Lutter contre l’embrigadement par la propagande nationale

30 Jan

L’État a renoncé à faire de l’instruction et de l’éducation. Désormais, l’État fait de la comm’. Daesh mène une campagne de communication moderne, agressive et bien ficelée ; le gouvernement français a décidé de répondre sur ce terrain et sur le même ton.

La campagne de sensibilisation « stop djihadisme » est un triste mais magnifique révélateur du désarroi dans lequel se trouve notre société, à commencer par ses institutions. Alors que l’on aurait pu attendre une prise de conscience des éléments qui rendent possibles la radicalisation et les options politiques à caractère religieux comme le takfirisme, les instances gouvernementales ont choisi de répondre à l’argumentaire djihadiste sur le registre publicitaire.

embrigadement

Pour mener la « guerre », on recourt à la propagande, en sacrifiant l’information et la réflexion. On a besoin de soldats et de cohésion nationale. Et dans cette optique, on consacre à chaque part de marché le baratin qu’il faut. Quand on parle de guerre à des jeunes, il faut faire dans le binaire : le Bien et le Mal. Pas de discussion, pas de réflexion et encore moins d’éducation. On balance du slogan et des images chocs.

A travers cette opération de communication vide de sens, le Gouvernement se lance dans une guerre du Bien contre le Mal, dont il n’est pas fichu d’expliquer en quoi elle est différente des autres et en quoi elle pourrait être juste. Il met ainsi en scène un conflit purement moral, en esquivant les questions politiques. Le niveau d’explication est proche du skecth « Biouman » des Inconnus : « les méchants sont méchants parce qu’ils sont méchants et les gentils doivent les combattre parce qu’ils sont gentils ».

A ce jeu, le pouvoir politique se tire une balle dans le pied. En effet, les slogans sont à double tranchant et peuvent facilement être retournés.

 

ils_te_disentils_te_disent2
La France mène des opérations militaires à l’étranger de façon continue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. De nombreux soldats français sont tombés à l’étranger, pour la défense de « valeurs », sans que soient assumés les véritables enjeux (économiques et/ou d’influence).

« Tu découvriras l’enfer sur terre et mourras seul, loin de chez toi. » Cette phrase pourrait être prononcée par n’importe quel ressortissant d’un pays dans lequel la France est intervenue militairement pour la défense de ses propres intérêts. La guerre est un enfer, qu’elle se passe en Syrie, au Kivu ou ailleurs, aujourd’hui ou du temps de l’Empire colonial.

On te fait miroiter une « juste cause » pour t’envoyer en « enfer ». On croirait entendre Jaurès refusant la Guerre. Sauf qu’ici, aucune analyse du contexte politique, historique et sociologique du conflit. Il n’y a pas d’argument dans le slogan. La seule chose qui compte est d’affirmer que le camp d’en face est celui du Mal. Or la réalité est plus complexe et la France, en tant que puissance économique et impérialiste, a sa part de responsabilité dans le chaos international.

 

ils_te_disent5ils_te_disent6
Cette seconde sentence est d’autant plus triste qu’elle fait écho aux campagnes de recrutement de l’armée française. En pratique, les prétendues guerres « humanitaires », censées protéger les populations civiles dans le cadre de missions internationales, produisent souvent plus de chaos, de déplacements de populations et de massacres qu’elles ne sauvent de gens. Là où la France défend ses intérêts économiques et politiques, les plus nombreux à tomber ne sont pas les militaires mais les civils. Les Etats, quels qu’ils soient, n’interviennent pas par compassion ou pour des raisons humanitaires mais parce qu’ils y trouvent un intérêt.

Rien ne permet avec un tel slogan de discerner ce qui distingue les deux côtés de la ligne de front que le gouvernement français tente de tracer. Daesh tue des civils, mais les armées régulières du monde entier font de même. L’armée française n’est pas réputée pour avoir été particulièrement « humaine » en Afrique ou en Asie.

 

ils_te_disent3ils_te_disent4
Le coup d’élever ses enfants dans la terreur renvoie méchamment au visage d’une part importante des habitants des quartiers populaires leur passé de migrants. Beaucoup de familles étirées entre ici et le bled savent très bien ce que c’est que de vivre dans la terreur et parfois dans la guerre. Elles savent aussi ce que l’exil ou l’aventure demandent en termes de sacrifices et courage, pour migrer vers un pays où la tolérance et la bienveillance ne sont pas toujours au rendez-vous.

Et puis, si la France n’est pas un théâtre de guerre, ce n’est pas non plus un paradis. Ici aussi, beaucoup des nôtres, victimes ou témoins des discriminations, des insultes et/ou des violences, craignent pour l’avenir de leurs enfants.

 

ils_te_disent7ils_te_disent8
Là encore, difficile de voir ce qui différencie les deux camps en présence dans leur approche. On peut aujourd’hui être aussi facilement considéré comme un mécréant par les uns que l’on peut être repéré comme n’étant pas Charlie (et donc potentiellement terroriste) par les autres. Pour répondre aux prêches des djihadistes, il faut prendre la posture de l’inquisiteur républicain et laïque. En cela, le manichéisme des personnalités politiques et médiatiques chargées de façonner l’opinion publique est assez édifiant. En réalité, niveau tromperie, trop de régimes politiques sont en concurrence.
Pire, alors que le Gouvernement prétend désormais combattre les théories du complot, il reprend précisément la logique de celles-ci. Les complotistes disent que le Gouvernement ment et que la vérité est ailleurs ; le Gouvernement dit que ce sont les autres qui mentent et que la vérité est à lui. En gros, la seule réponse apportée par le Gouvernement au complotisme est de cet ordre : c’est celui qui le dit qui y est.

Pour se battre, il faut être deux, et il semble que le Gouvernement ait décidé de répondre présent et d’inciter au combat. Pour cela, rien de tel qu’une propagande qui affuble l’ennemi des pires tares, ce qui permet au passage de s’absoudre de toute critique et de ne susciter aucune réflexion.

En gros, avec cette campagne, on propose aux jeunes de choisir entre deux canettes de soda : l’une est prohibée ; l’autre est agréée. Et qu’importe si les jeunes ont le sentiment qu’aucune des deux n’est bonne pour leur santé. S’ils font part de leurs doutes, ils deviendront suspects.

Afin de lutter contre l’embrigadement de nos proches, la meilleure action possible reste de faire la place au dialogue, de garder le contact, de faire preuve de présence, d’avancer un argumentaire, de poser une les bases d’une réflexion sans masquer la réalité politique nationale et internationale. Le gouvernement actuel, au contraire, a fait le choix de lancer une campagne qui ne peut susciter que l’adhésion totale ou le rejet. En gros, ça ne parle qu’aux convaincus et il faudra faire rentrer dans le rang ou exclure les récalcitrant.es.

Quand la France décide de faire la guerre, sans même consulter ses citoyens et parfois malgré la mobilisation d’une grande partie d’entre eux, est-ce véritablement pour une juste cause, en épargnant les civils ? Qui continue à croire sur parole nos dirigeants politiques ?

La France est le pays des gentils, mais elle a la mémoire sélective. Elle a longtemps oublié de dire merci aux soldats qui sont morts loin de chez eux dans des enfers comme Douaumont ou Monte Cassino, mais elle prétend aujourd’hui assimiler à des barbares ceux qui lui rappellent qu’elle doit aussi rendre des comptes pour les exactions qu’elle a commis et continue de commettre pour la défense de ses intérêts.

Douaumont

Alors que le Gouvernement ne propose pas un argumentaire très différent de celui de son nouvel ennemi « djihadiste » quant au bien-fondé d’une action armée, il nous impose un choix. Un choix de forme, un choix esthétique, un choix moral : on est avec la France ou contre elle. On se doit d’être « républicain » et  Charlie », depuis une certaine gauche jusqu’au FN, sinon c’est l’accusation d’apologie du terrorisme ou d’angélisme, voire de lâcheté.

En imposant un choix binaire et moral, les dominants tentent d’assimiler à Daesh le camp politique qui porte les revendications de justice économique et sociale de ce que l’on appelait encore il y a peu le « tiers monde ».

Malgré la pression et l’arsenal répressif qui continueront d’être déployés, il va falloir faire entendre que ce choix binaire emballé dans une publicité pour jeu vidéo n’est pas une solution viable mais un aveu de faiblesse de la part de la classe dirigeante.

12 Réponses to “Lutter contre l’embrigadement par la propagande nationale”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Alain Soral, un éditeur de fictions | quartierslibres - 5 février 2015

    […] de propagande pour la Légion Étrangère, E&R et Soral s’alignent sur les positions de la campagne de pub stop-djihad et contribuent ainsi à l’unité nationale en proposant aux jeunes de s’engager dans la Légion […]

  2. Même causes, mêmes effets : l’impérialisme ne tombe pas du ciel et n’est pas le fruit d’un complot | quartierslibres - 14 mai 2015

    […] l’argument des interventions militaires au Moyen-Orient. Tous les conflits y sont focalisés sur la culture et la religion des peuples, dont certains peuvent alors être bombardés et massacrés par les fleurons de la technologie […]

  3. La France en maillot de bain | quartierslibres - 28 juillet 2015

    […] de gouvernement savent bien que s’ils veulent continuer à prospérer sur le racisme ambiant il faut se saisir de tous les faits divers et les déformer par l’islamophobie patente ou latente. L’affaire de Reims est parfaite pour en ce sens qu’elle contribue de faire croire que les […]

  4. Guignolades et guerres civiles | quartierslibres - 1 septembre 2015

    […] takfiristes participant à des actions de guerre sur des théâtres extérieurs n’ont pas tous la même couverture médiatique mais leurs menaces réelles ou fantasmées mise en scène par les médias permettent à l’État […]

  5. Clash Dieudonné / Soral : le téléphone pleure | Quartiers libres - 23 décembre 2015

    […] français, vaillants guerriers gaulois, se sont planqués derrière les bronzés (comme à Douaumont ou Monte Cassino, on ne change pas une équipe qui gagne) pour dynamiter les barrières morales qui empêchaient le […]

  6. L’hypocrisie de la lutte contre le terrorisme | Quartiers libres - 12 janvier 2016

    […] on a eu le droit à un chœur d’enfants de primaire de la ville entonnant la Marseillaise. L’embrigadement commence tôt, semble-t-il, dans les villes dirigées par « les Républicains ». On n’ose imaginer ce que […]

  7. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] ordinaire seront assimilés à la résistance palestinienne. Histoire de faire en sorte que la « neutralité du service public » colle un peu plus à l’air du […]

  8. Daech entre anachronisme et pop culture | Quartiers libres - 25 janvier 2016

    […] permet de favoriser un processus d’identification et de proximité lors de l’écoute. Des français qui s’adressent à d’autres français avec un niveau d’éducation moyen pour les motiver à faire la même chose qu’eux, […]

  9. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | Quartiers libres - 4 mars 2016

    […] de tel qu’un treillis pour se bouger. Pour elles, pour contrer Daesh, il faudrait proposer un embrigadement semi-militaire à la jeunesse. Ça tombe bien, l’armée française enrôle à tour de bras de nouveaux larbins de […]

  10. Made in America : l’oncle d’Amérique | Quartiers libres - 15 mai 2016

    […] à sauver de ce modèle, il faut donc faire preuve de beaucoup de mauvaise foi ou avoir recours à d’immenses moyens de propagande. Voilà une tâche à laquelle s’est toujours attaché le Département d’État états-unien. […]

  11. Made in America : l’oncle d’Amérique – ★ infoLibertaire.net - 15 mai 2016

    […] ce modèle, il faut donc faire preuve de beaucoup de mauvaise foi ou avoir recours à d’immenses moyens de propagande. Voilà une tâche à laquelle s’est toujours attaché le […]

  12. Un monde (de) malade | Quartiers libres - 30 juillet 2016

    […] envers chacun d’entre nous, qu’il soit musulman ou non, rigoriste ou simple pratiquant, puisqu’avec ce précèdent inventé par l’état français et confirmé par Daech, un Tak-tak assassin de masse peut être un « non musulman ». L’on peut donc être totalement […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :