Black Mirror 15 : « Jah Rastafariii ! »

22 Août

 

 

Count+Ossie

« Jah Rastafariii ! »

Dernier épisode du détour jamaïcain. En 1973, en effet, Les premières Block parties sont organisées dans le Bronx par le légendaire précurseur DJ Kool Herc, encore gamin, fraîchement débarqué de Trenchtown, un des pires ghettos de Kingston. C’est là aussi qu’avait grandi Bob Marley, lequel sort la même année son album « Catch A Fire » à l’international. La première version de cet album avait été enregistrée en Jamaïque. Les sessions de studio s’étaient déroulées sous la direction du grand Lee Perry, et sont sublimes. Mais Chris Blackwell, descendant de grands bourgeois blancs jamaïcains qui a émigré à Londres pour fonder le label Island et faire fortune en important la musique des ghettos de Kingston, ne l’entend pas de cette oreille. C’est lui qui, en rajoutant des guitares « bluesy » et un mix plus « rock », va façonner le son des Wailers qui inondera le monde. Un son moins rugueux, aseptisé, « blanchi ».

Pourtant, au même moment, les musiciens jamaïcains renouent avec leurs racines profondes, et se rappellent de la déportation d’Afrique, en intégrant à leurs compositions les tambours conservés par les descendants d’esclaves marrons. Dans cette lignée se développent des communautés qui pratiquent dans les collines une religion autochtone, qui s’appuie sur une réinterprétation Noire de la Bible, comme cela avait pu se passer quelques siècles plus tôt aux USA. Cette religion est Rasta. Une théologie de la libération. Le monde Blanc, Babylone, maintient en esclavage le peuple Noir, qui doit déserter, se retirer du monde, pour espérer rejoindre ensuite la Terre-Mère, Zion, l’Afrique. On croit en un Moïse Noir qui devra nous guider vers cette Terre Promise. Lorsqu’en 1930 Hailé Sélassié était monté sur le trône d’Ethiopie, les rastas s’étaient mis à le célébrer comme un Dieu vivant. Ce culte aurait pu rester confidentiel, si les autorités n’avaient pas fini par déclarer la guerre à ces communautés qui avaient fait sécession et souhaitaient vivre en autonomie complète. Quand le pouvoir détruit leurs villages, les fidèles sont contraints de rejoindre le ghetto. C’est là que Rasta va essaimer pour de bon. De nombreux musiciens embrassent cette religion, dont la pratique consiste essentiellement à méditer profondément, en ingérant en permanence des quantités phénoménales de weed sous toutes ses formes, tout en jouant les rythmiques de transe des anciens esclaves. L’immense succès de Bob Marley, fervent converti, finit de populariser cette foi et ses rituels.

Le reggae va rester inséparable pour longtemps de ce culte chanvré et de ces rythmiques ancestrales. L’occasion de reparler de l’esclavage en Jamaïque, et des nombreuses révoltes, parfois victorieuses, qui l’ont fait vaciller à plusieurs reprises à travers l’Histoire.

 

L’émission : http://www.mediafire.com/listen/k9v8hm04w3ihei8/BCK+MIR+S02+EP+10.mp3

 

 

 

Pour aller plus loin, on peut mater le bon film d’Hélène Lee sur Howell, fondateur du Pinnacle, la première communauté Rasta, harcelée par le pouvoir Blanc:

 

19697260

 

Black Mirror, émission hiphop

En partant du sample, élément de base du hip hop, Black Mirror essaye de remonter le cours de l’histoire, de retourner aux racines d’une musique qui a commencé par regarder vers son passé pour aller de l’avant. Et cette histoire est avant tout une histoire sociale, celle du peuple Noir aux USA, déporté d’Afrique, réduit à l’esclavage pendant des siècles, puis soumis à la ségrégation, aux lois Jim Crow, au lynchage. De la plantation au ghetto, de l’esclavage légal à l’esclavage salarié. C’est aussi l’histoire d’un soulèvement, des révoltes d’esclaves aux émeutes de Watts, des églises noires au Black Panther Party, du blues aux block-parties.

Chaque semaine, un épisode thématique de deux heures : les work songs, les spirituals, Stagger Lee, Watts 1965, Los Angeles 1992, le rap indépendant, les femcees, Lino… On y écoute beaucoup de musique, on y apprend deux ou trois trucs, on y partage l’amour de cette culture. Black Mirror, c’est aussi un blog avec plein d’infos, des vidéos, et où on retrouve toutes les émissions en podcast ainsi que les playlists téléchargeables : www.blackmir.blogspot.com

 

Black Mirror

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :