Black Mirror 7: « There’s a riot goin’ on »

11 Août

c3a9meute-2

There’s a riot goin’ on !

C’était il y a pile un demi-siècle. C’était hier. Le quartier de Watts à Los Angeles s’embrasait, ouvrant la voie de ce qu’on allait appeler les hot summers : tous les étés, jusqu’à la fin des années 1960, les quartiers Noirs se soulevèrent, la plupart du temps en réaction à des violences racistes ou policières.

1965 marqua un tournant pour le « Mouvement des droits civiques », qui visait à obtenir l’égalité des droits, la fin de la ségrégation, la dignité. En Mars, la marche de Selma à Montgomery, dirigée par le révérend Martin Luther King, chantre de la non-violence, était réprimée dans le sang. Un mois plus tôt, Malcolm X était assassiné par des fidèles de la Nation Of Islam – vraisemblablement pilotés par le F.BI – qu’il avait quitté l’année précédente, en conflit ouvert avec les positions racistes et la vie dissolue de son dirigeant. Depuis la campagne de boycott des bus lancée dix ans auparavant à Montgomery, tous les moyens non-violents semblaient avoir été employés : sitt-in, marches, boycotts, inscription sur les listes électorales… et se heurtaient toujours au même mur du racisme structurel américain. Le modèle intégrationniste prôné par Luther King et ses apôtres commençait à être sévèrement critiqué par la rue, qui ne tarda pas à le manifester, d’une manière moins polie que ses pseudo-dirigeants. Surtout, l’égalité formelle réclamée dans le Sud semblait dérisoire pour le peuple des ghettos du Nord, le grand oublié des revendications, qui subissait pourtant une ségrégation plus sournoise mais tout aussi écrasante, géographique, économique, sociale. Entassés dans des quartiers pourris rongés par la pauvreté, le chômage, la drogue, les violences policières, on savait bien que tendre la main avec amour ne suffirait pas.

A Watts, c’est un contrôle routier qui tourne mal qui mit le feu aux poudres. Du 11 au 17 août, environ 1000 bâtiments furent détruits, une trentaine de personnes tuées, en partie par la police, 4000 arrêtées. 35 millions de dollars de dégâts. Puis vint Detroit en 1967. Puis des centaines de ville en 1968, après le meurtre de Luther King. L’atmosphère avait changé. Il n’était plus question de baisser la tête, d’encaisser les coups en silence. Carmichael, issu du mouvement des étudiants non violents, lança le Black Power. Sur les cendres de Malcolm et Watts se dressèrent les Black Panthers. La musique elle-même, malgré un marché du disque plus que frileux, finit par s’en mêler.

Quand le peuple force ses leaders auto-proclamés à se radicaliser. Quand les artistes sont sommés de prendre position. Quand la peur change de camp, enfin.

Emission : http://www.mediafire.com/listen/55654mv095of5wu/BCK_MIR_12_THERE%27S_A_RIOT_GOIN%27_ON.mp3

 

Commémoration par le label Stax, sept ans plus tard, de ces émeutes qui rendirent leur fierté à des milliers de Noirs du Ghetto. Discours d’ouverture, resté célèbre, de Jessee Jackson.

 

 

Black Mirror

En partant du sample, élément de base du hip hop, Black Mirror essaye de remonter le cours de l’histoire, de retourner aux racines d’une musique qui a commencé par regarder vers son passé pour aller de l’avant. Et cette histoire est avant tout une histoire sociale, celle du peuple Noir aux USA, déporté d’Afrique, réduit à l’esclavage pendant des siècles, puis soumis à la ségrégation, aux lois Jim Crow, au lynchage. De la plantation au ghetto, de l’esclavage légal à l’esclavage salarié. C’est aussi l’histoire d’un soulèvement, des révoltes d’esclaves aux émeutes de Watts, des églises noires au Black Panther Party, du blues aux block-parties.

Chaque semaine, un épisode thématique de deux heures : les work songs, les spirituals, Stagger Lee, Watts 1965, Los Angeles 1992, le rap indépendant, les femcees, Lino… On y écoute beaucoup de musique, on y apprend deux ou trois trucs, on y partage l’amour de cette culture. Black Mirror, c’est aussi un blog avec plein d’infos, des vidéos, et où on retrouve toutes les émissions en podcast ainsi que les playlists téléchargeables : www.blackmir.blogspot.com

Black Mirror

Advertisements

Une Réponse to “Black Mirror 7: « There’s a riot goin’ on »”

Trackbacks/Pingbacks

  1. 12 August, 2015 14:15 | Boycott - 12 août 2015

    […] Black Mirror 7: « There’s a riot goin’ on » https://quartierslibres.wordpress.com/2015/08/11/black-mirror-7-theres-a-riot-goin-on/ […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :