Lofofora – Nouveau monde

9 Nov

Pour ceux qui découvrent ou feignent de découvrir le visage de l’Amérique après l’élection de Trump un petit rappel musical qui date de 1995
« Everybody came here as free people
Is only the African’s American men and women and child
That came to the United States of America
As slaves « 
Sous le firmament éclatant d’une bannière étoilée s’évaporent les rêves des pionniers
Epatés par tant de réussites de destins fantastiques
Des mecs bénis des dieux pourtant pas plus malins qu’eux
Sont montés si haut sans jamais faire appel aux génies aux malins
Par prière lystiques ici c’est l’Amérique, la chimérique
Celui qui a parlé sera châtié pour ne plus recommencer
Pendu par la tête jusqu’à ce que mort s’en suive
Ecartelé s’il récidive a la première tentative de la moindre initiative,
Vous sera ôté le droit de voter pour élire en chœur
Au suffrage universel un président plus con et plus cruel que le précédent,
Déjà grand défenseur de la chaise électrique, hygiénique, économique

Grand sauveur d’âmes égarées, de corps vautrés dans la luxure
Tout juste bon à engendrer la pédophilie ;
Merci Ronnie d’avoir interdit la fellation la sodomie
USA est-ce que tu sais USA combien je te hais
USA tu me fais l’effet d’une pute asexuée
Passé maître dans l’art et la manière de se comporter comme un flic planétaire
Il s’agit d’un pays bâti à partir d’un génocide par des esclaves anéantis mas néanmoins lucides
Qu’ils restent les premières victimes d’une dictature placide
Mais quel est l’exemple à suivre dans cette parodie de démocratie ???
On me dit : « le ku klux klan ? Mais voyons c’est du folklore
Rien qu’une pittoresque partie du décor les nègres ont les aime bien
Mais depuis qu’il n’y a plus d’indiens pour faire de l’exercice on en pend quelques uns
Appeler ça du fascisme, la ce serait du vice la preuve : a la télé, y en a qui réussissent
Bill Cosby, Eddy Murphy, Sammy d’Oncle Sam sont aussi les fils »
Don’t worry be happy !!!
Et le peuple noir brûle son dernier espoir dans le but d’écrire lui même son histoire
Mais comment faire pour qu’il efface les coups et les traces
Sans aucune certitude d’en voir un jour la fin
Ce qui compte avant tout c’est d’avoir la bonne couleur ou t’es pile ou t’es face,
Tout est question de race tu es le suspect n°1 su tu n’est pas des leurs
USA est-ce que tu sais USA combien je te hais
USA tu me fais l’effet d’une pute asexuée
Paradis des cow-boys Shwarskof et Buffalo Bill
Maboules mitrailleurs de poules éleveurs de pit bulls
Toute l’intelligence Américaine tient dans un holster
Pendant que l’un dégaine l’autre apprend à se taire
Etat totalitaire détenteur de la vertu aux parties de jambes en l’air
Préfère les jeux ou l’on tue si l’un tombe il s’agit surement d’un communiste fainéant
Sur ça tombe on écrit : pas de place aux mendiants
La dope ou le plomb reste le choix de l’expédiant
Parce que la coke ou le crack c’est pas ça qui manque pourvu que tu banques
Pendant qu’en Irak les tanks débusquent de leurs planques les ennemis de la coalition
Association des amis de la nation performante, surpuissante
La tempête à Bagdad en est la preuve flagrante
America is the place love is dying
America is the place where death is dreaming
USA est-ce que tu sais USA combien je te hais
USA tu me fais l’effet d’une pute asexuée.

Une Réponse to “Lofofora – Nouveau monde”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Leçons américaines | Quartiers libres - 15 novembre 2016

    […] Les Etats-Uniens qui ont voté ont choisi un président encore plus idiot et plus avide que ses prédécesseurs, qui avaient déjà placé la barre assez haute. « Toute l’intelligence américaine tient dans un holster ; Pendant que l’un dégaine l’autre ap…». […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :