Femmes en résistances : khlass l’état d’urgence et place à nos urgences

3 Mar

FEL93

Nous, Femmes en résistances, nous crions en toutes les langues : Stop !

Khlass aux violences quotidiennes : celles du foyer, celles au travail, celles de la rue, celles de l’Etat.

Stop à la répression sociale, qui nous violente au quotidien!

Basta au  double travail des mères, au manque de places en crèches; assez des reproches d’absentéisme aux mères qui travaillent, assez de nous culpabiliser pour l’échec des enfants à l’école!!

To à l’état d’urgence, non à la violence et au harcèlement policier !

Diona aux guerres impérialistes. Les femmes sont en première ligne des violences sexuelles dans l’horreur de la guerre, mais aussi lorsqu’elles fuient!

Khlass à la manipulation du féminisme pour justifier la stigmatisation de l’Etranger, du migrant, du réfugié.

Stop aux discriminations raciales et homophobes.

Khlass à  l’islamophobie, à la négrophobie, à  la rromophobie qui font de nous, soit des victimes soit  des «  ennemi-e-s de l’intérieur » à exclure.

Place à nos urgences ! 

L’urgence d’un logement décent, l’urgence de sortir de la précarité!

L’urgence d’accéder au marché du travail !

L’urgence de l’accès à la santé, pour toutes les femmes, y compris sans papiers! Nous résistons et exigeons le maintien de l’Aide médical d’Etat.

L’urgence de pouvoir prendre les transports sans subir de harcèlement sexiste.

L’urgence aussi, tout simplement de pouvoir circuler par le maintien d’une solidarité de transport sans discrimination.

L’urgence de la solidarité avec les migrant-es, les régugié-es et les sans-papiers.

Nous luttons, Nous résistons, Nous existons 

Nous luttons dans nos quartiers populaires, dans l’espace public pour revendiquer nos places sans se faire harceler, siffler, toucher, insulter.

Nous résistons dans nos foyers, contre les violences domestiques qui causent de la mort d’une femme tous les trois jours.

Nous luttons dans nos lieux de travail, contre l’exploitation patronale, où en moyenne les femmes ont un revenu inférieur à celui des hommes.

Nous résistons contre le travail au noir et la surexploitation des femmes sans-papier.

Nous, luttons, nous résistons, seules ou dans nos groupes et collectifs, fortes et solidaires. Contre une violence quotidienne et une précarisation organisée, pour ce 8 mars 2016, nous ne lâcherons « Rien »,  « Wallou »!

Sortons de l’ombre pour vivre libres !

 

Campagne en trois temps:

 

Dimanche 6 mars, 11h : rassemblement festif et populaire à Saint-Denis

Nous appelons ensemble à un rassemblement populaire et festif à Saint-Denis, de 11h à 13h. Prises de paroles et chants ponctueront la matinée !

Amenez vos sandwichs car ensuite on va occuper avec nos mots d’ordre le métro jusque Belleville pour la manifestation organisé par l’assemblée générale féministe parisienne qui commence à 14h !

L’évènement facebook : https://www.facebook.com/events/583930641757540/

 

Dimanche 6 mars, 14h : Manifestation à Belleville

Pour la troisième année consécutive, nous avons décidé de participer à la manifestation à l’appel de l’Assemblée Générale féministe parisienne. Cette année, l’AG organise un festival avec manifestation, débats et concert.

Le site de l’AG  : https://festivalfeministeparis2016.wordpress.com

Pour le financement  : https://www.lepotcommun.fr/pot/vrdh3bzn

 

Samedi 12 mars : Les femmes occupent la scène, Lille

Nous avons été invité par le FUIQP ( Front Uni de l’Immigration et des Quartiers Populaires) pour participer à une après-midi autour de nos vécus de femmes.

Evènement facebook : https://www.facebook.com/events/1702004090085590/

Au programme :
Matin : atelier d’écriture (sur inscription). Si vous êtes intéressés, écrivez-nous en message privé.

Après midi (16h – 18h) : témoignages / débats avec les interventions de plusieurs collectifs :
– Les femmes du Front Uni des Immigrations et des quartiers populaires
– Identité plurielle (association féminine et féministe de lutte contre les discriminations et les violences faites aux femmes « d’origine »
– Femmes en lutte 93 (collectif de Seine-Saint-Denis qui articule lutte des femmes et lutte de classe)
– RAP (Résistance à l’Agression Publicitaire)

Soirée : scène ouverte à tous, venez poser vos textes !

 

 

%d blogueurs aiment cette page :