Fragilité policière

13 Oct

Il y a quelques temps, une étude est passée inaperçue, en cette période de commémorations et de recueillement forcé face au dévouement de la police nationale, qui se paye même le luxe d’avoir des soutiens comme Renaud ou  Joey S(h)tar, cela semble plutôt logique.

capture-du-2016-10-12-22-06-24

Cette étude faites par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), l’organisme chargé par l’état de nous fournir tous « les éléments scientifiques »nécessaire à la psychose nationale sur la violence de notre société, est pourtant très intéressante.

Soucieux du bien-être des policiers et conscient du métier « au combien difficile des agents de la paix (bourgeoise) »,  nous nous sommes penchés sur la partie de ce rapport consacrée aux blessés et tués policiers à partir des chiffres fournie par la Police nationale elle-même.

Qu’apprend-on ? Qu’en 2015 moins de policier ont été blessé qu’en 2014. Légère baisse de 0.6% nous dit Le Monde.

Le métier reste cependant dangereux. Chers prolétaires, ouvriers du bâtiment, infirmières, caissières, ou manutentionnaires, ne riez pas !

On peut se blesser en faisant du sport,1 583 des 12 388 policiers blessés en 2015 se sont faits des bobos au sport. 968 se sont blessés sur le trajet domicile travail, on ne sait pas s’ils étaient pressés d’arriver au service ou de rentrer chez eux.

La Direction des ressources et des compétences de la police nationale (DRCPN) classe les blessures de son personnel en mission de service ou mission de police. En service c’est tout ce qui relève du quotidien, la tasse de café bouillante qui se renverse sur une cuisse, le réveil trop brutal d’une sieste où la tête vient se cogner sur le bureau, le pastis qui coule sur l’ordi et provoque un coup de jus, ou peut-être une droite mal placé sur un menton un peu trop dur qui provoque une fracture, eux seuls le savent… ce que la DRCPN qualifie joliment de blessure fortuite. 3 317 policiers se sont donc blessés fortuitement en service en 2015.

chien-policier

Un exemple d’une blessure fortuite (Canada)

Si on ajoute le sport, le trajet et les blessures fortuites plus de la moitié des policiers se blessent donc dans des taches qui ne concernent pas des missions de police.

Mais que fait la police ?

Pour ceux qui se blessent en mission de police, 5674 policiers en 2015, on n’apprend juste que 430 l’ont été par arme. Sachant que le policer a la fâcheuse manie de classer tout comme une arme par destination, un soufflet avec un journal peut devenir un coup et blessure avec une arme par destination, un cri peut devenir une attaque à ultra son armé, ou une insulte qui sait ? De la haine anti-flics à bras armé, il y a de quoi se perdre en droit policier. Les 5244 autres l’ont été par « d’autres procédés ». Le mystère reste entier. Le Monde nous explique sans rire « les blessures surviennent plus fréquemment en service, c’est-à-dire durant les heures effectives de travail. Pour près de la moitié d’entre eux, les blessures résultent d’accidents bénins, tels que des chutes, des entailles, des piqûres occasionnées de manière fortuite. ».

7783528574_des-policiers-tombent-a-l-eau

Des piqûres et des entailles… ouille ouille, on se croirait dans une cours de récréation, espérons qu’ils aient les stocks nécessaires de pansements et de mercurochrome, sinon Alliance peut toujours faire une manif ou se fendre d’un communiqué pour exiger plus de coton et moins de flingues.

Parmi les 11 décès recensés par la police  nationale en 2015, seul 4 décès concernent des policiers tués alors qu’ils assuraient une « mission de police », dont 1 seul policier tué par arme. Les 7 autres décès recensés se sont produits pendant que les fonctionnaires étaient « en service », 4 décès sont « fortuits » et trois relèvent d’incidents de « trajet ».

Ce sont des chiffres qui peuvent faire rêver les ouvriers du bâtiment, et les exploités dans les métiers à risques.

C’est encore plus drôle quand on compare les pleurnicheries  policières  sur les violences lors des manifestations sur l’année 2016. Les compagnies de CRS concentrent 5 % des blessés soit … 263 effectifs. Y a un ratio blessé policer / mutilé par la police plus que favorable aux force de l’ordre. Pour qui participe au mouvement social, aux actions, aux grèves sauvages, aux occupations, aux soutiens aux migrants, à la ZAD ou tout autre action politique directe, ou pour qui vit dans un quartier populaire soumis à la hoggra policière et au harcèlement quotidien de la part des forces de l’ordre, ces chiffres peuvent prêter à sourire. Si les statistiques concernent les  gens qui subissent la violence du capitalisme, du racisme ou du sexisme pouvaient être aussi « basse » , on se lèverait en se demandant si l’on vit toujours en France.

Publicités

4 Réponses to “Fragilité policière”

Trackbacks/Pingbacks

  1. France - Police et répression | Pearltrees - 13 octobre 2016

    […] (20+) Stups ou encore, le patron de la lutte antidrogue accusé d’être au cœur du trafic. Fragilité policière | Quartiers libres. […]

  2. La police est républicaine, l’injustice sociale aussi. | Quartiers libres - 27 octobre 2016

    […] ils ressentent le besoin de ne plus avoir de limites légales dans leur manière de travailler. Leur sensibilité est heurté par le fait qu’on puisse remettre en question le bien fondé de …. Un maintien d’ordre arbitraire, dur, violent. Un État dans l’État, ou plutôt le seul […]

  3. La police des ondes | Quartiers libres - 7 novembre 2016

    […] On les croyait harassés, épuisés, rincés : entre l’État d’urgence permanent, la routine du quadrillage des quartiers en mode commando, les rafles de migrants au petit matin, la traque des zadistes dans les flaques du bocage nantais, l’arrestation des reporters taquins à Calais on pensait qu’ils ne savaient plus ou donner du tonfa. C’est d’ailleurs ce qu’on était priés de croire : les micros aimablement tendus par l’âne médiatique aux bureaucrates policiers nous rapportaient à longueur d’antenne le même message larmoyant de forces de l’ordre mal aimées et au bord de la rupture. Les récentes manifs sauvages de la fameuse « base » bleu-marine, tout à fait apolitique – on est priés de le croire – semblaient confirmer cet épuisement de malheureux fonctionnaires surmenés. […]

  4. [Vidéo] Les flics tuent, dans nos quartiers, dans nos manifestations. Ne nous laissons plus faire | ★ infoLibertaire.net - 12 décembre 2016

    […] excellent article pour rappeler ce qu’il en est vraiment des flics blessés au travail (en […]

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :