Stop à la destruction de Guich Loudaya

15 Déc

Expulsion imminente des habitant-e-s de Douar Ouled Dim- Rabat, Maroc

Appel à la solidarité

En plein mois de février, les forces de l’ordre ont procédé à la destruction forcée des logements des habitant-e-s de Douar Ouled Dlim situé à Guich Loudaya à Rabat (Maroc). Plus de 36 logements ont été détruits, laissant les habitant-e-s sans aucune ressource. A ce jour, ils/elles vivent dans des campements de fortune, faits de bâches en plastique maintenues par quelques morceaux de bois et de tôles amassés ici ou là. Les forces de l’ordre ont entouré leurs terres- aujourd’hui vendues à la Société d’Aménagement Ryad-, par des panneaux de tôle. Enfermé-e-s dans une prison à ciel ouvert, ces citoyen-ne-s sans terres sont surveillé-e-s par les chiens du service de sécurité mis en place pour les empêcher de reconstruire. Parallèlement, au mois de mars, les forces de l’ordre sont intervenues au Douar Drabka, également situé à Guich Loudaya, pour procéder à la destruction des pépinières et des échoppes commerciales dans lesquelles les habitant-e-s vendaient légumes et fruits issus de leurs cultures.

Situé en plein dans le quartier résidentiel de Hay Ryad, les terres de la tribu Guich Loudaya, sont des terres collectives agricoles, dans lesquelles la tribu Guich vit depuis plusieurs générations. Ces terres leur ont été octroyées par le Sultan Moulay Abderrahmane en 1838, en compensation de leurs services – en tant que tribu guerrière – au royaume chérifien. Depuis son installation sur ces terres, la tribu Guich, à l’origine nomade, a opté pour l’agriculture vivrière.

Du fait de l’expansion de la ville de Rabat, ces terres constituent un enjeu foncier considérable convoité par les promoteurs immobiliers et par les politiques urbaines. L’accaparement des terres Guich, se fait par l’intermédiaire de la mise sous tutelle du ministère de l’Intérieur qui revend ces terres à des prix dérisoires aux promoteurs immobiliers sous couvert d’un besoin d’urbanisation de la ville de Rabat. Ces opérations sont menées en violation des dispositions du Dahir (décret royal) du 27 avril 1919 qui avait retiré au Ministère de l’Intérieur la tutelle de ces terres et avait accordé la propriété pleine et entière à la collectivité de la tribu Guich.

Appel a_ solidarite_2Abri de fortune construits après la destruction des logements, Douar Ouled Dlim, mars 2014

 Aujourd’hui, les destructions continuent. Depuis le 17 juin, les habitants vivent sous la menace de l’expulsion. Le jeudi 18 décembre 2014, les forces de l’ordre vont procéder à la destruction des maisons restantes et des baraquements en plastique.

Nous assistons à un démantèlement brutal du dernier bastion existant d’agriculture paysanne de la ville de Rabat et ce au profit de promoteurs immobiliers qui façonnent une ville blanchie de toutes les formes populaires et collectives d’occupation de l’espace. Sous la bénédiction du ministère de l’Intérieur et sous couvert de lutte contre les bidonvilles, la privatisation des terres collectives laisse chaque jour des Marocain-e-s sans terre. La prédation foncière nationale couverte par les directives des instances internationales doivent cesser ! Nous ne voulons pas d’une ville façonnée par des standards internationaux libéraux mis au profit d’une minorité au pouvoir qui, sous couvert de modernisation, entraîne la marginalisation urbaine, détruit toute forme d’autonomie agricole et alimentaire, et massacre les formes traditionnelles de gestion de l’espace.

Nous, organisations signataires de cet appel :

  • Réclamons l’arrêt immédiat des expulsions.

  • Réclamons qu’une solution de relogement adaptée soit proposée aux habitants

  • Soutenons les citoyens de Guich Loudaya dans leur droit légitime à disposer de leurs terrains et de préserver leur activité agricole.

  • Appelons toutes les organisations et tous les individus à se mobiliser dans la lutte contre la prédation foncière et exprimer toute la solidarité avec les habitants de Guich Loudaya ainsi que toutes les victimes d’expulsion illégales et illégitimes.

Stop aux expulsions et à la prédation foncière !

La terre appartient à ses habitant-e-s et à ceux/celles qui la travaillent !

Appel a_ solidarite_

Arbres Fruitiers, Douar Drabka, mars 2014

Organisations signataires de l’appel :

  • ATTAC Maroc
  • Droit au logement (France)
  • No Vox international
  • AMDH/ Paris Ile de France
  • ATMF (France)
  • ACSUR Catalunya
  • Observatoire de la Dette dans la Globalisation, Catalogne
  • CGT Andalucia

  • Confédération paysanne France

Des liens pour en savoir plus sur l’affaire Guich Loudaya

Page de solidarité Facebook :

Liens vidéos youtube :

Pour tout renseignement contacter :

Email : droitaulogementmaroc@gmail.com

Tél : 0661 377596

%d blogueurs aiment cette page :