Archive | mars, 2016

BlackSad aka Bs / Rwanda

31 Mar

Addio Gianmaria Testa

31 Mar

« Le cantatore des paysans et des migrants est mort »

 

Barbès Blues au temps du couvre-feu (partie 33) / Farid Taalba

30 Mar

Bouira

 

Barbès Blues au temps du couvre-feu (épisode précédent)

« Il y en a un qui n’aura plus besoin d’attendre la tombée de la nuit pour agir, se désola Madjid pour faire écho à l’envolée du cheikh qui se tenait maintenant le menton avec anxiété. Ses lunettes sombres étaient tournées vers l’extérieur. A la surface de leurs verres fumés, défilait le paysage tout en y reflétant le soleil en chacun d’eux comme deux yeux en fusion cherchant la vérité sous l’aveuglement de la lumière. On approchait de Bouira. Sur la gauche, les plus hauts sommets de la chaîne du Djurdjura égrenaient son impressionnante échine crêtée qui s’imposait comme une forteresse de roche nue et aux escarpements intrépides que n’aurait pas reniés Vauban : son chemin était difficile mais elle ne craignait pas d’insulter l’ennemi. Les premiers contreforts apparaissaient dans un gris d’acier tranchant avec un azur rendu aussi inoxydable par le martyr d’un soleil toujours implacable. Les sommets se dérobaient aux regards en se voilant derrière des nuages de condensation qui montaient de la vallée de l’oued Sahel surchauffée dont on devinait le sillage que le fleuve avait creusé, nouvelle vallée que la voie ferrée ne tarderait pas à emprunter afin de poursuivre son train de sénateur brinquebalant, une fois la halte Bouira laissée derrière. Lire la suite

Farida Belghoul : Game Over.

29 Mar

Elle avait dit vaincre ou mourir. Elle avait promis qu’elle ferait tomber le gouvernement. Elle avait balancé un paquet de phrases choquantes parce qu’elle aime se retrouver sur le devant de la scène.
Le 24 mars 2016, elle atterrit à la barre d’un Tribunal pour répondre de ses déclarations sur le Net.
Tata Farida n’a pas vaincu, et elle n’a pas péri. Elle a juste été lâchée par les gens comme Escada ou Soral qui ont su tirer profit de son égo.
Deux ans après son succès médiatique c’est la déconfiture.

farida-2
Elle avait contribué à lancer des accusations sur une maîtresse d’école qui aurait obligé des enfants à se mettre nus devant leur classe au nom de la « théorie du genre ».
Deux ans après la mode des « manifs de droite pour tous », le retour au réel est brutal. Le tribunal fait office de cellule de dégrisement. Fini la parade, il ne reste rien que des personnes qui ont parlé à tort et travers.
Aucune preuve des accusations lancées. On s’en doutait un peu. Mais surtout, une ligne de défense dans le plus pur style dissidence en carton : « c’est pas moi, chef ! ».
D’après Tata Farida la vidéo insultante à Lire la suite

Bruxelles Antiraciste : Rassemblement antifasciste contre l’islamophobie & l’extrême droite / 2 avril

29 Mar

Bruxelles antiraciste

Le groupuscule raciste et fasciste “Génération Identitaire” a lancé un appel européen en vue d’une manifestation islamophobe à Molenbeek ce samedi 2 avril. Si la bourgmestre dit refuser d’autoriser ce rassemblement, il est clair que l’extrême droite compte faire de Bruxelles et en particulier Molenbeek, le symbole de leur obsession islamophobe.

Pour preuve, Ce 27 mars, des hooligans encadrés par un noyau de militants d’extrême droite et escortés par la police ont envahi la place de la Bourse pendant les commémorations des victimes. Sur leur passage ils ont agressé plusieurs personnes et crié des slogans racistes et nationalistes. La victoire idéologique totale de l’extrême-droite s’est concrétisée dans les urnes et maintenant dans la rue.

Alors que les terroristes frappent sans distinction les civils ici et ailleurs, nous, les quelques militants musulman.e.s de nos organisations considérons que les nôtres doivent assumer une double peine, celle de l’islamophobie décomplexée, violente, sexiste et institutionnelle. Nos mères, nos sœurs, nous, sommes agressé.e.s verbalement et physiquement, discriminé.e.s dans toutes les sphères de nos vies.

L’islamophobie est devenue une forme respectable de racisme et un fond de commerce lucratif pour tout ambitieux cherchant à faire connaître son nom à moindre frais. Les polémiques stériles autour du halal, les constructions de mosquées, les prières de rue ont permis à l’extrême-droite de dicter l’agenda politique ces dernières années.
Lire la suite

Communiqué de l’association contre l’islamophobie et les racismes au sujet de radio « Libertaire »

28 Mar

Paris, 27 mars 2016

L’Association de lutte contre l’islamophobie et les racismes Paris 20e a été contactée il y a quelques semaines, pour participer à une émission sur Radio « libertaire. » Il s’agissait, dans le cadre de l’émission « L’invité du vendredi, » de débattre sur le thème de la « radicalisation » et des discriminations perpétrées en particulier à l’encontre des musulman(e)s. Cette émission devait avoir lieu le vendredi 18 mars 2016 à 21h sur 89.4 FM puis être mise en ligne sur le site de la radio.

Nous avons donc rencontré les deux animatrices pour préparer l’émission. Pour notre part, il s’agissait d’analyser la notion de « radicalisation », d’en critiquer la pertinence, et de la replacer dans le contexte du surgissement de ce que certains ont pu appeler le « multiculturalisme policier. » Très clairement, nous voulions porter un discours critique d’une grille d’analyse susceptible de conduire à davantage de contrôle social et critiquer aussi son éventuelle imposition aux travailleurs sociaux.

Lorsque les quatre membres de notre association qui devaient y participer sont arrivé(e)s sur place, le jour de l’émission, l’équipe de la radio a décidé de l’annuler. Cette annonce leur a été faite par les deux animatrices, l’équipe présente dans les locaux de la radio n’ayant à aucun moment essayé de les associer aux discussions, ni même voulu les informer en personne de la teneur des débats et du problème qui se posait visiblement. Précisons que tous les faits se sont produits devant des témoins : quatre personnes invitées comme eux à l’émission, et dont aucune ne fait partie de notre association.

Selon les deux animatrices, l’équipe de la radio ne voulait pas qu’il soit question de l’islam à l’antenne. Ce dont il n’avait jamais été question, redisons-le. Elles ont aussi évoqué le fait que notre expression à l’antenne pourrait déplaire aux auditeurs et expliqué qu’elles ne faisaient que répéter ce que leur avait dit l’équipe et trouvaient pour leur part l’annulation inadmissible. En fait, nous avons bien compris que ce qui posait problème, c’est que deux des quatre membres de notre association avaient un gros défaut : elles portaient un foulard.

Au cours de la discussion, les animatrices ont laissé entendre que nous pourrions être invité(e)s à une réunion à Radio « libertaire » pour échanger avec l’équipe, ce que nos membres ont bien sûr immédiatement accepté.

Aujourd’hui, dimanche 27 mars, 9 jours ont passé. L’équipe de Radio « libertaire » n’a daigné ni nous proposer une rencontre ou un rendez-vous pour nous expliquer leur comportement (et, éventuellement, nous entendre), ni même nous envoyer un simple mot de regret ou d’excuse.

Un tel silence est pour nous éloquent. Ces prétendus libertaires persistent dans l’injure et un mépris que nous ne pouvons que percevoir comme raciste. Ils démontrent  aussi une incapacité à discuter avec des gens dont ils ne partagent pas la vision du monde qui confine à l’autisme politique. Enfin, ils manifestent un comportement d’un infantilisme ridicule en étant incapables de sortir de cette situation autrement qu’en s’enfermant dans le mutisme. Lire la suite

La séance du dimanche : Exit

27 Mar

exit

 

EXIT (2008-2015)
Sur une idée de Paul Virilio, une cartographie dynamique créée par Diller Scofidio + Renfro, Mark Hansen, Laura Kurgan et Ben Rubin, en collaboration avec Stewart Smith et Robert Gerard Pietrusko.

Présentée du 25 novembre 2015 au 10 janvier 2016 par la Fondation Cartier au Palais de Tokyo, en écho à la Cop21, la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques.

Exit est composée d’un ensemble de cartes animées, générées à partir de données statistiques portant sur les mouvements de population dans le monde et leurs principales causes. L’œuvre a été entièrement actualisée, à l’occasion de la Conférence sur le changement climatique des Nations Unies (COP21) organisée à Paris en décembre 2015. Cet événement décisif offre un contexte particulièrement pertinent à une œuvre dont les sujets sont inséparables de la question du réchauffement climatique : « C’est un peu comme si le ciel, et ses nuages, et sa pollution faisaient leur entrée dans l’Histoire. Non plus dans l’histoire des saisons – l’été, l’automne, l’hiver – mais dans l’histoire du peuplement, dans l’histoire de zones inhabitables pour une raison ou pour une autre, et pas seulement pour des raisons de désertification, mais pour des raisons de disparition, de submersion du sol. C’est Lire la suite