La séance du dimanche : Detroit, ville sauvage

9 Oct

detroit_ville_sauvage

Detroit, ville Sauvage

Un film de Florent Tillon

 

Bienvenue à Détroit, ancienne capitale de l’automobile, capitale du crime où l’herbe pousse sur les parkings et où les bâtiments s’effondrent. D’invisibles désastres qui portent la marque du capitalisme ont ruiné la ville. Tout ce qui reste, ce sont des spots radio pour lutter contre l’endettement, des gangs de chiens errants majoritairement composé de Pittbull. Des restes du Thug Live américain loin très loin de l’Amérique idéalisée dans les cultures populaires et vendu par le Made in America. Dans ces ruines de l’american way of live des 70s se réorganise des sociétés autonomes, des afro américains font pousser des légumes et croient de nouveau au futur en se réunissant dans les champs de ruine du monde moderne. Florent Tillon dirige sa caméra sélective vers où les nouvelles idées poussent, parmi les ruines du XXe siècle et de son « progrès éternel. Detroit Ville Sauvage observe avec intelligence, philosophie et distance, les changements dans les paysages urbains et dans les habitants de Détroits. Ici, bien que les graffitis annoncent des jours apocalyptiques, un nouveau mode de vie prend forme. Détroit Ville Sauvage observe avec intelligence, philosophie et distance le naufrage du capitalisme.

 

 

 

arton49-91af9

2 Réponses to “La séance du dimanche : Detroit, ville sauvage”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Géographie | Pearltrees - 10 octobre 2016

    […] Great Cities Then and Now. La séance du dimanche : Detroit, ville sauvage | Quartiers libres. 9 Oct Un film de Florent Tillon Résurrection urbaine après le désastre invisible du XXe […]

  2. Géographie | Pearltrees - 10 octobre 2016

    […] Le tout généreusement taillé sur 80 hectares pour un coût de 3,1 milliards d’euros sur fonds privés, dont le groupe Auchan compte financer les deux tiers. Mais dix ans après ce démarrage, toujours pas d’occupation. «Anachronisme». Certes mais comment ? Imaginaire. La séance du dimanche : Detroit, ville sauvage | Quartiers libres. […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :