Posture de rebelle et contorsions intellectuelles

26 Déc

Dur de se faire passer pour un rebelle ennemi du système quand on appartient au champ politique qui kiffe la police et l’uniforme.
Pourtant, c’est possible. Il suffit de faire preuve d’une hypocrisie a toute épreuve, et de n’avoir aucune considération pour son auditoire.
Thomas Nlend est passé maître dans cet art de raconter des mensonges avec le plus grand sérieux. Pour ce faire, il vaut mieux revêtir un nom de scène. Thomas a choisi « Mathias Cardet » : c’est joli, et ça fait plus français que Nlend pour vendre sa soupe aux nationalistes.

cardet_canapé
Aujourd’hui, son entreprise de divertissement, une sorte de SACEM « dissidente », doit se démarquer de l’image quelque peu ternie d’Alain Soral. C’est délicat, parce que c’est « l’ami Alain », qui tient les cordons de la bourse.
Il y a un an c’était l’euphorie, tout le monde gravitait autour de Soral et Dieudonné en espérant pouvoir faire des affaires en vendant des produits dérivés d’ananas et de quenelles aux pouvoirs « révolutionnaires ».
Un an après, c’est le chaos, tout ce petit monde se tire dans les pattes. Chacun doit sauver sa part de marché auprès d’un public qui confond provocations verbales outrancières sur internet et militantisme engagé.

mathias_cardet_sur_zirko
Le créneau Cardet c’est de bicrave une unité potentielle du style « United Colors of Benetton » mais sans les juifs,  qui irait du gars de quartiers jusqu’aux policiers rebelles. C’est un ratissage ambitieux mais c’est le minimum pour qui espère faire des bénéfices en vendant de la musique et des goodies.

Avec une telle lecture du monde, des policiers rebelles il y en a plein. La preuve, il suffit de regarder le nombre de condés qui font la quenelle. Dans la vraie vie c’est un peu diffèrent. C’est étrange, des policiers rebelles on n’en croise jamais dans les luttes. Par contre quand il faut réprimer durement les manifestations, comme celle contre Exhibit B, du policier motivé pour casser du militant, là il y en a.
Pas grave, ce genre de contradictions n’empêche pas Cardet de vendre ses fables sous forme de vidéos ou de livres pour grands enfants. Cardet s’invente un monde dans lequel il a été un hooligan de premier plan et où les policiers sont potentiellement des amis. ACAB c’est pour les vilains gauchistes, ACAF (All Cops Are Friends) ce serait pour les vrais durs comme lui. Puisqu’il est censé avoir été un hooligan dans les années 90 au Parc des Princes, il faut qu’il aille expliquer son concept à ceux qui étaient réellement au stade à cette époque mais qui n’en font pas des romans. Il devrait en discuter par exemple avec les deux Juliens T. principaux acteurs du lynchage des CRS ce jour là au Parc des Princes en 1993.

ousman_faurisson

Ce genre de contorsion idéologique est commun à ce monde de mythos de l’extrême droite. Les artistes « BDH » (la plateforme de Cardet) qui mettent du Faurisson sur un beat et une boucle ne font pas exception à la règle. Ces convulsions conduisent à des impasses comme participer à « jour de colère ». Quand on vient d’une tess, même payé par Soral pour y faire de la figuration sur place, on a les oreilles qui sifflent. En immersion dans ce milieu on entend que la France doit être blanche tout en parlant d’unité entre « rebelles ». La réalité c’est que les nationalistes ne blaguent pas avec la pureté raciale de leur beau pays, et ceux des nôtres ou assimilés qui ont décidé de se vendre à eux pour des flatteries ou de l’oseille se préparent un réveil pénible.
Les nationalistes français ont pour particularité de défier uniquement l’ordre public pour demander plus de discrimination ou renforcer la répression. C’est ce qui s’est passé durant les manifs contre « le mariage pour tous » ou encore lors de rassemblements islamophobes. Ce sont dans ces moments là que les nationalistes français sont le plus virulents envers les corps constitués et jouent aux rebelles.
Cardet et ses « artistes » tentent de trouver un compromis qui soit largement vendeur : appeler à la révolte dans la rue et à l’union contre les juifs.
Pour vendre ce truc sans queue ni tête, il faut un emballage et donc l’image : quelles images de révolte peuvent offrir les mécènes de Soral et Cardet ? Pas bezef, tout ce qu’ils ont produit ces dernières années ce sont des images de gens faisant un geste grossier ou brandissant une sous espèce des broméliacées.

Quenelle_lepen_gollnisch
Dans le clip de l’artiste phare de « BDH » on découvre quelques images des bonnets rouges, le défilé de la Gaza Firm à Barbès et pour la quasi totalité des illustrations de révolte et de défi à l’autorité de l’État on a des images de la gauche radicale en action.
L’usurpation la plus totale. Quand on n’a pas de légitimité, il faut s’en créer une en récupérant ce que font les autres. Alors que Cardet et ses chanteurs expliquent à longueur de temps que les antifas et les gauchistes seraient des sionistes et des suppôts du pouvoir, ils sont contraints pour étayer visuellement leurs élucubrations de combattant et se donner un crédit de révolutionnaires de reprendre les actions menées dans la rue par ceux qu’ils dénigrent. Le pompon c’est quand ils mettent des visuels rappelant le 17 octobre 1961 alors que Soral et la mouvance nationaliste sont clairement les héritiers de l’OAS (dédicace à Roger Holleindre oblige).
La charge rue de la Roquette contre la LDJ par exemple, ou encore les multiples confrontations entre gauche radicale et forces de l’ordre suite à la répression des mouvements zadistes. C’est des images de gauchiste tout ça.
Pour faire clair, la street credibility dans les clips de « Cardet Entertainement » c’est majoritairement des images d’action de l’extrême gauche. Ça en dit long sur la crédibilité des acteurs de BDH.

Aujourd’hui tout l’enjeu pour BDH est de se démarquer de Soral, parce que se revendiquer proche d’un type qui explique que « les femmes noires sont généralement des putes », c’est moyen pour écouler du rap et du street wear.
Du coup, une petite remontrance du patron concernant un clip qui montre beaucoup d’images de contestations gauchistes ça permet de faire croire qu’on est enfin un indépendant, un vrai.

er_zirko
Mathias connaît bien le vice du rap game et des fausses embrouilles pour faire vendre. On peut supposer que l’embrouille de façade avec son maître Soral c’est pour entretenir le buzz. Un truc factice comme l’expliquait Cardet lorsqu’il évoquait les querelles entre poids lourds de l’industrie du disque. C’était l’an dernier quand il expliquait qu’après avoir été une légende des tribunes, il tenait dans sa pogne les cadors du rap français.

Cette hypothèse pourrait être interprétée comme de la malveillance s’il n’y avait pas des faits pour l’étayer. Soral et Cardet forment une équipe qui roule pour le même projet. Il suffit de les écouter et de les lire pour le comprendre.
Les hommes de main de Soral comme celui-ci, sont aussi des proches de Cardet.

kano_e_proces_haziza
On les voit ensemble au tribunal lors du procès entre Soral et Frédéric Haziza. « Kano E. » est selon les dédicaces de Cardet son « gars sûr » et sa caution dans le monde des tribunes. Il partage une conception du monde commune à celle de Soral et Cardet :

Kano_E_youpins2
Ces informations ne sont pas données par la DCRI ou la NSA, ce sont des publications sur Facebook faites par Kano E. sur un compte visible de tout le monde.
Un gars sérieux, donc, qui se donne à voir sur FB.
Avec des mots comme « youpin », on n’est pas dans l’antisionisme, on est dans autre chose. Cette autre chose c’est ce que ces mecs qui jouent les bonhommes sur le Net n’assument pas ouvertement mais qui transpire dans chacun de leur discours : la haine irrationnelles des juifs. L’antisémitisme c’est le trait d’union de la « dissidence », c’est ce qui leur permet de faire toutes les contorsions et de faire croire une union possible entre oppresseurs et opprimés parce qu’il y aurait un marionnettiste dans l’ombre organisant les tensions. Selon eux, ce marionnettiste est fatalement un rabbin malveillant.
On mesure à quel point cette clique est utile aux soutiens de l’État d’Israël car leur action permet de disqualifier le travail militant de soutien à la lutte du peuple palestinien fait quotidiennement par des gens dont la ligne politique est elle réellement antisioniste.
Pour Cardet, Soral et leurs alliés, c’est toujours de la faute des juifs s’il y a un problème. C’est assez confortable comme conception du monde. Cela permet de faire croire que le flic qui blesse, mutile, ou tue a reçu ses ordres depuis Tel Aviv et qu’il commet cet acte à regret.
Cardet et Soral et leurs associés vendent un ersatz de pensée Subutex (c) afin d’endormir les quartiers face aux vagues de répression que nous subissons. Cela permet aussi de faire croire qu’à l’extrême droite il existe une pensée alternative à celle de Zemmour et de la ligne majoritaire du FN depuis la fin des années 70, qui prétend que s’il y a un problème il est dû à l’immigration et aux classes populaires.

Cardet et ses associés se font passer pour des révoltés, mais ils sont incapables de fournir une modalité d’action valide et durable sur le terrain. Ils sont juste les larbins de l’extrême droite. Leur seule action consiste à stimuler la haine des juifs et à faire passer la pulsion consumériste pour un acte militant. Ils ne sont que des simulacres de rebelles 2.0 : virtuels, cupides et mythomanes.

17 Réponses to “Posture de rebelle et contorsions intellectuelles”

Trackbacks/Pingbacks

  1. C comme Complot et Charlie | quartierslibres - 16 janvier 2015

    […] Le monde tourne parce que nous contribuons à le faire tourner. Si les théories du complot se contentent de désigner un coupable omnipotent mais ne donnent pas d’axe de lutte pour changer les choses, c’est qu’elles sont destinées à jouer le rôle d’anesthésiants, de narcotiques. […]

  2. L’effroyable imposteur du rap | quartierslibres - 6 février 2015

    […] a déjà beaucoup écrit sur les frasques, les outrances et les mensonges de Mathias Cardet. Cela semblait nécessaire, car Mathias Cardet se présentait comme un homme de […]

  3. Storytelling dissident : le complot en 5 actes | quartierslibres - 19 février 2015

    […] que du profit qui en est tiré. La thèse politique du bouquin, qui lui a valu d’être promu par Soral et l’extrême droite, c’est de nous expliquer que le Black Panther Party était un ramassis de toxicos tombés dans le […]

  4. L’affaire Bourarach : une illustration dramatique de ce que produit l’opportunisme en politique | quartierslibres - 23 mars 2015

    […] D’un côté la Cours d’Assises pour tous les accusés en 4 ans et de l’autre le Tribunal Correctionnel pour deux personnes au bout de dix ans. Il est manifeste que la République Française protège les fonctionnaires de police et non les juifs en cas de crime à caractère raciste. Le créneau des entrepreneurs antisémites de la galaxie soralienne s’effondre dès qu’on le confronte au réel. Les verdicts des deux procès seront probablement encore plus révélateurs. L’acquittement a déjà été requis pour les policiers, c’en est un de plus, qui vient allonger la liste déjà longue des policiers acquittés dans des affaires ayant endeuillé des familles. Qu’importe, l’important pour les paranoïaques du complot juif c’est de faire du buzz avec cette histoire. Le drame de la famille Bourarach, ils s’en foutent. Que leur ligne politique et leur ligne de défense conduisent la famille dans une impasse judiciaire, avec le risque que les inculpés s’en sortent, est secondaire pour eux. Pire, cela fait leur beurre politique: ils pourront ainsi en remettre une couche sur la toute-puissance des juifs alors que leur antisémitisme aura envoyé dans le mur les proches du défunt qui leur ont fait confiance. L’important pour eux est de dépeindre un monde régi par les juifs et non d’obtenir justice pour le meurtre de Said Bourarach. Une partie des soutiens de Said Bourarach, comme Dieudonné et Soral, ont réussi à piéger une partie de la famille. L’hypocrisie de ces deux clowns est totale. Car ces deux agitateurs prompts à dénoncer le « deux poids, deux mesures » ne s’intéressent jamais aux affaires où ce sont des « blancs » ou des flics qui tuent, si ce n’est pour légitimer le coup de fusil par des contorsions intellectuelles. […]

  5. Ça s’appelle un milliardaire | quartierslibres - 7 avril 2015

    […] liste de Schindler à partir du capitalisme asiatique ça va être coton. Il va falloir déployer des prouesses de narration pour accrocher un nez crochu à des Chinois dont l’espace culturel est éloigné de ceux de nos […]

  6. Il y a 40 ans : la libération de Saïgon | quartierslibres - 30 avril 2015

    […] avertissement résonne devant les contorsions idéologiques et factuelles auxquelles se livrent l’extrême droite et ses supplétifs pour nous vendre une […]

  7. Nous voulons « la fin de leur monde » | quartierslibres - 4 mai 2015

    […] Nos luttes contre les violences policières, en soutien au peuple palestinien, peuvent paraître secondaire face au drame de Moussa et de Aicha mais elles sont fondamentales. Les luttes contre les violences policières, au-delà de la justice immédiate pour les victimes, permettent de déconstruire l’ordre social injuste que la police protège. Le contexte social précède toujours l’existence. Cet ordre social violent est le fruit d’un capitalisme de moins en moins régulé, c’est lui qui créé les conditions des drames que nous évoquons. C’est pourquoi ce combat partout dans le monde, de Ferguson à nos quartiers en passant par les ZAD, est un juge de paix. Il permet de différencier le militant sincère du dissident en carton. Celui qui bouge contre les violences policières et celui qui kiffe l’uniforme et l’ordre social qui va avec. […]

  8. Pour l’amour de l’oseille, par haine des juifs et des homosexuels | quartierslibres - 12 mai 2015

    […] Mais ta dernière altercation sur fond de carambouille, là, on est obligés de la relever : Mathias Cardet, c’est un peu un running gag pour nous, tant ce garçon incarne les symptômes de plusieurs maux […]

  9. C comme Complot et Charlie | Arc Media - 28 mai 2015

    […] Le monde tourne parce que nous contribuons à le faire tourner. Si les théories du complot se contentent de désigner un coupable omnipotent mais ne donnent pas d’axe de lutte pour changer les choses, c’est qu’elles sont destinées à jouer le rôle d’anesthésiants, de narcotiques. […]

  10. A problème réel, une solution concrète : l’exemple de la Grèce | quartierslibres - 10 juillet 2015

    […] de tout bord (un monde de mytho). En Grèce, la police et les fameux « corps constitués », véritables fétiches des Soraliens, maintiennent sans surprise un ordre social injuste et […]

  11. Le coup d’état du 14 juillet 2015 | quartierslibres - 15 juillet 2015

    […] des forces qui protègent le pouvoir en place. Encerclés par un cordon de Gendarmes Mobiles, les fameux corps constitués qui devaient se rallier à la juste cause patriotique, 300 des 500 azymutés ont eu droit à un […]

  12. Les traditionnels supplétifs de l’Etat | quartierslibres - 27 juillet 2015

    […] à l’extrême droite raisonnent et mettent en place leur pensée. Pour déconstruire ces postures de rebelles, il suffit néanmoins de considérer les […]

  13. Frédéric Delavier, coach de la pensée raciste protéinée | quartierslibres - 17 août 2015

    […] cohérent, pas de réconciliation possible. Delavier et la dissidence en carton passent leur temps à se contredire, la seule chose qui leur importe étant de marteler leurs idées sur la différence raciale et […]

  14. Ça s’appelle un militaire | Quartiers libres - 20 novembre 2015

    […] C’est un métier que certains des nôtres font pour échapper au chômage ou par gout de l’aventure, mais il est rare que des gens honnêtes nous vendent leur projet de carrière militaire comme un sacerdoce pour défendre la « civilisation française« . C’est d’ailleurs pour ça qu’ils le font en échange d’un salaire. Il n’y a que les fafs pour nous faire passer leur servitude à l’Etat français pour une posture rebelle. […]

  15. Clash Dieudonné / Soral : le téléphone pleure | Quartiers libres - 23 décembre 2015

    […] milliers de gens qui ont fait la quenelle pour un oui et un non ont aujourd’hui du mal à assumer la cohérence de cet engagement aux côtés de l’extrême droite. Ça va être encore plus dur maintenant que Dieudonné se tire […]

  16. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] du FN en dit long sur qui aujourd’hui dicte sa loi et sa vision du monde. Cela fait passer toutes les postures de rebelles et de « discriminés » de l’extrême droite pour ce qu’elles sont, c’est à dire des […]

  17. Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente | Quartiers libres - 11 décembre 2016

    […] cela laisse songeur. L’hypothèse la plus raisonnable, au regard de la carrière de Soral, c’est qu’il est un diable de confort pour le système et qu’il faut donc le maintenir en […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :