Voló, Carrero voló

22 Déc

 

Carrero-quería llegar alto

« Carrero Blanco ministro naval
tenia un sueño volar y volar
hasta que un dia ETA militar
hizo su sueño una gran realidad

Voló, voló Carrero voló y hasta las nubes llegó »

(« Carrero Blanco, ministre naval/ avait un rêve: voler, voler/jusqu’à ce qu’un jour ETA militar/fit de son rêve une grande réalité.

Voler, voler, Carrero a volé  ! et jusqu’aux étoiles s’est élevé »)

L’attentat contre le successeur désigné de Franco, l’amiral fasciste Carrero Blanco, par E.T.A. le 20 décembre 1973 (voir Operación Ogro, séance du dimanche dernier), est resté très présente dans la culture militante en Espagne. Pendant très longtemps, on a sauté dans les manifs sur l’air de « et hop ! plus haut que Carrero Blanco ». La figure du dauphin du dictateur bombardé « champion du monde saut à quatre roues » a inspiré pas mal de monde. Ici un des très nombreux groupe Rock Radikal Basque des années 1980-90, SOAK, repris ensuite par un autre groupe répondant au doux nom de Banda Batxoki, actif jusqu’en 2012.

Publicités

2 Réponses to “Voló, Carrero voló”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Séance du dimanche. Operación Ogro | quartierslibres - 23 décembre 2014

    […] Le 20 décembre 1973, l’amiral Carrero Blanco, chef du gouvernement de Franco et dauphin désigné du régime battait, selon la formule préférée des milieux antifranquistes, « le record du monde de saut en hauteur en voiture blindée », rue Claudio Coello, en plein centre de Madrid. À 9h30 du matin, le hiérarque de la dictature sortait, comme tous les matins, de la messe –une mauvaise habitude qui l’a perdu– lorsqu’une explosion projeta sa voiture blindée, qui pesait plus de deux tonnes, à trente mètres de haut. Elle finit sa course à l’intérieur du patio de l’église des Jésuites, d’où il venait de sortir, sur le balcon du troisième étage. Sur le lieu de l’explosion-propulsion s’ouvrait un cratère de dix mètres de diamètre et de 4 mètre de profondeur, provoqué par la mise à feu d’une charge explosive de 50 kilos de dynamite. E.T.A. venait de décapiter le régime finissant en envoyant au ciel le seul successeur possible du dictateur, ce qui a inspiré plusieurs chansons populaires. […]

  2. Séance du dimanche. M.I.L. | Quartiers libres - 24 janvier 2016

    […] d’E.T.A. contre le dauphin désigné du dictateur espagnol, l’amiral Carrero Blanco, sacré champion du monde de saut en limousine le 20 décembre. La courte existence du M.I.L., de 1971 à 1973, constitue une expérience très […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :