Séance du dimanche. Bandits à Milan 1968

12 Juil

AfficheFin des années 1960, dans le nord industriel de l’Italie, le fond de l’air est rouge. Les organisations politiques et syndicales bureaucratiques classiques –le Parti Communiste en tête– sont incapables de prendre la mesure historique de la lame de fond qui anime la jeunesse politisée des quartiers populaires. L’engagement prend diverses formes, à travers des mouvements politiques revendiquant l’autonomie ouvrière, comme Lotta Continua et Potere Operaio, puis dans la lutte armée, sous diverses formes, dont les plus connues sont les Brigades Rouges (version rouge) et Prima Linea (version autonome). Mais ces deux mouvements sont loin d’épuiser le champ des initiatives allant dans le sens de la reprise individuelle et l’illégalisme. De la participation aux mobilisations ponctuelles, certains sont passés à la clandestinité et au banditisme politique. « Bandits à Milan », un film de Carlo Lizzani sorti à chaud en 1968, retrace l’histoire d’une des plus connues de ces bandes : la Banda Cavallero, du nom de son chef supposé, Piero Cavallero. Une bande de potes d’un quartier populaire de Turin qui défraya la chronique à la fin des années 1960 à Milan, en détroussant les banques au nom de la justice sociale, jusqu’à leur arrestation spectaculaire en 1967, qui fit plusieurs morts et blessés durant leur poursuite par les forces de police. Banda_CavalleroIls sont également restés célèbres dans la culture militante italienne pour leur attitude face à l’État durant leur procès et durant leur détention. Face à leur condamnation, debout, il se sont mis à chanter Figli del oficina, une chanson revendiquant la révolution prolétarienne et plaçant leur action dans une claire confrontation avec le système. En prison, ils ont milité contre les conditions de détention et pour le statut de prisonniers politiques. Les Brigades Rouges avaient d’ailleurs exigé la libération de Sante Notarnicola, le plus actif d’entre eux, parmi les prisonniers politiques dont ils revendiquaient la libération en échange de celle d’Aldo Moro. Pour un entretien récent avec lui, c’est ici. Pour des hommages en musique, version rock c’est la Banda Bassotti, côté rap, c’est Onda Rossa Posse. https://www.youtube.com/watch?v=eSbryYU9zj0

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :