les exploiteurs en cherchant à punir les pauvres. Delavier, c’est le Jean-Claude Van Damme de l’extrême droite, un Monsieur Manatane premier degré : on a les penseurs qu’on mérite. […]

  6. Ligue des tocards | Quartiers libres - 15 septembre 2015

    […] a les maitres à penser que l’on mérite. Prendre à moment la défense de Soral, c’est choisir son camp : celui du racisme, du sexisme, […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :