Jerusalem by bus

20 Mai

La suspension d’une mesure concernant une séparation des populations dans les bus s’apparentant à l’apartheid ou à la ségrégation raciale du sud des Etats-Unis permet à la presse occidentale de droite de faire passer Netanyahou pour un type honnête et soucieux du respect des droits.

figaro_bus_jerusalem

Il convient juste d’apporter une précision car les médias annoncent cette nouvelle sans évoquer le fait que concrètement rien ne changera.
Il existe en effet deux compagnies de bus, l’une qui dessert les villes palestiniennes au départ de Jérusalem, et l’autre qui dessert les colonies.
Ces compagnies sont totalement différentes, l’une est palestinienne, l’autre israélienne.
La station de bus principale de la compagnie palestinienne se trouve près de la Porte de Damas et il n’y a dans cette station que des bus palestiniens.
La compagnie israélienne a sa propre gare routière, pas du tout au même endroit.

A Jérusalem, les bus se partagent quelques arrêts en commun, mais au final l’apartheid se crée en fonction de la destination : si on va dans une ville palestinienne on prend un bus palestinien et si on va dans une colonie, on prend un bus israélien.

Quand on va de la Cisjordanie à Jérusalem, les passagers des bus Palestiniens doivent descendre du bus au checkpoint afin de se faire contrôler.

Les bus israéliens ne s’arrêtent même pas au checkpoint.

L’annonce est donc quasiment nulle puisque dans les faits, le point de départ et la destination fixent la compagnie utilisée et le traitement réservé aux voyageurs.

Publicités

Une Réponse to “Jerusalem by bus”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le racisme systémique est une plaie historique | quartierslibres - 22 mai 2015

    […] coreligionnaires originaires d’Ethiopie (refus de leur don du sang). Ne parlons même pas des Palestiniens et des […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :