Quand la gauche était juste de gauche même pas révolutionnaire

7 Oct

air france

« J’estime que l’action légale peut être aujourd’hui plus puissante, plus efficace que l’action convulsive. Nous voulons demander à la classe ouvrière de s’organiser légalement pour échapper à toute tentative, à toute possibilité de violence mais, Monsieur le ministre de l’Intérieur, nous ne sommes pas, nous ne pouvons pas être les dupes de l’hypocrisie sociale des classes dirigeantes. Ce qu’elles entendent par le maintien de l’ordre, c’est seulement le maintien de l’ordre. Ce qu’elles entendent par la répression de la violence, c’est la répression de tous les écarts, de tous les excès de la force ouvrière. C’est aussi, sous prétexte d’en réprimer les écarts, de réprimer la force ouvrière elle-même et laisser le champ libre à la seule violence patronale. Ah, Messieurs ! Quand on fait le bilan des grèves, quand on fait le bilan des conflits sociaux on oublie étrangement l’opposition de sens qu’il y a dans les mêmes mots pour la classe patronale et pour la classe ouvrière. Ah, les conditions de la lutte sont terriblement difficiles pour les ouvriers ! Oui, la violence pour eux c’est chose visible.

Oui, monsieur le ministre, la violence c’est chose grossière, palpable, saisissable chez les ouvriers : un geste de menace, il est vu, il est noté. Un acte de brutalité, il est vu, il est retenu. Une démarche d’intimidation est saisie, constatée, traînée devant les juges. Le propre de l’action ouvrière dans ce conflit, lorsqu’elle s’exagère, lorsqu’elle s’exaspère, c’est de procéder en effet par la brutalité visible et saisissable des actes.

Ah, le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclats de voix, comme des diplomates causant autour d’un tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continuent la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. »

Jean Jaurès 
à la Chambre des députés du 19 juin 1906 qui répondait a Clemenceau modele de valls

Jean Jaurès

2 Réponses to “Quand la gauche était juste de gauche même pas révolutionnaire”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Air France : « la fierté des nôtres » | Quartiers libres - 9 octobre 2015

    […] d’autre d’un gouvernement qui renie a ce point les fondamentaux de la gauche et de medias qui déforment a ce point la réalité de cet évènement en nous parlant de lynchage […]

  2. Leur guerre, nos morts, notre réaction | Quartiers libres - 16 novembre 2015

    […] Russie. Le courage, c’est de s’opposer à cette logique meurtrière, comme l’a fait Jean Jaurès avant la grande boucherie de 14-18, déclenchée par un attentat mais résolument menée – mêmes […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :