Vérité et Justice pour Hocine Bouras

2 Sep

14064065_1091694970908837_4626849241929019377_n

  Vérité et Justice pour Hocine Bouras / Contre les crimes policiers et les racismes d’Etat


VÉRITÉ ET JUSTICE POUR HOCINE BOURAS :  RENCONTRE PUBLIQUE  LE 4 SEPTEMBRE À COLMAR

Le 26 août 2014, Hocine Bouras, qui avait alors 23 ans, a été tué d’une balle dans la joue sur l’autoroute A35 par un gendarme, en situation de transfert vers le tribunal de Colmar. Les gendarmes ont prétendu qu’Hocine avait essayé de s’emparer de l’arme de l’un d’entre eux alors qu’aucune empreinte digital d’Hocine n’a été retrouvée sur l’arme et qu’il était menotté… La famille de Hocine n’a appris la mort de ce dernier que plus tard par le journal local. Elle n’a eu de cesse depuis de demander que Vérité et Justice soient faites sur ce meurtre en se portant partie civile au procès. Un premier non-lieu sera requis par le parquet à la fin novembre, en pleine promulgation de l’état d’urgence, et sera confirmé en janvier.
Cette annonce de non-lieu est insupportable, car elle vient confirmer l’existence d’un permis de tuer dans l’institution policière, soutenu par l’institution judiciaire. Les crimes commis par les forces de l’ordre
(gendarmerie, police, etc…) visent principalement, les jeunes non-blancs issus des quartiers populaires. Ils témoignent d’un racisme d’Etat dont la police est le bras armé. En clair, il y a en France des morts – et donc aussi des vies – qui ne comptent pas ! En effet, le non-lieu est le lot de la plupart des affaires, aussi différentes soient-elles, concernant les tué.e.s par la police (qui se dénombrent officiellement à plus d’une dizaine par an) : Lamine Dieng, Amadou Koumé, Amine Bentounsi, Wissam El Yamni, Mourad Touat, Ali Ziri, Abdoulaye Camara, Lahoucine AIT Omghar, Nabil Matboul, Youcef Mahdi, Bertrand Nzabonayo,…

La famille de Hocine, soutenue par des militant.e.s locaux et d’autres collectifs luttant contre les crimes policiers et le racisme d’Etat, décide de ne pas baisser les bras en faisant immédiatement appel de cette décision de justice, et décide ainsi de créer le 28 avril le « Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras ». Le rendu du jugement d’appel initialement prévu le 07 juillet a été décallé au 08 septembre suite à deux plaintes déposées par la famille.

Pour que Justice soit faite, et que les faits ne soient pas oubliés, le collectif « Vérité et Justice pour Hocine Bouras», en soutien avec la famille, organise une rencontre le dimanche 04 septembre à Colmar.

Les quartiers populaires ne comptent pas leur lot d’arrêté.e.s, d’enfermé.e.s, de tabassée.e.s, de blessé.e.s graves, de mutilé.e.s, de tué.e.s par l’action et l’armement des forces de l’ordre, il est :
– Urgent de s’organiser face à l’impunité policière,
– Urgent de faire cesser ce cortège de vies brisées,
– Urgent d’affirmer une solidarité matérielle et politique pour lutter contre l’indifférence et la normalisation des crimes policiers. A ce sujet, nous nous permettons de faire appel à votre solidarité pour soutenir la famille quant aux frais judiciaires et pour permettre au collectif de continuer à militer: www.lepotcommun.fr/pot/zsttyl4p
– Urgent de lutter contre le racisme d’Etat, l’isla-mophobie, les politiques sécuritaires, et la justice à deux vitesses !

TANT QU’IL N’Y AURA PAS DE JUSTICE, IL N’Y AURA PAS DE PAIX !

Avec la participation des familles de Adama Traoré, de Lamine Dieng, de Amine Bentounsi, de Morad Touat, de Lahoucine Aitomghar…
restauration et concerts : Kaddaz, Kidam and the people, la Triad production


Fb : Collectif Vérité et Justice pour Hocine Bouras

Mail : collectifHocineBouras@gmail.com

%d blogueurs aiment cette page :