Ça s’appelle un militaire

20 Nov

Égalité et Réconciliation relaie le message de Serge Ayoub réalisé et mis en ligne consécutivement aux attentats du vendredi 13 novembre 2015.
Dans un style singulier, souvent grandiloquent, le message « du beau Serge » se veut franc et direct : les gens de gauche qui ont des moyens mais qui ne votent pas à droite sont en danger.
Serge se propose de les protéger.
Dix minutes d’explications pour dire que lui et sa bande sont prêts à mourir pour protéger les gens de son pays même s’il ne partage pas leurs convictions.
Avec ces mots à lui, il nous explique qu’il est prêt au sacrifice pour permettre aux jouisseurs hypocrites du « capitalisme apatride » de profiter du système.
Pour la grandeur économique et le maintien du rayonnement de la France dans le monde, Serge et les restes de la dissolution du JNR sont prêts à protéger les bobos de gauche.

ayoub_militaire
Voilà en substance le message de l’ancien leader skinhead relayé par ER.
Comme il n’est pas qu’un héros prêt à donner sa vie, mais aussi un grand penseur et analyste il explique avec Clémenceau et De Gaulle en toile de fond, que c’est l’immigration et la société multiraciale qui sont la cause des attentats.
Société multiraciale que lui et les siens ont toujours combattu. Il ne s’attarde pas trop sur le comment on combat le mélange, parce qu’évidement la ratonnade et le meurtre raciste ça fait pas héroïque aux yeux des « bobos gauchistes » que le beau serge veut convaincre d’accepter sa protection.

Il y a un paradoxe qui a sans doute échappé à Ayoub et à E&R qui le relaie :
Pour le chef skinhead que Dieudonné a tenté de nous vendre il y a un peu plus de deux ans comme sympa et défendant les mêmes intérêts que nous (dans l’interview donnée à Dieudonné, le problème c’était le capitalisme apatride aka « les juifs » et pas « nous » aka la partie multiculturelle du pays), on comprend qu’un héros et un rebelle c’est un type qui est prêt à défendre les gens de son pays même s’il ne les aime pas, pour peu qu’ils soient « ethniquement » ou « culturellement » comme lui et qui veut que sa « nation » reste blanche et concurrentielle dans la compétition économique mondiale, c’est-à-dire le pillage organisé des pays du Sud, des anciennes colonies.

dieudonné ayoub

Petit paradoxe : flinguer au nom des intérêts économiques de la France ce n’est pas être un rebelle ou un antisystème et encore moins un héros. C’est juste être le larbin de l’impérialisme français et de l’OTAN. Cette fonction existe déjà dans la République. Il y a même des clips officiels pour susciter des vocations. Ça s’appelle être un militaire français.

C’est un métier que certains des nôtres font pour échapper au chômage ou par gout de l’aventure, mais il est rare que des gens honnêtes nous vendent leur projet de carrière militaire comme un sacerdoce pour défendre la « civilisation française« . C’est d’ailleurs pour ça qu’ils le font en échange d’un salaire.
Il n’y a que les fafs pour nous faire passer leur servitude à l’Etat français pour une posture rebelle.

Publicités

3 Réponses to “Ça s’appelle un militaire”

Trackbacks/Pingbacks

  1. La violence des autres | Quartiers libres - 23 novembre 2015

    […] déportant et torturant des civils. Les forces d’occupation sionistes sont composées de militaires professionnels, mais également de civils qui ont le droit d’être armés et de tuer. Aucune enquête sérieuse […]

  2. Les Unités de Protection de la Femme (YPJ) vues par sœur Caro | Quartiers libres - 4 mars 2016

    […] Malgré le salaire qui va avec, pas sûr que ça transcende la jeunesse de France. Pour 1300 euros par mois, qui est prêt à tuer et à risquer sa vie pour maintenir des dictateurs au pouvoir en Afrique, […]

  3. La police est républicaine, l’injustice sociale aussi. | Quartiers libres - 27 octobre 2016

    […] Non. Il veut juste les mains libres pour cogner plus fort en toute impunité et avec des encouragements en primes de fin de mois. […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :