No Joke : Hope4Congo !

4 Juin

La solidarité est un sport collectif ! No Joke montre l’exemple.

LA VICTOIRE D’UN NOIR AU CHAPEAU BLANC.

La République Démocratique du Congo a toujours été un véritable camp de travail forcé pour ses millions d’hommes, femmes, enfants qui subissent les règnes successifs des hommes extérieurs au pays.

La terre congolaise est l’une des plus grandes entreprises au monde qui ne sert pas à son peuple, un peuple privé de droit, de justice et de liberté. Mais il y a la bière, Primus, Tonton Skol, Heineken… d’ailleurs n’est-ce pas la seule liberté qu’ils leurs aient laissé ? Libre de boire mais pas de penser comme Patrice Lumumba.

Moi je suis libre de leur apporter un minimum de soutien, c’est la raison pour laquelle je ne tape plus du poing sur la table afin d’exprimer mon mécontentement et préfère préparer une action sociale au cœur du problème avec mes collègues.

Ma volonté est de mettre aussi l’accent sur l’éducation par le partage mais dans un pays où les frais de scolarité sont presque aussi élevés que le revenu par habitant, beaucoup d’enfants ne sont pas ou plus scolarisés et sont contraints d’aller travailler avec leurs parents dans la terre agricole et les mines pour en extraire la richesse…

Actuellement je m’apprête à célébrer ma victoire, notre victoire, à l’ombre de mon chapeau blanc en allumant un cigarillo le cœur plus léger : grâce à vous le projet verra le jour.

Si tu es sensible à ma cause et que tu souhaites toi aussi apporter le sourire à un enfant clique dès maintenant sur le lien suivant.

Kizo_Hope4Congo

Publicités

Une Réponse to “No Joke : Hope4Congo !”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Livre du samedi : Corps et âme | quartierslibres - 6 juin 2015

    […] C’est une présentation à la fois humble et réaliste de ce qu’est la boxe. Loïc Wacquant raconte la vie et l’organisation d’un club au milieu d’un ghetto de Chicago en pleine déconfiture économique. La matière du bouquin c’est la vie de la salle, rythmée par les rounds, les séances et les compétitions. Cette salle de boxe est riche de personnes dont la vie est à la fois simple et extraordinaire. Curtis, un des partenaires d’entrainement avec qui il a mis les gants, a affronté Oscar De La Hoya. Rien que ce moment de « gloire » en aurait fait claironner plus d’un. Mais Loïc Wacquant est reste discipliné dans son écriture comme on doit l’être sur le ring. Il a écrit ses carnets comme il s’est entrainé: sérieux et constance. Il est le fruit de son club. Il ne tire aucune gloire de ses faits d’arme dans la salle et ne fait pas une analyse froide du fonctionnement du club. Il montre que la boxe n’est pas un sport individuel, que tout est une question de technique et de travail. La sociologie est un sport de combat, la boxe est basée sur l’engagement. Ces deux disciplines ne sont pas très éloignées du militantisme. […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :