La séance du dimanche : Hanna K.

14 Fév

 

Après sa diffusion sur Arte, le film Hanna K. est en replay pendant quelques jours.

Présentation par le diffuseur:

Costa-Gavras évoque la question palestinienne au prisme d’un magnifique portrait de femme. Avec Jill Clayburgh, Jean Yanne et Gabriel Byrne.

La jeune avocate Hanna Kaufman a quitté la France et son mari pour vivre en Israël. Pour son premier procès, elle est commise d’office par le procureur Joshué Herzog – son amant – pour défendre Selim Bakri, un Palestinien arrêté pour entrée illégale en Israël, et soupçonné de préparer des attentats contre des colons juifs. Le procureur réclame son incarcération, alors qu’Hanna prône son renvoi en Palestine. Après le procès, la jeune avocate, enceinte « par accident » de Joshué, lui révèle qu’elle souhaite avorter. Le couple se déchire et Hanna appelle son ex-mari à la rescousse.

Une femme dans la tourmente
Après Missing, Palme d’or à Cannes en 1982, Costa-Gavras évoque la question palestinienne au prisme d’un magnifique portrait de femme, d’une grande sobriété. Tourné en Israël et en Palestine pendant l’hiver 1982, juste après le massacre de Sabra et Chatila, le film est aussi un puissant drame sentimental. À travers le sort de Selim Bakri, Hanna découvre la réalité des colonies juives et se heurte à des visions politiques opposées à la sienne, qualifiée de « romantique et idéaliste » par son amant. Aux prises avec son propre problème d’identité, celle d’une femme victime de la Shoah tentée d’épouser la cause palestinienne, Hanna se retrouve seule contre tous.

 

%d blogueurs aiment cette page :