Brahim Bouarram

1 Mai

Il y a 20 ans Brahim Bouarram était assassiné par un groupe de militants nationalistes membres du FN qui venaient assister au rassemblement organisé par leur parti politique. Ils l’ont jeté à la Seine, un 1er mai triste comme un 17 octobre.

1995 c’était aussi l’année du meurtre d’Ibrahim Ali.

C’était entre deux tours d’élections présidentielles.

Sept ans après, en 2002, le FN était au second tour.

20 plus tard le Front National est aux portes du pouvoir.

Sa doctrine est la même, son racisme intact, ses modalités d’actions inchangées. La société française s’est résigné à punir les minorités et les pauvres plutôt que renoncer à un petit confort à crédit grappillé à force de pillages. L’antiracisme moral ne fonctionne pas, il s’est éteint de la pire des manières en janvier dernier.

Brahim_Bouarram

Brahim Bouarram assassiné le 1er mai 1995 par un groupe de militants du Front National : ni oubli, ni pardon.

Advertisements

Une Réponse to “Brahim Bouarram”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La liberté d’expression | Quartiers libres - 15 janvier 2016

    […] ? La fresque peinte dans le milieu des années 90, quand les militants du FN tuaient des noirs et des arabes et qu’il y avait encore un peu de réprobation (une époque sombre pour la liberté […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :