Air France : « la fierté des nôtres »

9 Oct

2900 personnes vont être mises à la porte de l’entreprise Air France. La raison du plus fort est toujours la même : les salariés sont des privilégiés qui gagnent trop et ne transpirent pas assez et de ce fait ils nuisent gravement à la bonne santé de l’entreprise. C’est un classique du baratin patronal.
Chez Air France, ce discours est porté par une direction qui se moque ouvertement des gens qui travaillent.
Le plus bel exemple du mépris par des gens qui ne produisent rien mais qui tiennent les postes de direction se trouve dans cette vidéo :

Le patron d’Air France est un spécialiste du droit du travail version 19eme siècle. Il regrette que ces 200 dernières années des contraintes liées au code du travail et donc aux conquêtes des travailleurs empêchent de pressurer les gens, pardon de « libérer les énergies créatives ». « Les enfants ne bossent plus à huit ans », c’est regrettable. Le droit de grève nuit aux rendements… toujours le même refrain du capitaine d’entreprise mais dans la bouche de Monsieur de Juniac, noblesse oblige, ça prend tout de suite un air du 19ème siècle.

Ce que les patrons d’air France viennent de se prendre c’est le retour au réel. Quand une direction est à ce point dure et tient une ligne anti sociale, cela ne peut pas donner des « négociations ». Alexandre de Juniac, c’est cette vielle France aristocratique et catholique qui te renvoie toutes les discriminations que tu as pu subir à la figure dès qu’il parle.
Quand on cherche à écraser des gens ça peut se passer mal. Entre gens du monde de Monsieur de Juniac cela peut se régler à fleuret moucheté – faudrait pas se faire mal. Bienvenue sur le ter-ter: quand ça se passe au quartier dans la vrai vie, ça part en vrilles quand tu parles mal au gens.
Parmi les gens qui vont perdre leur travail et à qui on met une pression chez Air France, il y a 1900 personnes qui bossent au sol. Des gens qui ne sont pas des pilotes de lignes, mais les petites mains de la logistique et de l’entretien des avions ou qui font l’accueil des voyageurs. Ces personnes-là n’appartiennent pas au monde délicat des cadres dirigeants d’Air France. On peut parier sans trop se planter qu’une partie de ces employés habite au « quartier » ou en vient. Le boulot stable a permis de construire un foyer et de le mettre hors de la précarité, mais la patine reste.
Elle ressort sous la pression et l’humiliation. Lundi après-midi il n’y a pas eu de pétition ou d’ironie dans le mode résistance face à la violence de la direction.
Une direction cassante qui dit les pires choses sur ses employés et joue avec le futur de familles entières suscite une réaction. C’est mathématique.
Dans certains milieux il est de bon aloi de faire le canard, pour une partie du personnel d’Air France cette option n’est pas possible. Y a pas moyen. Quand on a grandit dans un quartier populaire, on en conserve quelques stigmates.

« Ceux pour ceux qui souffrent, pour l’ghetto, pour les mecs hardcore
Pour tous ceux qui mangent pas d’porc, pour tous ceux qui dorment dehors
Clic Pah ! Ça c’est pour les mecs qui plaisantent pas
Waaaah ! Faut pas rigoler avec moi »

Un « conflit social » ça ne se règle pas avec des sourires courtois, surtout quand la direction dégouline de mépris. Chacun ses armes.
Prendre les gens pour des imbéciles et croire qu’ils vont se comporter comme des paillassons alors que la vie leur a enseigné que se laisser faire c’était pire que la mort depuis la petite enfance c’était juste une incitation à l’embrouille. Du bitume d’en bas du bâtiment à celui du tarmac, il y a des choses qui ne changent pas. Quand on cherche, on trouve.

« Pour ceux qui bougent, pas pour ceux qui s’chient dessus
Qui s’tapent, même quand les plus grands s’font marcher dessus »

La direction est servie, elle peut crier au martyr. La question sociale étant la plupart du temps oblitéré dans le discourt médiatique et politique français , les policiers de la PAF charger de trouver des coupables vont devoir nous trouver des islamistes ou des polygames dans les rangs des syndicalistes et du personnel en lutte pour expliquer « cette irruption injustifiée de violence ».

Eros_Sana_lynchage

Qu’attendre d’autre d’un gouvernement qui renie a ce point les fondamentaux de la gauche et de medias qui déforment a ce point la réalité de cet évènement en nous parlant de lynchage la ou pourtant on ne compte aucun mort ni stigmate de blessure sur le corps ou le visage des patrons d’air France. Les salariés en colère n’ont pas tué, ils ont juste fait ressentir un court instant à leurs dirigeants d’entreprise ce qu’était « le sentiment d’insécurité » ou la « nécessité d’être en forme pour donner le meilleur de soi-même afin de s’en sortir au sein de l’entreprise ».

Blackhawk_down1Blackhawk_down2

Une courte revanche mais qui risque de coûte cher à celles et ceux que la direction a dans le collimateur. Les sanctions risquent d’être lourdes : se révolter face aux représentants de la hiérarchie économique ne peut être toléré. Le soutien sans appel de Macron et Valls à la ligne dure de la direction va permettre d’alourdir la répression pour lesquels les corps constitués chéris par Alain Soral vont pouvoir s’en donner a cœur joie.

Mais la vérité c’est que partout dans le monde ceux qui luttent savent que les hommes et les femmes d’air France qui ont fait tomber la chemise à leur chef « c’est la Fierté des nôtres. »

« Il s’trouve que les vôtres ont de la famille chez les nôtres »

Alors, il s’agira pas que de mettre des j’aime sur Facebook quand il nous faudra contribuer collectivement à leur défense comme on a su le faire avec les « Conti » et tout ceux qui dans leur boites sont des : « mecs pas trop nets à qui on met les gourmettes, qui baisent le patronat »

Xavier_Mathieu

Pour ceux qui ne comprennent pas que l’on justifie cette violence pas notre culture « Hip hop » il reste cette culture classique qui est aussi la notre : celle de la résistance.

« on dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien des rives qui l’enserrent »

Bertoldt Brecht

14 Réponses to “Air France : « la fierté des nôtres »”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Une révolte qui échoue, c’est 20 ans de répression | Quartiers libres - 27 octobre 2015

    […] Les seuls contacts qui demeurent se font par le biais d’actions associatives locales et sous l’angle du travail. Les quartiers ne sont pas seulement livrés à eux-mêmes, les pouvoirs publics et les partis de […]

  2. Séance du dimanche. J’ai très mal au travail | Quartiers libres - 8 novembre 2015

    […] il montre les dispositifs de déshumanisation du travail au profit du seul rendement. Les récentes déclarations du PDG d’Air-France sur la nécessité de virer plusieurs milliers de personnes alors que les profits n’ont jamais […]

  3. A qui profite la racialisation des questions sociales ? | Quartiers libres - 12 novembre 2015

    […] autre perspective que la fierté des nôtres, au Kurdistan, aux États-Unis ou en France, « on courra dans tous les sens, mais on ne fera […]

  4. Leur guerre, nos morts, notre réaction | Quartiers libres - 16 novembre 2015

    […] puisse être la nôtre est celle de notre unité contre ceux qui mènent contre nous une véritable guerre sociale et raciale et osent à présent nous parler « d’intérêts communs ». Nous n’avons aucun […]

  5. Bonne année pour le gouvernement socialiste, ça se dit « Goodyear  | «Quartiers libres - 13 janvier 2016

    […] la prison ferme pour des grévistes. C’est le reflet du rapport de force défavorable actuel que nous subissons […]

  6. Non, les policiers n’ont pas une totale impunité | Quartiers libres - 19 janvier 2016

    […] à caractère quasi philanthropique et humanitaire comme la Société Générale. Il n’y a que des forcenés pour expliquer que la police et la justice sont des corps constitués destinés à protéger les […]

  7. Finkielkraut viré de la « nuit debout » : une leçon politique | Quartiers libres - 20 avril 2016

    […] hostile en parfait état tout en proférant des insultes. Cela peut rendre jaloux tous ceux qui ont voulu apporter la contradiction à nos gouvernants et nos puissants lorsque ces derniers s’aventurent dans nos rues. A chaque […]

  8. Finkielkraut viré de la « nuit debout » : une leçon politique | ★ infoLibertaire.net - 20 avril 2016

    […] état tout en proférant des insultes. Cela peut rendre jaloux tous ceux qui ont voulu apporter la contradiction à nos gouvernants et nos puissants lorsque ces derniers s’aventurent dans nos rues. A […]

  9. Finkielkraut viré de la « nuit debout » : une leçon politique – ★ infoLibertaire.net - 15 juin 2016

    […] état tout en proférant des insultes. Cela peut rendre jaloux tous ceux qui ont voulu apporter la contradiction à nos gouvernants et nos puissants lorsque ces derniers s’aventurent dans nos rues. A […]

  10. Meurtres de masse de Nice : made in America ou made in Daech ? | Quartiers libres - 16 juillet 2016

    […] organisations de protection sociale sont assimilées à des fardeaux. Ceux qui s’élèvent contre ces évolutions de la société française sont désignés comme un ramassis d’organisations terroristes par […]

  11. Meurtres de masse de Nice : made in America ou made in Daech ? – ★ infoLibertaire.net - 16 juillet 2016

    […] organisations de protection sociale sont assimilées à des fardeaux. Ceux qui s’élèvent contre ces évolutions de la société française sont désignés comme un ramassis […]

  12. Meurtres de masse de Nice : Made in America ou Made in Daech ? – eschatologiablog - 19 juillet 2016

    […] organisations de protection sociale sont assimilées à des fardeaux. Ceux qui s’élèvent contre ces évolutions de la société française sont désignés comme un ramassis d’organisations terroristes par le […]

  13. La police est républicaine, l’injustice sociale aussi. | Quartiers libres - 27 octobre 2016

    […] armés dans la rue. Ils exercent un rapport de force avec leur hiérarchie qui laissent songeur les salariés d’Air France, les Goodyears et autres […]

  14. La police est républicaine, l’injustice sociale aussi. – ★ infoLibertaire.net - 27 octobre 2016

    […] dans la rue. Ils exercent un rapport de force avec leur hiérarchie qui laissent songeur les salariés d’Air France, les Goodyears et autres […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :