Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente

11 Déc

En perte de vitesse depuis de longs mois dans nos quartiers, Alain Soral a profité de son actualité judiciaire et de sa condamnation à 6.000 euros d’amende et 5.000 euros de dommages et intérêts pour menaces pour se lancer dans une opération de reconquête dans nos quartiers.
Première épisode de cette reconquête, Soral revient sur l’affaire de harcèlement, d’insultes racistes et de menaces qui l’oppose à une jeune femme noire.

soral_goy2
L’homme qui se présente comme celui que veut abattre le système a pu se tirer à très bon compte de ce procès. Soral, au bénéfice du doute, a été relaxé des principaux chefs d’inculpation car, pour le tribunal, les preuves étaient insuffisantes. Pas de constat d’huissier qui prouve que les textos negrophobes et antisémites qu’a reçus Binti émanaient de Soral. Idem pour les menaces par mails et les posts sur sa page Facebook. Soral doit une partie de sa relaxe à une enquête bâclée, à la fois par la partie civile et par le juge d’instruction. Même les nombreuses vidéos où Soral se vante de ces exploits avec Binti n’ont pas été fournies au procès. Le tribunal a donc généreusement considéré qu’en l’absence de constats d’huissiers ou policiers, les faits n’étaient pas caractérisés. Pour un homme que le système veut abattre, une telle enquête, cela laisse songeur. L’hypothèse la plus raisonnable, au regard de la carrière de Soral, c’est qu’il est un diable de confort pour le système et qu’il faut donc le maintenir en vie.

soral_naturel
Si les tribunaux ont épargné Soral, ce n’est pas le cas de la vie au quartier ou plus personne ne revendique un soutien sans faille à Soral. Si la disquette antisémite de Soral a bien été ingurgitée par certains, les travers humains et idéologiques du personnage ont éloigné de lui tout le monde, y compris les girouettes qui, il y a encore quelques années, juraient de mourir pour Soral.
La première pierre de la nouvelle construction soralienne en direction des quartiers populaires consiste à expliquer que l’affaire Binti n’était qu’un piège tendu par le système. Aux manettes pour nous vendre cette histoire : Vincent « Tintin » Lapierre, nouveau héros de la dissidence en carton, après la défection de tous ceux qui l’ont précédé pour être le bras droit du chef sur le net. L’émission de radio du 5 décembre 2016 sert de support. Comme dans toutes les belles histoires fantastiques dont raffole la dissidence, la narration commence par une liste de Schindler. Histoire de bien poser les bases du complot, les premières minutes de l’émission de radio sont consacrées à l’énumération de noms juifs par Tintin Lapierre. Le seul ciment idéologique qui reste à cette dissidence en carton, c’est la haine des juifs. Toute au long de l’émission, des pauses seront marquées pour psalmodier des nom juifs. Comprenne qui pourra.
A part ça… le reste n’est pas terrible.
Soral charge son ancien ami Mathias Cardet, confirmant au passage tout ce que nous avons déjà écrit sur le personnage. Sur sa vie mytho dans les stades jusqu’à son rôle d’escroc de la dissidence. Seule petite nouveauté, Soral annonce une info que nous ne pouvons ni infirmer ni confirmer, n’ayant pas, contrairement à Soral, d’amis dans la police : Mathias Cardet serait un indicateur de la maison poulaga. La preuve, les fins limiers d’E&R ont suivi Mathias, qui se serait rendu plusieurs fois place Beauvau. C’est bien connu tous les indics font, la nuit venue, leur rapport au ministère de l’intérieur. Nous nous étonnons que les limiers d’E&R ne l’aient pas vu aussi faire un détour par une synagogue. Les scénaristes d’E&R seraient-ils en manque d’inspiration ?

soral_belghoul_cardet_TMO
Relever tous les mensonges de Soral dans cette autojustification radiophonique serait trop long. Certains sont vraiment très bons, comme celui où il dit n’avoir découvert que très récemment la vraie identité de Mathias Cardet. Alain, on sait que tu nous lis, tu viens parfois poster des insultes sur notre page FB et il t’est arrivé de relayer nos papiers. L’identité de Cardet, on l’avait publiée à l’époque où il faisait encore des vidéos masquées pour toi, cachant son identité sous un pseudo et son visage sous des filtres. Pour croire à tes histoires, faut donc vraiment être un idiot. La partie sur Kery James vaut aussi son pesant de bêtise. On attend avec impatience la plainte contre Kery James qu’annonce l’avocat d’Alain Soral.
Cette émission de radio reste ainsi dans la lignée des règlements de comptes mesquins entre individus plus tordus les uns que les autres qui égrènent la vie des dissidents en carton depuis 2 ans. En réalité, le seul truc intéressant dans cette émission c’est que, sous la narration fantastique de Soral de l’affaire Binti, transparaissent les relations entre des mauvais garçons de banlieue et le chef d’E&R. La haine des juifs et/ou du « système », plus ou moins intense et/ou sincère, a permis à des mecs de quartiers de s’approcher du chef. Après avoir juré fidélité et s’être déclarés prêts à mourir pour lui, comme Cardet, ils lui ont soutiré de l’oseille. Le grand chef, clairvoyant sur tout et maître du Logos, reconnaît avoir négocié avec eux pour ne pas salir davantage la cause. Dit autrement, Soral et E&R ont lâché de l’oseille pour que les mauvais garçons et leurs cohortes d’embrouilles disparaissent sans faire trop de bruit, comme nous l’avions annoncé il y a plus d’an. Les cours de boxe en vidéo et autres kits de survie vendus sur internet n’ont pas l’air suffisants pour survivre face aux « islamo-racailles qui ont infiltré la dissidence sur l’ordre du ministère de l’intérieur », dixit Soral. Les « bandes ethniques » seraient aux ordres du système.

llp-dieudonné-soral

Histoire de se racheter une « virilité » sur le net et de pas perdre trop de parts de marché face à la concurrence sur le segment de la haine des juifs, Soral a mis en scène une embrouille avec un de ses anciens disciples. C’est l’acte deux de la reconquête.
A l’origine de l’embrouille avec Conversano, il y a une querelle idéologique dans l’extrême droite anti-juive. A-t-on besoin oui ou non des noirs et des arabes pour bouter les juifs, pardon les sionistes, hors de France ?
Pour Conversano et les siens, la réponse est évidemment non. Pour Soral et E&R on a besoin de domestiques mais faut pas exagérer non plus car, comme le rappelle Tintin La Pierre, la France doit rester blanche et catholique.

vincent_lapierre_conversano

Donc, l’enjeu du débat porte sur le fait de savoir si oui ou non on a besoin de supplétifs noirs et arabes. Depuis plusieurs semaines, Soral et Conversano se chauffent sur le net comme des mômes le font dans une cour de récréation. Dieudo, chez qui tout ce petit monde antisémite a ses entrées, sent le bon plan. Dieudo connaît bien les deux protagonistes puisqu’avec Conversano, il a fait le film « l’Antisémite » et qu’avec Soral, il est en affaire depuis 10 ans. Toujours à l’affût d’un bon buzz susceptible de lui remplir les poches, Dieudo flaire le bon coup et propose un débat à ces deux associés. Tous les ingrédients du show sont réunis. Dès le 5 décembre, Soral laisse filtrer sur les réseaux sociaux qu’il vient faire autre chose que discuter et Dieudo lui organise le traquenard. Bien que Conversano soit un « babtou fragile », il est fouillé a l’entrée et isolé de ses accompagnateurs, histoire que Soral puisse donner toute la mesure de sa virilité : fort avec les faibles et faible avec les forts. Dès le début du débat, Soral met un premier coup de pression physique à Conversano, avec un enchaînement droite-gauche digne d’une bagarre de pochtrons. Pris de cours, Conversano encaisse mais revient dans le débat en ridiculisant la ligne politique d’E&R. Le ton ne fera que monter. Soral reviendra à l’assaut plusieurs fois avec à chaque fois la complicité de son équipe de gardes du corps que Dieudo a laissé entrer, contrairement à ceux de Conversano. Dans les pugilats, Dieudo lâchera cette phrase magique de tout tenancier de bar quand son mobilier commence à subir les conséquences des assauts des ivrognes : « ça va me coûter une blinde ». Dieudo et l’argent, cela reste son meilleur sketch.

conversano_soral1
On note que Soral s’arrête net sur un de ses assauts quand il trouvera sur son chemin le preneur de son de Conversano mais qui physiquement est plus impressionnant que le leader suprémaciste blanc pour midinettes sur internet.

C’est plus simple de taper un « babtou fragile » qu’un bonhomme de 90 kg. Une fois encore Soral, confirme que ses coups, il les réserve à plus faible que lui. Dans cette bagarre de comptoir, la dissidence soralienne perdra l’un de ses héros puisque le coureur suisse Pascal Mancini, mis régulièrement en scène par E&R et Soral lui-même prendra dans la bagarre le parti de Conversano en surgissant comme un haricot sauteur pour mettre une droite pathétique à Alain Soral. Y a plus de respect pour les vieillards dans la dissidence…

mancini_soral_conversano

En passant outre cette baston de cour d’école raciste , il est à noter que Soral est obligé de se justifier sur l’échec politique de la fumeuse Réconciliation nationale et de la guerre civile au sein de la Dissidence. Ce qui domine au sein de son camp nationaliste Blanc n’est pas que les musulmans, arabes et noirs peuvent être des supplétifs mais qu’ils sont l’Ennemi. Qu’importe, l’ancêtre Soral à sa scène de combat face à un raciste assumé qu’il peut faire tourner sur les réseaux sociaux pour se mettre en scène comme le « défenseur patriote des arabes ». La baston fera oublier ce qu’il disait juste avant, que lui et son avocat faisaient libérer les incendiaires d’une mosquée. Comme quoi même Soral ne peut passer à coté du thème politique le plus porteur et vendeur actuellement: l’islamophobie.

soral_marine

Nul doute que cette séquence lui ramènera de nouveaux supplétifs. On leur souhaite le même destin que ceux qui les ont précédés dans la secte. Un conseil pour les nouvelles recrues de quartier qui prendront Soral pour un héros. Rapprochez-vous de Soral en lui donnant des gages sur la haine des juifs et, quand vous serez assez prêt du chef, secouez la tirelire et tirez-vous avec l’oseille comme Cardet et consorts. Casquer après un coup de pression ou du chantage, il appelle ça faire de la politique. Avis aux amateurs, Soral est un politicien solvable, il est sur un créneau porteur. Vous verrez, la haine des juifs en France, ça reste un bizness rentable pour qui n’a pas peur de se salir les mains et fait peu cas des luttes sociales.

Advertisements

2 Réponses to “Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente — Quartiers libres | MONSITE - 11 décembre 2016

    […] via Soral et Conversano, les anges de la téléréalité dissidente — Quartiers libres […]

  2. Fik’s Niavo n’attends pas 2017 pour faire son « Bilan 2016  | «Informations en direct de la France dictature !!! - 29 décembre 2016

    […] n’a rien d’héroïque J’attends rien d’ce pays dirigé par des comiques, La dissidence aussi, me fait gol-ri man Alain Soral, tu m’vends pas de rêve, j’suis insomniaque ! Internautes et arrivistes : […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :