Le 11 novembre, c’est une journée du souvenir des morts pour « la patrie »

11 Nov

Le 11 novembre, c’est une journée du souvenir des morts pour « la patrie ». Nous, on se souvent de cet immense troupeau d’humains que l’on a conduit au massacre pendant 4 ans pour décider d’un conflit entre les bourgeoisies occidentales. Il n’y a avait aucune bonne raison de faire cette guerre. En décembre 1915 Henri Barbusse de retour du front publiait Le Feu. Dans cet ouvrage, il nous plongeait dans le quotidien de son escouade versé dans cette guerre industrielle.
A l’époque, les bourgeoisies occidentales n’exportaient pas toujours leurs guerres et faisaient encore payer le prix du sang aux peuples d’Europe.
L’Europe était encore alors un théâtre d’opération de la barbarie capitaliste. Il suffit de relire des ouvrages du siècle passé: « Le grand troupeau » de Giono, « Les croix de bois » de Dorgeles, « Le feu » de Barbusse. Même les ouvrages nationalistes exaltant l’amour de la patrie comme « Orages d’acier » de Ernst Junger ne peuvent cacher la cruauté imbécile de cette guerre qui permis aux capitalistes occidentaux de s’enrichir comme jamais.
Barbusse finit son ouvrage par ce chapitre, entre deux bombardement la vérité est là :

« Ah ! vous avez raison, pauvres ouvriers innombrables des batailles, vous qui aurez fait toute la grande guerre avec vos mains, toute-puissance qui ne sert pas encore à faire le bien, foule terrestre dont chaque face est un monde de douleurs — et qui, sous le ciel où de longs nuages noirs se déchirent et s’éploient échevelés comme de mauvais anges, rêvez, courbés sous le joug d’une pensée ! – oui, vous avez raison. Il y a tout cela contre vous. Contre vous et votre grand intérêt général, qui se confond en effet exactement, vous l’avez entrevu, avec la justice — il n’y a pas que les brandisseurs de sabres, les profiteurs et les tripoteurs.
Il n’y a pas que les monstrueux intéressés, financiers, grands et petits faiseurs d’affaires, cuirassés dans leurs banques ou leurs maisons, qui vivent de la guerre, et en vivent en paix pendant la guerre, avec leurs fronts butés d’une sourde doctrine, leurs figures fermées comme un coffre-fort.

industrie_guerre_Tardi
Il y a ceux qui admirent l’échange étincelant des coups, qui rêvent et qui crient comme des femmes devant les couleurs vivantes des uniformes. Ceux qui s’enivrent avec la musique militaire ou avec les chansons versées au peuple comme des petits verres, les éblouis, les faibles d’esprit, les fétichistes, les sauvages.
Ceux qui s’enfoncent dans le passé, et qui n’ont que le mot d’autrefois à la bouche, les traditionalistes pour lesquels un abus a force de loi parce qu’il s’est éternisé, et qui aspirent à être guidés par les morts, et qui s’efforcent de soumettre l’avenir et le progrès palpitant et passionné au règne des revenants et des contes de nourrice.
Il y a avec eux tous les prêtres, qui cherchent à vous exciter et à vous endormir, pour que rien ne change, avec la morphine de leur paradis. Il y a des avocats – économistes, historiens, est-ce que je sais ! – qui vous embrouillent de phrases théoriques, qui proclament l’antagonisme des races nationales entre elles, alors que chaque nation moderne n’a qu’une unité géographique arbitraire dans les lignes abstraites de ses frontières, et est peuplée d’un artificiel amalgame de races ; et qui, généalogistes véreux, fabriquent, aux ambitions de conquête et de dépouillement, de faux certificats philosophiques et d’imaginaires titres de noblesse. La courte vue est la maladie de l’esprit humain. Les savants sont en bien des cas des espèces d’ignorants qui perdent de vue la simplicité des choses et l’éteignent et la noircissent avec des formules et des détails. On apprend dans les livres les petites choses, non les grandes.

Et même lorsqu’ils disent qu’ils ne veulent pas la guerre, ces gens-là font tout pour la perpétuer. Ils alimentent la vanité nationale et l’amour de la suprématie par la force. « Nous seuls, disent-ils chacun derrière leurs barrières, sommes détenteurs du courage, de la loyauté, du talent, du bon goût ! » De la grandeur et de la richesse d’un pays, ils font comme une maladie dévoratrice. Du patriotisme, qui est respectable, à condition de rester dans le domaine sentimental et artistique, exactement comme les sentiments de la famille et de la province, tout aussi sacrés, ils font une conception utopique et non viable, en déséquilibre dans le monde, une espèce de cancer qui absorbe toutes les forces vives, prend toute la place et écrase la vie et qui, contagieux, aboutit, soit aux crises de la guerre, soit à l’épuisement et à l’asphyxie de la paix armée.
La morale adorable, ils la dénaturent : Combien de crimes dont ils ont fait des vertus, en les appelant nationales — avec un mot ! Même la vérité, ils la déforment. À la vérité éternelle, ils substituent chacun leur vérité nationale. Autant de peuples, autant de vérités, qui faussent et tordent la vérité.

Putain-de-guerre-Soldats-coloniaux_Tardi
Tous ces gens-là, qui entretiennent ces discussions d’enfants, odieusement ridicules, que vous entendez gronder au-dessus de vous : « Ce n’est pas moi qui ai commencé, c’est toi ! – Non, ce n’est pas moi, c’est toi ! – Commence, toi ! – Non, commence, toi ! », puérilités qui éternisent la plaie immense du monde parce que ce ne sont pas les vrais intéressés qui en discutent, au contraire, et que la volonté d’en finir n’y est pas ; tous ces gens-là qui ne peuvent pas ou ne veulent pas faire la paix sur la terre ; tous ces gens-là, qui se cramponnent, pour une cause ou pour une autre, à l’état de choses ancien, lui trouvent des raisons ou lui en donnent, ceux-là sont vos ennemis !
Ce sont vos ennemis autant que le sont aujourd’hui ces soldats allemands qui gisent ici entre vous, et qui ne sont que de pauvres dupes odieusement trompées et abruties, des animaux domestiques… Ce sont vos ennemis, quel que soit l’endroit où ils sont nés et la façon dont se prononce leur nom et la langue dans laquelle ils mentent. Regardez-les dans le ciel et sur la terre. Regardez-les partout ! Reconnaissez-les une bonne fois, et souvenez-vous à jamais ! »

2 Réponses to “Le 11 novembre, c’est une journée du souvenir des morts pour « la patrie »”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Leur guerre, nos morts, notre réaction | Quartiers libres - 16 novembre 2015

    […] c’est de s’opposer à cette logique meurtrière, comme l’a fait Jean Jaurès avant la grande boucherie de 14-18, déclenchée par un attentat mais résolument menée – mêmes causes, mêmes effets – au nom […]

  2. Bleu-Blanc-Rouge. Gaaarde à vous ! | Quartiers libres - 27 novembre 2015

    […] jamais bon signe. En 1914 c’était pour l’Union nationale et la République contre le kaiser et les casques à pointe. On a vu la suite. En 1954, le national-molletisme entendait enrayer le […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :