Calais : quand ton étoile jaune, c’est ton visage / passeurs d’hospitalités

4 Nov

Hier, parc Saint-Pierre, vers 15h. Une voiture de police parcours les allées. Elle passe devant des personnes assises sur des bancs. Puis elle croise deux jeunes, peut-être 15 – 16 ans, et là elle s’arrête. Le visage des jeunes peut indiquer une origine étrangère. Contrôle d’identité, longue discussion, les jeunes expliquent qu’ils vont rejoindre des copains qui sont sur un banc un peu plus loin. Palpations de sécurité appuyées. Les policiers finissent par les laisser partir. Des personnes dont le visage ne fait pas penser à une origine étrangère éventuelle passent, une s’arrête regarder le contrôle. Ces personnes ne sont pas contrôlées.

Plus tard, à une centaine de mètres de là. Quatre personnes habitant Calais et dont le visage peut faire penser qu’elles pourraient avoir une origine étrangère sont contrôlées et arrêtées. Quelques minutes plus tard, parmi les personnes marchant sur le trottoir qui mène à la gare, les policiers en arrêtent une, dont le visage peut faire penser à une origine étrangère, qui a des papiers et que les policiers laissent aller.

Etc, etc…

Des policiers aux effectifs multipliés sillonnent la ville et ont pour tâche de pratiquer des contrôles au faciès systématique. Pour les habitant-e-s de Calais dont le visage peut faire penser qu’ils et elles pourraient avoir une origine étrangère, ça signifie 6, 7, 8 10 contrôles d’identité chaque jour, avec le risque d’être arrêté-e-s pour avoir oublié ses papiers chez soi.

Ça durera tant que le gouvernement, pour des raisons de pré-campagne électorale, jugera bon de maintenir la pression pour que Calais ait l’air vide de « migrants » (migrantenrein ?)

Demain, le mouvement islamophobe Pegida France, qui prêche la mobilisation face à l’invasion et que génocide de la race blanche a commencé, annonce une manifestation à Calais.

white-only

%d blogueurs aiment cette page :