Prince D’Arabee – La vie est belle

19 Jan

 

C’est le siècle de la peur, du mépris, du repli sur soi
Police, quartier, média, Islam, paranoïa
Répression, mondialisation, « starification » : Alléluia !
Jeunesse sous « cess » bercée aux airs de Kennedy-Carla
Immigration, incarcération, inflation, pouvoir d’achat
Nouvelle politique version gangster et grand pacha
Pas d’antidote, poison lancé à la gueule comme un crachat
Un vote aux antipodes de ma réalité, une grosse « tarcha »
La vermine se répand d’Casablanca à Kinshasa
Evolution, pauvreté, des sœurs jumelles, des vraies lopsa
Le mal à visage découvert braque le bien et c’est comme ça
Époque de fou où chacun prêche pour son unique madrassa
Bientôt le brassard, symbole des dérives flash-back dans l’histoire
C’est la ruée vers l’or noir, suprématie, abus de pouvoir
La rétine s’imprègne, banalise nos actes barbares
L’amnésie frappe nos esprits de plein fouet, c’est le trou noir
Noir, noir, noir comme l’avenir, sombre
Flou, j’suis pas Madame Soleil mais j’viens prédire
« Rrrtfooouuu » sur toute la face du globe
La médiocrité humaine me répugne et parfois dedans je m’englobe
Trop d’information pourtant l’impression de savoir walouh
Manipulation, à toi de savoir qui sont les vrais voyous
Trop de spéculation jusqu’à nous mettre la tête dans le trou
Wallah trop de citoyens se noient et plus moyen de tenir debout
Le monde tourne à l’envers frère
Inchallah le paradis vu qu’on vit déjà l’enfer
Malheur et tragédie pour un bonheur éphémère
Alors pourquoi vivre tant qu’la mort nous attend, chacun sa croix au bout du revolver
Je pourrais t’décrire la beauté et ses rondeurs
Mais l’emballage est tellement crade, la surface l’emporte sur la profondeur
Je suis dans l’aigreur, le dégoût, le vomi comme bagout
L’avarice, la luxure, les politiques, les discours, les magouilles
Et on s’en bat les c***** de ta condition misérable de ton niveau minable, t’es pas digne d’être respectable
Le poids des mots, le choc des photos, guerre médiatique
Slogan nauséabond pour un monde virtuel pathétique
Attends j’t’explique, y’a rien d’magique, rien qu’ca s’agite
Tout va trop vite, y’a plus de logique, y’a plus d’limite, trop de tminik, peu de mérite, trop de répliques et peu de pépites
Trop de flics au mètre carré, trop de frères barrés au son du clic-clic, ooooh shit !!!
Un monde en mode « gangsta » and if you don’t quick
Tu t’feras soulever non-stop, frère ça s’complique
Je me trompe pas d’ennemi, j’constate l’opinion publique
J’suis paré et vivement qu’on s’tape, yeah !
Ras-le-bol, plus que marre, au bord du pétage de câble, du suicide collectif, désigné coupable sans être responsable
Nouvelle ère : nouveaux fléaux
On crame, crame nos idéaux
Exposé depuis le préau
Nos exploits sont sur vidéo

On cédera pas sous le poids de la peur
La vérité est travestie sous le masque de la terreur
Y’a plus de place pour la raison et les cœurs sont tous scellés
Le siècle de la surenchère : qui sera le plus fêlé ?
Jeunesse perdue dans un « game » grandeur nature
Gouvernement du divertissement à la recherche d’une stature
A qui profite le crime ? Toujours les mêmes en tête de liste
Au nom du « saint profit » pousse l’humanité vers l’apocalypse

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :