Livre du samedi : Kamerun! / Manuel DOMERGUE, Jacob TATSITSA, Thomas DELTOMBE

26 Nov

kamerun

Kamerun !
Une guerre cachée aux origines de la Françafrique, 1948-1971

Manuel DOMERGUE, Jacob TATSITSA, Thomas DELTOMBE

 

Pendant plus de quinze ans, de 1955 à 1971, la France a mené au Cameroun une guerre secrète. Une guerre coloniale, puis néocoloniale, qui a fait des dizaines de milliers de morts, peut-être davantage. Une guerre totalement effacée des histoires officielles. En France, où l’on enseigne toujours que la décolonisation de l’« Afrique française » fut exemplaire et pacifique. Et au Cameroun, où il est encore risqué aujourd’hui d’évoquer ce terrible conflit qui enfanta une redoutable dictature… C’est dire l’importance de ce livre, qui retrace pour la première fois l’histoire de la guerre menée par les autorités françaises contre l’Union des populations du Cameroun (UPC), le parti indépendantiste créé en 1948, et tous ceux pour qui la liberté et la justice s’incarnaient en un mot : « Kamerun ! »
Pendant quatre ans, les auteurs ont enquêté en France et au Cameroun. Ils ont retrouvé de nombreux témoins : militaires français et camerounais, combattants nationalistes, rescapés des massacres… Dans les archives, ils ont consulté des milliers de documents et fait d’étonnantes trouvailles. Ils racontent comment furent assassinés, un à un, les leaders de l’UPC : Ruben Um Nyobè en 1958, Félix Moumié en 1960 et Ernest Ouandié en 1971. Et ils montrent comment l’administration et l’armée françaises, avec leurs exécutants locaux, ont conduit pendant des années une effroyable répression : bombardements des populations, escadrons de la mort, lavage de cerveau, torture généralisée, etc.

Plus de cinquante ans après la pseudo-indépendance accordée au Cameroun le 1er janvier 1960, cette histoire reste d’une brûlante actualité. Car c’est aussi celle de la naissance de la Françafrique, fruit du consensus colonial de la IVe République, puis de la diplomatie secrète de la Ve République. C’est l’histoire, enfin, d’un régime « ami de la France » en guerre perpétuelle contre son propre peuple : après vingt-deux ans de dictature sous Ahmadou Ahidjo et près de trois décennies de déliquescence sous Paul Biya, les Camerounais rêvent toujours d’indépendance et de démocratie.

 

Extrait de l’ouvrage

« Le Cameroun a été le laboratoire de la Françafrique »

Entretien avec trois historiens qui publient un ouvrage collectif sur la guerre totale et secrète menée par la France au Cameroun dans les années 1950 et 1960. Propos recueillis par Séverine Kodjo-Grandvaux (contributrice Le Monde Afrique, Douala)

Il y a tout juste un siècle, en 1916, au cœur de la première guerre mondiale, alors que l’Europe sombre toujours un peu plus dans les ténèbres, l’Allemagne perd ses colonies africaines. Le Cameroun, comme le Togo, passe sous mandat de la Société des nations confié à la France et à la Grande-Bretagne. Paris fera de ce territoire une zone de non-droit où, dès la fin des années 1940 et pendant plus de vingt ans, la métropole va mener dans le plus grand secret une guerre totale.

« Identification des individus, instauration de laissez-passer, installation de contrôles routiers, érection de camps de regroupement, déportation de populations, mise en place de zones de pacification, levée de milices de combat, infiltration des groupes rebelles, bombardements aériens, assassinats ciblés, disparitions forcées, exécutions publiques, exhibition de têtes coupées, systématisation de la torture, action psychologique et lavage de cerveau : toutes ces techniques ont été utilisées à plus ou moins grande échelle au Cameroun au cours des années 1950 et 1960 », détaillent Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa dans leur essai très documenté La Guerre du Cameroun, paru en octobre.

Des techniques utilisées avant et après l’indépendance : l’ancien colon transmettant aux nouvelles autorités une méthode de gouvernement en s’assurant, notamment grâce à des accords secrets, que la souveraineté du seul pays d’Afrique subsaharienne qui se soit libéré du joug colonial au prix d’une guerre soit illusoire. C’est ce que démontrent les trois auteurs : si la France a concédé l’indépendance au Cameroun, c’est pour mieux la contrôler en sous-main par ce qui va devenir un système parfaitement rodé : la Françafrique.

Cinq ans après la publication de votre somme « Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971) », pourquoi revenir avec ce nouvel ouvrage ?

Jacob Tatsitsa La Guerre du Cameroun est à la fois une synthèse et un prolongement de notre premier ouvrage. Il vise à rendre accessible au plus grand nombre les recherches que nous avions publiées dans Kamerun ! Mais nous avons aussi fait de nouvelles découvertes, grâce à des témoignages inédits et à des archives.

Manuel Domergue Le contexte a changé depuis la parution de Kamerun ! En 2011, les autorités françaises étaient dans le déni absolu. Souvenez-vous de François Fillon, alors premier ministre, qui avait parlé de « pure invention » en 2009 quand il avait été interrogé sur la responsabilité de la France dans l’assassinat des grands leaders indépendantistes camerounais comme Ruben Um Nyobé ou Félix Moumié…

Thomas Deltombe Alors que c’est un des aspects les mieux documentés et les plus irréfutables de cette guerre du Cameroun !

MD En juillet 2015, François Hollande a reconnu à demi-mot, lors d’une visite à Yaoundé, qu’il s’était bien passé « quelque chose » au Cameroun, au moment de la décolonisation. Cette déclaration était pour le moins légère, voire mensongère, parce qu’elle n’évoquait qu’une simple « répression », et seulement « après l’indépendance ». C’est aussi pour cette raison qu’il nous a semblé utile de revenir sur le sujet.

Justement, la promesse faite par François Hollande de déclassifier certains documents a-t-elle été suivie d’effets ?

MD Pour l’instant, cette promesse n’a donné lieu à aucune annonce ni à aucun acte concret. Le ministère des affaires étrangères, les Archives nationales de la France d’outre-mer et le Service historique de la défense s’apprêteraient à rendre accessible un « volume très important de pièces ». Mais on n’en sait pas plus.

TD On ne peut pas dire que les autorités françaises soient très pressées de faire la lumière sur ce conflit. Si elles le voulaient vraiment, elles pourraient, par exemple, ouvrir les archives du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE, ancêtre de la DGSE) ou du Service de coopération technique international de la police (SCTIP, coopération policière), qui contiennent sans doute des documents intéressants.

JT Elles pourraient également rendre les archives déjà ouvertes consultables par ceux qui n’y ont pas accès, à commencer par les chercheurs camerounais, dont la plupart n’ont pas les moyens financiers de venir en France et qui se voient trop souvent refuser un visa. Pourquoi ne pas numériser et mettre en ligne ces documents ?

A partir de quels matériaux avez-vous travaillé ?

TD Des dizaines de milliers de documents ayant trait à la guerre du Cameroun sont déjà consultables. En France et au Cameroun, mais aussi au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, en Suisse, etc. Ces documents permettent de se faire une idée très précise de ce qui s’est passé dans les années 1950 et 1960.

MD Cela nous a pris des années de croiser ces milliers d’archives, dont beaucoup n’avaient jamais été exhumées, avec des centaines de témoignages de militants indépendantistes camerounais, de militaires des deux côtés, d’administrateurs coloniaux, de miliciens, d’ambassadeurs, de religieux, d’agents secrets…

Quand on est camerounais, est-il difficile de travailler sur cette question ?

JT Les historiens camerounais sont confrontés à une kyrielle de difficultés ! Pendant des décennies, il était interdit de travailler sur ce conflit. Jusqu’au début des années 1990, le simple fait d’évoquer les « troubles », comme on désignait cette période, vous faisait tomber sous le coup de la législation « contre-subversive » mise en place par les autorités coloniales et néocoloniales. S’il est désormais possible de produire des travaux académiques sur cette période, cela relève, si j’ose dire, du parcours du combattant…

Outre le fait que certains enseignants déconseillent – pour des raisons politiques ou carriéristes – de travailler sur ce thème, les archives sont dans un état de délabrement très avancé, et dans des locaux inappropriés. Nombre de dossiers ont été mutilés ou dépouillés des éléments iconographiques. La volonté des autorités camerounaises d’effacer la mémoire de ce conflit reste patente.

Quant aux témoins, ils sont évidemment de plus en plus rares. Etonnamment, ce sont parfois ceux qui ont participé à la répression qui se montrent les plus loquaces, n’hésitant pas, pour certains, à raconter fièrement comment ils pratiquaient la torture ou coupaient la tête de leurs adversaires pour les exposer sur les places publiques. A l’inverse, il est plus difficile de recueillir le témoignage des victimes. Elles ont subi de telles atrocités qu’il leur est souvent difficile d’en parler. Le traumatisme est profond.

Pourquoi Paris s’est-il à ce point acharné sur le Cameroun avant et après l’indépendance ? Que représentait ce pays pour l’Empire colonial français ?

TD Comme dans les autres colonies, la France avait au Cameroun des intérêts économiques et stratégiques. Mais ce territoire avait une particularité : il ne s’agissait pas d’une colonie au sens strict du terme mais d’un territoire international, dont l’administration avait été confiée aux Français et aux Britanniques. Ce régime particulier garantissait, au moins sur le papier, des droits aux colonisés : Paris et Londres avaient signé des « accords de tutelle » et promis d’amener les Camerounais à l’autonomie ou à l’indépendance. Le Cameroun apparaissait donc comme une « brèche » dans l’édifice colonial : si ce pays devenait indépendant, c’est toute l’Afrique française qui risquait de « tomber ». Le droit international jouant en leur défaveur, les autorités françaises ont utilisé la force pour colmater la « brèche ».

JT L’acharnement de la France était d’autant plus brutal que le mot d’ordre d’« indépendance » était porté par un mouvement, l’Union des populations du Cameroun (UPC), qui pouvait s’appuyer sur les textes onusiens et jouissait, en plus, d’une immense popularité dans la société camerounaise. Débordée, l’administration française a interdit l’UPC en juillet 1955 avant de lancer, à partir de décembre 1956, de vastes opérations de guerre pour tenter de l’éradiquer complètement.

Par bien des aspects, ce conflit rappelle ce qui s’est passé en Algérie…

MD Pour éviter de « perdre » le Cameroun, les autorités françaises ont très tôt mis en œuvre les théories de « guerre révolutionnaire » élaborées par certains officiers français au moment où ils perdaient pied en Indochine. Présentées comme de simples opérations de « maintien de l’ordre », ces techniques de guerre peuvent se résumer en trois « p » : il s’agit d’une guerre préventive (agir avant qu’il ne soit trop tard), populaire (mobiliser les populations civiles) et psychologique (éradiquer les adversaires mais également leurs idées). C’est le même schéma qu’en Algérie, avec cette différence que l’UPC – contrairement au FLN algérien – n’avait pas pris les armes contre le colonialisme !

JT L’autre différence avec l’Algérie, c’est que, au Cameroun, les Français se sont proportionnellement beaucoup plus appuyés sur les populations locales pour mener à bien cette répression. Peu de soldats français ont été envoyés sur le terrain : ils se sont souvent contentés d’actionner, de former, d’équiper et d’encadrer des troupes camerounaises pour châtier les nationalistes. Cela rentrait dans le schéma de la « guerre révolutionnaire », dont l’un des objectifs est d’obliger les civils à choisir leur camp et à le prouver en participant activement au conflit. Pour mobiliser ainsi, les autorités coloniales et néocoloniales ont souvent eu recours à la propagande ethnique, désignant telle ou telle ethnie comme responsable des troubles.

TD Toutes ces techniques – les troupes supplétives et l’ethnicisation du conflit – participent au secret qui a entouré cette guerre. Les autorités françaises ont ainsi pu camoufler leur implication et leur responsabilité, avant comme après l’indépendance de 1960.

Vous expliquez que c’est au Cameroun que se met en place la Françafrique. Pourquoi ?

JT Le Cameroun peut être considéré comme un laboratoire de la Françafrique. Pour les raisons évoquées et les difficultés qu’elle rencontrait ailleurs, notamment en Algérie, le Cameroun fut le premier pays où les autorités françaises ont franchi le pas d’une « indépendance négociée ». Les guillemets sont importants, car il s’agissait d’une indépendance en trompe-l’œil : la France ne l’accordait qu’après avoir fait signer aux dirigeants qu’elle avait placés à la tête du Cameroun une série d’accords bilatéraux – dont certains secrets – qui vidaient cette « indépendance » de son contenu.

MD Le Cameroun est donc le premier pays d’Afrique francophone où l’« indépendance » a été utilisée, non pas pour libérer les colonisés, mais au contraire pour les maintenir sous la tutelle de l’ancienne métropole. Et comme ce tour de passe-passe pervers a fonctionné, il a servi de modèle lorsque le régime gaulliste a compris qu’il ne pourrait plus repousser plus longtemps les indépendances africaines. La « brèche » camerounaise étant devenue un « modèle », mieux valait ne pas trop insister sur les dizaines de milliers de victimes d’une guerre secrète menée en sous-main par la France…

 

 

%d blogueurs aiment cette page :