Séance du dimanche. L’empereur Tomato-Ketchup

6 Sep

Affiche 2

L’Empereur Tomato-Ketchup (Tomato Kecchappu Kôtei) est un film réalisé au Japon par Shuji Terayama, en 1971. Ce serait un peu la suite en nettement plus barré de Zéro de conduite, de Jean Vigo, dans le travail de subversion de l’autorité du monde des adultes par des enfants. Mais si Zéro de conduite, tourné en 1933, s’attaquait joyeusement à toutes les institutions, et remettait en cause toutes les formes d’autorité –l’école, la République, l’église, l’armée…–, L’empereur Tomato Ketchup, imprégné des divers mouvement de libération des mœurs des années 1960, va plus loin et s’attaque aussi à la morale, en faisant sauter tous les tabous. Dans le monde fantasmatique du film, les enfants se sont soulevés contre l’ordre ancien, celui de leurs parents qui les maintenaient dans une frustration permanente, notamment sexuelle. Du coup, Les armes à la main, ils prennent d’assaut la société et se vengent des adultes en établissement un régime de terreur régi par leurs désirs où les conventions volent en éclat et où les gardiens des conventions morales sont châtiés sans aucune pitié.

Drapeau

La société nouvelle est en opposition complète avec les règles anciennes, les enfants laissent libre cours à une sexualité sans limite, qui occupe une partie centrale du film, et à une cruauté sans inhibition vis-à-vis des adultes. Toutes ces transgressions ont d’ailleurs valu au film une censure tout aussi féroce : des 72 minutes originales, seules 27 mn ont pu être autorisées, avant une restauration de la version complète en 1996.

Exécution vieille

Le film est en version originale japonaise, avec des traductions partielles en allemand, mais on n’a aucun mal à suivre, même si on ne maîtrise ni le japonais ni l’allemand. En cas de besoin, pour saisir l’essentiel du message, on peut toujours se reporter à l’hommage en musique des Bérurier Noir, qui donne un bon résumé de la feuille du route du régime révolutionnaire mis en place par la subversion en culotte courte

Le morceau des Bérurier Noir, qui était un hommage explicite à Shuji Terayama, mort quelques années auparavant.

%d blogueurs aiment cette page :