Résistons Ensemble / Juin 2016

13 Juin

Resistons ensemble

La police policée, c’est possible ?

Voici en pdf, le No 153, juin 2016, du petit journal mobile recto-verso A4
« RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et sécuritaires.
Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction, à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions, propositions, critiques …

à bientôt.
L’équipe de rédaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf :
http://resistons.lautre.net/spip.php?article563

au sommaire
‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘
– La police policée, c’est possible ?

– Mobilisations contre la « loi travail » et son monde : emploi de la force à tous les niveaux

– [ Chronique de l’arbitraire ]
Lycéens en lutte
Retour sur la manif des flics
Défense des prisonnières
Antoine, prisonnier politique
Syndicalistes, pas voyous ! »
Depuis la manif du 12 mai, tensions entre les SO CGT/FO et les manifestant-e-s

– [ Agir ]
En blesser un pour en terroriser mille
Commémoration du 7e anniversaire de la mort d’ali ziri

 

La police policée, c’est possible ?

RESISTONS ENSEMBLE / bulletin numéro 153 / juin 2016


La police policée, c’est possible ?

C’est une chorale qui chante d’une seule voix. D’abord, Philippe Martinez, de la CGT, qui ment : le 1er mai, ce seraient de soi-disant « casseurs » et pas les flics qui auraient attaqués les manifestants, l’affiche d’un syndicat de la CGT dénonçant les violences policières serait l’« affiche de trop » qui ne vise pas la police et les policiers mais les « donneurs d’ordre ». Ensuite, la CGT-Police, selon qui, si « bavures » il y a, comme par exemple au lycée Bergson où le courageux policier assène un coup de poing en plein visage d’un lycéen solidement tenu par « deux collègues », c’est parce que les flics ne sont « pas correctement formés ». Ceux qui tirent sur la foule à hauteur de visage et matraquent à tout va ne seraient pas des exécutants aveugles des basses œuvres du gouvernement et du patronat, mais de pauvres travailleurs fatigués. Alliance, FO, UNSA, CGT-Police, c’est la même chanson, ils syndiquent les policiers comme s’ils étaient des salariés comme les autres. Selon le syndicat de flic le plus « à gauche », le minuscule SUD-Intérieur de chez Solidaires, la police aurait une « double nature », elle protégerait le citoyen en plus de servir au maintien de l’ordre social. Sud-Intérieur appelle les policiers à rejoindre le cortège contre la loi El Khomri, en « oubliant » que les flics sont déjà dans les cortèges…pour taper, gazer, nasser, arrêter, mutiler, provoquer.
« Gauche » ou droite, tous tortillent du cul pour masquer une vérité : le pouvoir, les donneurs d’ordre, la police et les policiers forment un même corps. La police est surarmée, militarisée par le pouvoir, ses lanceurs de balle qui crèvent les yeux, ses « grenades de désencerclement » qui percent des cranes sont ses outils de « communication ». Briser et marquer les corps devient son unique doctrine. Alors que l’impunité policière est sans limite, des dossiers vides peuvent mener des manifestants devant les cours d’assises. La tête et son bras armé ne peuvent pas être séparés.
Côté manifestants, le « carré de tête », devant les SO CGT/FO est désormais occupé par le « devant » des cortèges où il y a de tout et de tout âge. De l’inédit jusqu’ici, on y trouve syndicalistes avec leurs badges et drapeaux, collectifs radicaux de toutes sortes, retraités, lycéens, étudiants, chômeurs, sans papiers, familles de victimes de violences policières…Souvent plus nombreux que les promeneurs derrière les ballons syndicaux et surtout avec un autre message : nous voulons nous envoler et ne pas rester attachés comme vos ballons. Cette foule bigarrée, foutraque et solidaire grossit à chaque violence, provocation, nassage policier. Elle ne crie pas « casseurs, cassez-vous ! » mais ultra majoritairement en désignant directement les flics et derrière le gouvernement « C’est vous les casseurs ! C’est vous les racailles ! ».
Alors que penser de la violence de ces soi-disant « casseurs » ? A ceux qui tiennent des discours genre, c’est « à cause des casseurs qu’il y a des violences policières », certains répondent : quelle lutte réelle de résistance offrent les gonfleurs de ballons attachés, à la jeunesse sans avenir ? On peut, bien sûr, discuter de l’intérêt du cassage de la vitrine d’une banque ou de l’incendie d’une voiture de police pour la construction d’une résistance de masse mais, qui peut nier que ces symboles du régime capitaliste inspirent une haine légitime ? Ne nous laissons pas aveugler par l’enfumage du pouvoir et de ses larbins : une voiture de police incendiée vaut-elle plus qu’un œil crevé à coup de flashball ou un crâne fendu à coup de grenade de désencerclement ?
Valls, lui, ouvre la chasse à courre : « Il n’y a pas de consigne de retenue contre les casseurs ». Les « bandes armées du capital » (Marx) sont lâchées. Il n’y a pas de police « policée ». Et la justice poursuit le sale boulot face à ceux dont l’audace de « casseurs » serait allée trop loin : les « arracheurs de chemises » d’Air France ou les « séquestreurs » de Goodyear, les « bloqueurs de lycée » de Levallois, ceux des lieux de productions et les centaines de manifestants interpellés en font déjà les frais, ils seront tous traités de « voyous » et « terroristes ». Ils doivent être tous défendus sans distinction.

Mobilisations contre la « loi travail » et son monde : emploi de la force à tous les niveaux
Le 10 mai le gouvernement décide que la « loi travail » sera validée à l’aide du 49.3. Le rassemblement organisé devant l’Assemblée nationale sera très durement réprimé. Jeudi 12, la pression policière s’exerce avant même que commence la manif : certaines personnes sont arrêtées en sortant de chez elles sous prétexte de contrôles d’identité, elles passeront 4 heures au poste et seront donc de fait, privées de manifestation. Le dimanche 15 mai, ce sont des arrêtés préfectoraux qui sont remis, en région parisienne, à Nantes et Lyon, à des dizaines de personnes (syndicalistes, victimes de violences policières, journalistes, militants non encartés…) ayant pour seul point commun d’avoir été vues dans des manifs contre les violences policières et la « loi travail » ; il s’agit de leur interdire sur la base de la loi sur l’état d’urgence de se rendre dans les zones où des manifs doivent avoir lieu. Ces interdictions se fondent uniquement sur le renseignement de la DGSI et le ciblage politique de manifestants qui s’organisent. La personne risque jusqu’à 6 mois d’emprisonnement et 7500 euros d’amende. La quasi-totalité de ces arrêtés seront annulés par le tribunal mais la pression est là.
Côté manifs, quelques innovations : à leur point de départ, le quartier est bouclé et des fouilles systématiques sont organisées, la police, soi-disant à la recherche d’armes, confisque tout ce qui permet de se protéger (lunettes de plongée, sérum physiologique, citron, masques etc). A Rennes le 2 juin une nouvelle technique, jusque-là réservée aux migrants de Calais est utilisée contre 300 manifestants qui tentent de bloquer la rocade : les flics chargent en voiture et à toute allure ne s’arrêtant qu’après avoir traversé la manif pour matraquer et gazer tout le monde afin d’achever la dispersion.
Les violences les plus dures sont constantes comme les vidéos continuent de le montrer : le 17 mai place de la Nation à Paris un homme filme un jeune bousculé par les flics et se trouve lui-même visé par un tir tendu de grenade lacrymogène qui le blesse à la jambe ; à Toulouse le 26 mai, une autre vidéo montre une jeune fille se faire saisir à la gorge puis projeter au sol par un CRS ; ce même jour à Caen, un manifestant est roué de coups de matraque alors qu’il est à terre ; à Paris, une vidéo et de nombreux témoignages désignent un flic comme étant à l’origine d’un tir de grenade lancé à l’aveugle sur la foule blessant d’abord une manifestante au pied pour ensuite ricocher et atteindre la tête d’un journaliste indépendant de 28 ans, Romain D. qui s’effondre, gravement blessé à la tempe , est acheminé encore conscient par des pompiers dans une ambulance mais accompagné par deux flics, ses proches le retrouvent à l’hôpital, dans un état de coma qui durera plusieurs jours.
Le blocage des raffineries et des dépôts pétroliers n’est pas en reste du point de vue de la répression. Canons à eau, lacrymos, délogements des grévistes au petit matin, « charges d’une violence inouïe », interpellations par centaines comme lors du blocage du port de Gennevilliers. Et ça suit aussi du côté de la répression judiciaire : le 14 mai un lycéen nantais de 18 ans est mis en examen pour « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique » (ce qui peut lui valoir la cour d’assise et la réclusion à perpétuité !) car on l’accuse, sans preuve tangible, d’avoir donné quelques coups de poing à un commissaire qui ne s’était pas reculé assez rapidement après une charge (info : lenvolee.net) ; encore 3 lycéens de Levallois ont été convoqués, résultat : rappels à la loi et 750 euros d’amende, un nouveau procès est prévu le 23 juin ; le 25 mai, l’un des deux militants qui s’étaient réfugiés suite à une charge policière dans le local de la CNT dont la porte a été défoncée par les flics, a été condamné à 6 mois de sursis et une interdiction de manifester d’un an.
La répression est tout aussi féroce vis à vis des mobilisations hors lutte contre la loi travail : le 2 juin, c’est un rassemblement de parents et d’enseignants devant le collège Surcouf de Saint Malo venus protester contre la fermeture du collège à la rentrée prochaine qui se font charger très violemment par les flics : 11 collégiens sont blessés, 3 d’entre eux finissent à l’hôpital, 2 avec un membre fracturé.

> [ Chronique de l’arbitraire ]

Lycéens en lutte
Lycée Dorian de Paris : quatre lycéens exclus pour avoir voulu protester contre la loi travail et son monde. Un rassemblement a été organisé le 24 mai contre ces exclusions, même si elles sont temporaires. Les lycéens de Mozart au Blanc Mesnil (93) ont bloqué leur lycée le 20 mai, pour dénoncer la décision prise par le Conseil régional d’IDF de Pécresse de pouvoir pratiquer des tests salivaires censés détecter drogue et alcool. Ils ont été soutenus par leurs enseignants. Un appel des profs circule sous le titre « Stoppons la répression qui frappe nos élèves ! », les signataires s’engagent à faire à « chaque fois la démonstration active et résolue de cette solidarité en refusant d’être instrumentalisé.e.s pour empêcher nos élèves de manifester »… signatures sur Facebook : « Personnels de l’éducation debout ».

Retour sur la manif des flics
Une voiture incendiée, quelques centaines de flics présents place de la République à Paris sous très haute protection policière, c’est le bilan du rassemblement des flics qui non contents d’avoir un écho favorable dans les médias et chez les politiciens, ont voulu protester contre ce qu’ils appellent la « haine anti-flics ». Avec le soutien du gouvernement et des députés FN entre autres, la corporation a martelé une fois de plus la litanie bien connue : on subit de nombreuses violences (350 depuis mars ?)… Une contre-manif avait été appelée pour faire entendre un autre message mais impossible… Suite à l’incendie d’une voiture de flics quatre personnes arrêtées et mises en accusation, dont une reste en prison, le 26 une autre est arrêtée et emprisonnée sur la base de sa « silhouette ». Les dossiers sont vides.

Défense des prisonnières
Suite à un blocage de promenade le 2 mai à la MAF de Fresnes pour demander de meilleures conditions de détention, une détenue basque est mise à l’isolement, deux autres au mitard pour s’y être opposées. Les prisonnier-es basques de Fresnes, Meaux et Osny se mettent en grève de la faim. Un rassemblement s’est tenu devant la prison le samedi 28 mai. Des jeunes du quartier se sont joints au cortège. Les slogans ont été entendus depuis la détention, ça tapait sur les barreaux, ça gueulait « liberté » ! Les détenu-es en lutte ont suspendu leur grève de la faim après avoir eu l’assurance que Itziar quitterait l’isolement et serait transférée dans une prison avec d’autres détenues basques. Infos : https://lenvolee.net/

Antoine, prisonnier politique
Le 17 mai à Lille, trois policiers de la BAC se jettent sur un manifestant. Rien ne justifie l’interpellation, sauf son engagement (Antoine est un militant bien connu de la CGT de Valenciennes et Alternative Libertaire). Après 48h de garde à vue c’est la comparution immédiate. Situation orwelienne, il lui est reproché des faits s’étant déroulés après son arrestation ! Il est aussi accusé d’avoir violenté les policiers (un baqueux aurait subi une blessure ayant entraîné 0 jour d’ITT). L’acharnement se poursuit au tribunal : le juge décide son placement en détention provisoire et ce malgré un dossier d’accusation vide, les témoignages et des garanties de représentation fortes.
Infos : https://luttennord.wordpress.com/

Syndicalistes, pas voyous ! »
Le 27 mai un millier de personnes était rassemblées pour soutenir les 16 salariés d’Air France traînés devant le TGI par la direction. I1s doivent être jugés pour avoir forcé l’ouverture de la grille du siège et pour faits de violence (l’affaire de « la chemise arrachée »), face à l’annonce de la suppression de 2900 postes.
N’y a-t-il pas légitimité à la violence physique face à la violence d’un tel plan social ?
C’est bien ce que sont venus rappeler les personnes rassemblées. L’audience a été renvoyée aux 27 et 28 septembre 2016.

Depuis la manif du 12 mai, tensions entre les SO CGT/FO et les manifestant-e-s
Le 12 mai, alors que les affrontements avec les flics se répétaient, un SO CGT/FO a tenté d’agresser la tête de manif, des cris : « flics, SO, même combat » fusaient. Le SO a fini par sprinter pour se réfugier derrière des cordons de flics anti-émeute. On voyait encore mieux de quel côté ils étaient, même si tout le monde avait déjà bien compris… Mais si on préfère se taper dessus entre nous plutôt que de se focaliser sur notre véritable adversaire, on est foutus.

> [ Agir ]

En blesser un pour en terroriser mille
En novembre 2007, mouvement contre la loi d’autonomie des universités, Pierre Douillard-Lefevre touché par un tir policier au flashball (le LBD 40 – plus précis, plus puissant ) Il perd l’usage de son œil (lire RE 59). Dans son livre L’Arme à l’œil. Violences d’État et militarisation de la police Pierre explique en quoi nous sommes entrés dans « une nouvelle séquence du maintien de l’ordre, qui est aussi l’aboutissement de 20 ans de surenchère sécuritaire et d’expérimentations d’un nouvel arsenal policier… ». De nouvelles armes présentées comme “anti-bavure” qui viennent en réalité se substituer à la matraque augmentant de façon exponentielle la violence de la police. http://www.editionsbdl.com/fr/books/larme-loeil.-violences-detat-et-militarisation-de-la-police/540/

Commémoration du 7e anniversaire de la mort d’ali ziri
samedi 11 juin 2016, 15h, Espace Mandela, 82 Bd du Général Leclerc à Argenteuil.

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :